TOP
SHOW



 
MERCI DE NOUS AVERTIR DE VOS PRÉSENTATIONS TERMINÉES DANS CE TOPIC.
BIENVENUE Invité !
FORUM RPG BASÉ SUR LA SÉRIE DOCTOR WHO.
REJOINS-NOUS VITE SUR LE TOP SITE DU FORUM !

Partagez | .
 

 Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 17 Déc 2013 - 17:38



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones

Merde! Accroche toi! - Le Tardis s'emballait de plus en plus, les vibrations étaient de plus en plus fortes et réussir à s'accrocher correctement devenait compliqué. Le Professeur était agrippé tant bien que mal à la console, tentant vainement de calmer le jeu mais c'était trop tard. L'horloge tournait, le compteur aussi, c'était trop tard mais d'un autre côté, ça pouvait être sympa. Enfin je discute mais pendant ce temps, le Tardis était toujours entrain de filer droit vers la Terre, tomber à pic, directement... Il allait s'écraser. Tardis crashing! Si si! Et là ils sentirent... Le Tardis toucha le sol, glissa sur plus d'une centaine de mètres, rebondissant sur des choses dures au début. A l’intérieur, c'était le bordel mais la gravité artificielle tenait le coup. Inconvénient de sa demi nudité, le Prof avait désormais un gros bleu dans le dos, couvert d'un peu de sang mais très peu. Tout était redevenu parfaitement calme, le silence, les quelques bip et autres sons de la console, la respiration saccadée du Professeur et celle de Marley. - Ça va? Rien de cassé? - Il s'adressait ici autant à l'un qu'à l'autre. Se relevant, Prof regarda l'écran pour voir si la chose était toujours là mais non, ça avait fonctionné, et à vrai dire même s'il faisait encore chaud, l'air était déjà moins chaud à l’intérieur. Regardant l'assiette, le Prof prit sur lui malgré le risque de redresser le Tardis qui était couché... à l’intérieur on ne pouvait rien remarquer grâce à la gravité artificielle mais à l'extérieure la cabine était couché de tout son long sur le sol. Une vibration rapide, quelques secondes, et c'était fini.

Le Professeur passa sa main dans ses cheveux pour les relever et les rafraîchir. Les lumières vacillaient encore un peu, une fine fumée s'élevaient de la console, mais ça avait l'air d'aller. Lançant un scanner des avaries du vaisseau, Prof ne prit même pas le temps de regarder où ils étaient tombé. qu'il fonçait déjà vers la porte. En fait il avait même pas prit le temps de s'habiller, il voulait juste savoir si la bestiole était partie et si le vaisseau n'avait rien! Ouvrant la porte, déboulant à l’extérieur, il se retourna de suite pour regarder la cabine, lui tourna autour, puis soupira de soulagement. Ça allait. C'est seulement là qu'il prit conscience de là où il se trouvait... Au cœur d'une grande foret, ancienne et fournie, juste à côté d'une grande rivière. Il devait faire 22 degrés, peut être 24, il faisait chaud mais bon quoi. Et cette rivière... - Le dernier à la flotte a perdu! - Bah quoi, fallait bien se rafraîchir!

__________________________


Dernière édition par The Professor le Jeu 30 Jan 2014 - 0:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 17 Déc 2013 - 19:08





With The Professor



Space, time ... and Crash.







Comme quoi, le plus simple était toujours le meilleur et vive le radical. Un peu trop d'ailleurs. Dès le Professeur eu fini de faire ses manœuvres, voilà que le vaisseau se remettait a partir dans tout les sens, parsemés de violents sursauts et Marley n'eu pas le temps de s'accrocher a la console avant d'être propulsé contre la rambarde pas si loins. Ses mains s'y accrochèrent - enfin son sternum percuta la rambarde avant qu'il ne puisse s'y accrocher sans dommage -. Outch. Ce sera douloureux demain. Mais qu'importe, il enlaça la rambarde sans vouloir la quitté. Sa nouvelle meilleure amie !

- Merde ! Accroche toi !
- Tu crois que je fais quo-ooouaaaa ?!

Ils étaient tellement secoués dans tous les sens que malheureusement, Marley ne tennis pas longtemps. Le voilà propulsé à droite, puis a gauche, il retrouva la place qu'il avait trouvé lors de la première chute et- Oh ! Un truc qui dépasse a portée de main ! A ce moment là, il l'agrippa et ne le lâcha plus. C'était comme si ils étaient en train de tomber. Peut-être était-ce le cas. Un crash ? Sérieux ? Ils avaient réussit a sortir de ce truc pour se crasher ?!
Et en effet, c'était comme si le Tardis avait percuté le sol, puis glissé sans s’arrêter, jusqu'à un certain moment. Puis plus rien ne bougea. Le silence s'était fait, enfin en ométant les bips incessants de la console. Marley se permit quelques secondes de silence, de respiration saccadée sans bouger d'un poil. Même si l'alcool et l'adrénaline avaient tous deux été puissants, ils ne l'étaient pas assez pour totalement anesthésier et tout son corps lui criait "Douleur", "Infamie" et "On va t'le faire payer petit bâtard". Des étoiles dansaient devant ses yeux et sa tête tournait un peu.

- Ça va ? Rien de cassé ?
- Quelle genre de réponse tu veux ? Celle que tu veux entendre ou la vérité ?

Grognant, il roula sur le côté, se redressa difficilement et s'acrocha au bord de la plateforme pour s'aider a marcher. Il se redressa d'un seul coup, faisant craquer son dos un peu bruyamment. Han, ça allait mieux maintenant. Clopinant un peu dans les escaliers pour retourner a la console, il vit Prof se précipiter vers la sortie.

- C'est bon ? On est... Sauvés ?

Le voilà qui revenait, un peu inquiet. Quoi ? Ils étaient morts ? Mais l'autre soupira alors que son visage s'éclairait de soulagement. Bon, bah ils n'étaient pas si mort que ça alors !

- Le dernier à la flotte a perdu !

Quoi ? De l'eau ? Ou ça ?!
Courrant a son tour dehors, il réalisa qu'ils étaient en cet instant dans une épaisse foret, dont les feuilles vibraient d'une petite brise fraîche. Il faisait chaud, mais dans le bon sens du chaud. Marley soupira de bien être en soupirant d'aide. Han, c'était beau et agréable ! Il apperçut le Prof courire vers la rivière qu'il y avait un peu plus en contrebas. Pour l'instant, il s'en fichait de perdre, que l'aure saute de suite dans l'eau, Marley n'allait pas tarder à le rejoindre ! Il retira sa chemise, la posant a côté de l'entrée de la cabine et suivit le professeur. RAF, il avait toujours son pantalon mais là... Il se laissa tomber dans l'eau, se laissant engloutir par les flots alors que tout son corps était parcourut de frisson de plaisir. Ah, ça faisait du bien...

Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 17 Déc 2013 - 19:34

    Courant à travers les fourrés, Aedis s’égratigna le visage à de nombreuses reprises. Elle n'avait pas suivi la piste, s'étant contentée d'avancer à toute vitesse le plus droit possible ; elle connaissait de toute façon les lieux comme sa poche, et se perdre était à présent le cadet de ses soucis. Les larmes coulaient sur son visage encore adolescent, alors que son cœur tambourinait, à en vouloir sortir de sa poitrine. Les choses avaient dégénérées avec son ami... A dix-sept ans, la jeune femme avait commencé à apprendre à se battre il y avait quelques mois de cela, quand son père adoptif était parti elle ne savait où ; il l'avait prévenu ne pas revenir avant un bon moment, et ce n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Le maître d'arme de son petit frère, un homme qu'elle aurait pu qualifier de séduisant, l'avait approché après l'avoir aperçue se battre dans le vide, suivant vaguement les mouvements qui étaient répétés entre hommes. Il avait positionné le poignet de la donzelle correctement, et lui avait donné quelques cours particuliers, dans le plus grand secret...
    Secret, qui, à présent, était menacé ; par la peur d'Aedis d'une part, et par la volonté du maître d'arme -Meleadeles était son nom- de profiter de la situation. D'où les larmes de la jeune fille, qui ne pouvait et ne voulait pas que les choses s'ébruitent. Comprenez, son père était certes parti, mais il y avait tant de personnes qui gravitaient autour d'elle, et qui pourraient la juger, la dénoncer à Père... Il y avait son frère, il y avait sa gouvernante, et tous les serviteurs de leur maisonnée, qui ne cherchaient qu'à se faire bien voir pour tenter de sortir de la misère. D'autant potentiels ennemis, qu'Aedis ne pouvait se faire. Si, pour aujourd'hui, elle avait céder, il n'en serait pas pareil les fois suivantes, se promettait elle vaillamment, avant de se rendre compte qu'elle n'en avait pas les moyens.
    Alors qu'elle arrivait aux abords du lac, le visage dégoulinant de larmes, elle s'arrêta, se laissa glisser le long d'un tronc et se recroquevilla sur elle-même. Elle se sentait misérable, elle se sentait perdue. C'était dans ses moments qu'elle se souvenait qu'elle n'était pas d'ici, qu'elle venait d'un monde où existaient voitures, télévisions, magasins... Qu'elle y avait des parents, quelques amis... Et qu'elle avait tout perdu, il y avait huit ans de cela. Ses sanglots redoublèrent d'intensité quand elle se rendit compte que bientôt, elle dépasserait le cap fatidique : elle aurait passé plus de temps ici que dans son époque de naissance. Aedis serait sans doute restée prostrée ainsi jusqu'au soir, si elle n'avait pas entendu un bruit immense, puis des cris et des remous d'eau troublée vivement. Relevant la tête, surprise de voir quelqu'un ici -surtout avec une voix si grave, rares étaient ceux qui pouvaient se permettre de se détendre aussi loin dans la forêt- et surtout interloquée par le bruit qui lui rappelait une... Une...


      - Explosion !

    Pas un mot qu'elle utilisait souvent, comprenez la. Se relevant, tanguant légèrement, elle s'approcha du bord de l'eau, et vit deux hommes dans celle-ci, de l'autre côté du lac. Malgré sa tenue peu conventionnelle pour une demoiselle de bonne famille (elle portait actuellement une tunique et des chausses, vieux vêtements appartenant à son père, ainsi que son épée d'entraînement au côté), elle décida d'aller voir ces garçons. A pas légers, elle se rapprocha, et put se rendre compte que les vêtements qu'ils avaient encore sur eux ne correspondaient pas à ce qu'elle connaissait, et que surtout leurs visages lui étaient inconnus. Son cœur fit un bond, mais elle décida de ne pas laisser percer l'espoir qui pointait. C'était trop aléatoire...
    Le visage raviné par les larmes, elle finit par saluer les deux hommes, lorsqu'elle fut à portée de voix suffisante :


      - Bonjour messires. Vous êtes étrangers, n'est-ce pas ?

    Oui, on ne peut pas dire qu'elle y va par quatre chemins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 17 Déc 2013 - 20:56



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

En courant, le Professeur avant semé ses vêtements, d'abord ses chaussures, ensuite ses chaussettes et enfin son pantalon, tout ça éparpillé sur le sol entre la cabine rouge et la rivière, sur peut être une dizaine de mètres de distance. Il gardait tout de même son caleçon, il s'agirait pas de choquer Marley plus que jusqu'à maintenant, il avait besoin de se remettre. Bon, d'un autre côté, le Professeur en caleçon ça reste pas trop dégueulasse mais bref, passons. Donc, Prof en caleçon sauta dans l'eau fraîche, le courant longeant son corps, la fraîcheur, contrastant à sa chaleur, lançant un frisson le long de son échine. Il sentit ses cheveux se dresser mais il ne sortit pas. Après cette chaleur, après cette... attaque, ça faisait un bien fou. Fermant les yeux, bloquant sa respiration, il plongea totalement sous l'eau, restant ainsi quelques secondes, de longues secondes, où aucun bruit ne vint le déranger, aucun problèmes, rien, juste le silence de l'eau et le liquide frais contre sa peau.

Peut être une trentaine de seconde sous l'eau avant qu'il ne sorte la tête à l'air libre, passant sa main dans ses cheveux pour les relever, essuyant l'eau sur ses yeux. Il posait ses yeux sur une jeune femme, une blonde, peut être la vingtaine, un peu moins. Ses joues étaient brillantes, ses yeux étaient rouges, une égratignure ci et là. - « Bonjour messires. Vous êtes étrangers, n'est-ce pas? » -  Mess.. Quoi? Ses yeux descendirent en dessous de son visage. Sa tenue n'était certainement pas contemporaine à Marley. Seule la tête du Prof dépassait de la surface de l'eau, il restait immobile, la fixant, l'observant. Une pause? Jamais? Et il commença à revenir tout doucement sur la rive, à pieds.

Nous sommes simplement des voyageurs.

Et il sortit de l'eau. Se balader à poil ou presque ne le dérangeait pas. Devant des gens non plus. Devant des ados et en dessous... c'était plus ennuyeux, surtout à cette époque. Il devinait l'époque de part la tenue de cette gamine mais il en aurait vite le coeur net. Revenant jusqu'à la cabine, il ramassa ses vêtements et entra. Il monta jusqu'à la salle de bain et se rinça puis se sécha avant de se rhabiller. Il avait remit ce qu'il avait jeté dehors, sauf le caleçon... détail. Et en haut, il avait troqué sa chemise humide de sueur contre une autre chemise rouge et une veste longue grise avec son bordel dans ses grandes poches. Année 945, non loin de Leicester en Angleterre. Ils n'étaient pas tombé bien loin de leur point de départ... Il ressortit donc du Tardis, refermant la porte derrière lui, s'y adossant un instant, reposant son regard sur la jeune fille. Tout ça ne lui avait prit que cinq minutes même pas, un temps qui passa inaperçu. Et c'est donc tout habillé cette fois qu'il fit un pas vers Marley pour lui donner des vêtements et une serviette. Cet idiot avait sauté habillé à la flotte, c'était pas malin. En remplacement, le Prof lui offrait donc un pantalon marron style chino et une chemise bleu à manche longue, le tout à la taille du Prof... donc à peine trop grand. - Tiens habilles toi Poulet. - Puis il se retourna finalement vers la jeune femme...

... Est-ce que ça va? Vous semblez blessée.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 17 Déc 2013 - 23:12





With The Professor & Aedis de Braholt



Space, time ... and Crash.







La tête sous l'eau, Marley aprécia le froid de la rivière dans laquelle ils étaient plongés. Il avait eu la bonne idée d'abandonner ses chaussures avant d'aller dans l'eau mais le pantalon... Pas grave, il avait eu beaucoup trop chaud pour penser à se désapé plus avant de tomber dans l'eau. Il restortit sa tête de l'eau pour prendre sa réspiration et soupira de bien être.

- GOSH c'que ça fait du bien !

S'essuyant les yeux pour en retirer l'eau, il arborait désormais un grand sourire.

- Bonjour messires. Vous êtes étrangers, n'est-ce pas ?

Marley surssauta et se retourna. Là, sur la rive, une jeune fille les regardait. Le policier haussa un sourcil en l'observant. Oh. Elle était drôlement habillé. Y avait-il une reconstitution d'une quelconque bataille de l'âge sombre pas loin ? Et puis, "Messires". Sérieux ? Plus personne ne dit Messires... Enfin bref. Marley lui sourit et suivit Prof jusqu'à la rive où il s'assit en tailleur, toujours dans l'eau. Ah non, il avait encore beaucoup trop chaud pour sortir.

- Nous sommes simplement des voyageurs. Déclara Prof avant de sortir de l'eau.

Marley le regarda partir en clignant des yeux. Il retourna dans son Tardis. Fort bien ! Il reporta son attention sur la jeune fille.

- Lui c'est un voyageur. Enfin je crois. Pour ma part... Je l'ai... Suivit ? Ouais, on peut dire ça.

En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, voilà Prof qui était de retour. Il tenait dans les mains des affaires propres et même une serviette. Mais c'est qu'il pensait à tout !

- Tiens habilles toi Poulet.
- Han, t'es génial !

Se remettant sur ses pieds, il se rapprocha, attrapa le tout et alla se mettre derrière un arbre - histoire d'avoir un peu de pudeur envers la jeune fille - pour se changer. Bon, ok. C'était un tout petit peu trop grand, mais il ne fallait pas qu'il se plaigne non plus, il aurait pu le laisser comme ça avec des sappes totalement trempées. La serviette sur la tête - Swaaaaaag attitude~ -, il retrouva les deux autres en sifflotant.

- ... Est-ce que ça va ? Vous semblez blessée. Déclara le Professeur à la nouvelle venue.

Marley fronça les sourcils et la regarda. En effet, elle avait l'air blessé et surtout, totallement retournée.

- Qu'est-ce qu'il vous arrive ? Demanda-t-il d'une petite voix, ne voulant pas la brusquer. Vous avez besoin d'aide ?

Même toujours quelque peu pompette, môsieur petit Marley savait encore bien se comporté. Et puis, n'oublions pas qu'il restait un Flic et se devait de défendre la veuve et l'orphelin !


Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 17 Déc 2013 - 23:29

    Aedis eut un sourire crispé en entendant la réponse d'un des deux hommes. Celui-ci était plus fin que son comparse... Et plus dénudé aussi. Une autre journée, la demoiselle ne se serrait pas gênée pour reluquer un peu l'inconnu ; mais aujourd'hui était une jour différent des autres : elle se recula d'un pas, comme si elle était pudique, et baissa les yeux. Il était pourtant commun de voir des personnes de tous les sexes nues dans sa vie : ce n'était pas comme s'ils avaient tous leur chambre, ou quoique ce soit. Même dans la famille, plutôt riche, de la jeune Aedis, c'était chambre commune, et nus s'il vous plait ; il n'y avait guère que les nobles pour vouloir chauffer trois pièces pour une famille complète, alors qu'une suffit largement. Mais cessons là les considérations matérielles... Attitude peu commune, donc, de la demoiselle ; malgré tous ses efforts elle ne put cependant pas rater le caleçon, fort anachronique, avec qui plus est sa belle ceinture-élastique. La nostalgie la fit perdre un instant contact avec la réalité, quand elle se rappela le moment où la femme qui l'avait trouvé, son actuelle nourrice, avait jeté tous ses vêtements dans le feu... Même la jolie robe qu'on lui avait offert pour son anniversaire ; sans doute était-ce cela que la gamine de l'époque avait le plus pleuré, sur le moment. Secouant discrètement la tête, passant ses mains sur ses yeux et ses joues, Aedis lâcha un petit soufflement du nez. De simples voyageurs, disait-il ? Son camarade ne semblait pas tout à fait sûr. Gagnant ce minimum de suffisance qu'il lui fallait pour se montrer cassante -elle en avait l'habitude avec les serfs- elle répondit au second bonhomme, toujours dans l'eau :

      - Si vous le suivez, vous voyagez aussi.

    Rosissant en se rendant compte qu'elle ignorait tout d'eux, et qu'elle pouvait avoir offensé n'importe qui, elle se rasséréna en pensant qu'après tout, ils n'étaient pas d'ici... Même pas de cette époque. Elle frissonna, et regarda distraitement celui a qui elle avait répondu sortir de l'eau, avant de s'approcher elle-même du bord. A genoux, elle passa l'eau, fraîche, sur son visage, ce qui lui fit le plus grand bien. Se retournant vers le second personnage, à présent habillé, elle retint un hoquet, frustrée de penser à ce qui s'était passé et de ne pas pouvoir oublier. En secouant doucement la tête, laissant perler deux larmes sans pouvoir s'en empêcher, elle répondit, avec douceur cette fois-ci :

      - Ca... Ca va... Ce sont juste des éraflures...

    Surprise d'entendre l'autre parler à nouveau, ne l'ayant pas vu revenir, elle avisa sa tenue, un peu grande et esquissa un sourire crispé et forcé :

      - Il m'arrive que... Que quoi ? Que devait-elle répondre ? La vérité, crue ?  Une niaiserie pour apaiser les cœurs ? Elle ne les connaissait ni d'Eve ni d'Adam, et rechignait à se confier à de parfaits inconnus... Ce qui était pourtant mieux que de se confier à quiconque qu'elle pouvait connaître. Je doute que vous puissiez m'aider en quoique ce soit, Sieur. Mais je vous remercie de vous en préoccuper...

    Eh, elle-même n'avait pas de solution en tête. Aller casser la gueule de Meleadeles ne lui procurerait aucun bien, le dénoncer entacherait sa réputation et ferait d'elle une paria... Fuir, peut-être, mais pour aller où ? Elle avait eu suffisamment de mal à se créer cette vie, ce cocon familial.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 18 Déc 2013 - 0:00



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

Le Professeur fixait la jeune fille, il jeta à peine un coup d’œil à Marley quand il revint vêtu de ses propres vêtements. Il l'observa agir, il observa son regard fuyant et son avait remarqué son pas de recul. Il avait vu les larmes qui avaient parlé à ses yeux avant de disparaître. Il ne lui en fallait pas autant mais il ne voulait pas la brusquer. A son attention, il ne fit que répondre... - Je ne parlais pas de ces égratignures. - Non, et c'était vrai. Ces contusions n'étaient que détails, des plaies bénignes qu'elle avait dû se faire en courant dans la foret. Non, lui il parlait de l’intérieur, du regard fuyant, du mouvement de recul. Il parlait de son état psychologique et après tout c'était bien là son domaine. Même si là, c'était loin d'être compliqué... on ne pouvait pas lui mentir, c'était comme ça, mais ça n'était pas son seul talent...

Se tournant vers Marley, délaissant un instant la jeune fille pour la laisser respirer, il s'adresser à son compagnon de fortune. - Nous sommes en 945 très cher, bienvenue au Moyen-âge. - Et c'est seulement après avoir observé la réaction de Marley non sans un certain amusement qu'il revint à leur nouvelle amie. Il fit un pas vers elle sans la lâcher du regard, sans vivacité, juste un pas simple. Il la regarda un instant pour finalement enchaîner... - Vous savez, nous avons plus de ressources que nous n'en avons l'air et je suis sur que nous pouvons vous aider d'une quelconque façon... - Après tout, il était policier et il était le Professeur. Cette jeune fille ne risquait rien avec eux, en revanche le responsable... Mais là encore, c'était soumis à condition. Cela dit, le Professeur se tourna vers la cabine dont il verrouilla la porte.

S’arrêtant un instant devant la porte rouge vitrée, il sourit puis se retourna encore une fois. Une vrai girouette. Il observa les alentours. C'était une petite clairière avec ce coin de rivière parfait pour la baignade. L'endroit était entouré par de nombreux arbres, grands et magnifiques. Le sol était couvert d'une herbe verte agréable et les quelques rochers posés ci et là était recouvert de mousse. C'était une foret humide, vieille, belle... et au milieu de tout ça, Marley et le Professeur rejoint par une jeune femme, à côté d'une grande cabine téléphonique rouge pétant. - Je suis le Professeur, et vous très chère, vous n'êtes pas surpris par nos vêtements ou même l'aspect peu commun de cette cabine rouge. - Pourquoi y aller par quatre chemin alors qu'elle n'était pas étonné une seule seconde?

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 18 Déc 2013 - 0:48





With The Professor & Aedis de Braholt



Space, time ... and Crash.







Marley regarda autour de lui. Il ne reconnaissait pas les environs, et pourtant, la jeune femme parlait un anglais parfait. Où est-ce qu'ils étaient ? Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas vu une foret aussi dense, aussi ... Belle, si verte et si touffue... Et puis cette eau, elle était si claire... Pris d'un doute,il leva le nez au ciel. Non non, il voyait bien le soleil et même la lune. Ils étaient sur terre, aucun doute... Quoique. Il se tourna vers le Professeur pour lui demander où est-ce qu'ils étaient mais ce dernier le prit de vitesse.

- Nous sommes en 945 très cher, bienvenue au Moyen-âge.

....... Quoi ?
Alors ça, jamais il n'aurait pu l'imaginer. Le... Moyen-âge ? Genre avec les chevaliers et tout ? Marley ouvrit de grands yeux. En plus de se déplacer dans l'espace, son vaisseau se déplaçait aussi dans le temps ? ! Le policier fixa le Professeur, puis la cabine téléphonique. Il était sérieux ? Ok. Ca, c'est totalement inédit ! TOUT dans cette journée était inédit ! Marley secoua la tête. Naaaaan, impossible. Il fixa la jeune demoiselle.

- Je doute que vous puissiez m'aider en quoique ce soit, Sieur. Mais je vous remercie de vous en préoccuper...

Peut-être que si en fait. Le policier prit une grande inspiration. Ok. Assimilation des données : Il venait de voyager dans le temps. Il observa ses mains, puis le sol. Il était en train de marcher sur un sol... Sur le sol dans le passé ! Un frisson d'excitation le prit et un sourire éclaira un bref instant son visage. Mais son instinct reprit le dessus.

- Vous savez, nous avons plus de ressources que nous n'en avons l'air et je suis sur que nous pouvons vous aider d'une quelconque façon... Affirma gentiment le Professeur.

Marley hocha la tête en croisant les bras.

- Il a raison. Pour ma part, je suis poli... Euuh... Je sais me défendre et je suis familier avec les ... les... tracas judiciaire....

Le pauvre patinait totalement. Il se racla la gorge en marmonnant un "Bref" histoire de passer à autre chose avant de se tourner totalement en ridicule.

- Je suis le Professeur, et vous très chère, vous n'êtes pas surpris par nos vêtements ou même l'aspect peu commun de cette cabine rouge.

Hm, pour le coup, Prof n'avait pas faux. Il regarda la jeune femme en attendant une réponse.


Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 18 Déc 2013 - 1:20

    Aedis haussa un sourcil : ah, tiens, la sensibilité était au rendez-vous[ L'envie d'être hargneuse et de rétorquer qu'ils n'avaient de toute façon aucune raison de l'aider se fit pressante, alors qu'elle se sentait vidée de toute énergie dans le même temps. Être cynique était trop fatiguant. Ses émotions jouant au yo-yo, la demoiselle tenta de faire le vide dans son esprit pour pouvoir être claire et discuter avec ces gens tranquillement. Grossière erreur ; gémissement ; l'image du visage de Meleadeles s'approchant d'elle la remplit d'un dégoût à la fois d'elle-même, des évènements, et de la gent masculine. Ils partaient sur un mauvais point, et pourtant, une certaine sérénité se dégageait de ces deux personnages, à un niveau plus ou moins important. Elle ne répondit néanmoins pas : la constatation qu'il ne parlait pas de ça n'était pas une question. Elle aurait pu, au pire, hausser les épaules, mais elle délaissa cette idée pour tenter, à nouveau, de se calmer un peu. Au moins son visage était sec, cette fois-ci.
    Sentant qu'on l'interpellait à nouveau, elle retroussa ses lèvres dans un rictus maladroit, achevant de parfaire son portrait à la fois ridicule et misérable. Piètre héroïne que nous avons là. Déglutissant, elle secoua la tête et laissa filer sa voix en réponse aux paroles du jeune homme :


      - Qu'importe les ressources... Ce qui a pu se passer...Elle inspira largement : S'est déjà déroulé. Je n'ai guère le choix.

    Pourquoi le dire était si difficile ? Pourquoi l'idée des évènements passés ne parvenait pas à franchir le seuil des ses lèvres ? Sans doute par honte, et par désir de masquer la vérité. Comment pourrait-on après la juger ? Personne n'est impartial, tout le monde juge les autres -Aedis la première- et elle ne voulait pas que ça arrive. Pas avec ça. Très égoïstement, et très étrangement, elle se refusait de penser qu'elle ne combattrait plus avec son maître d'arme ; comme si ce dernier et la personne qui l'avait fait chanter étaient deux individus différents, le second ayant découvert les activités du premier.
    L'homme se présenta. Le Professeur ? Quel nom étrange... Et il nota -fatalement- que la donzelle n'était nullement surprise par leur tenue et leur... Cabine rouge. Certes. Elle l'avait pour sûr noté, cette cabine rouge, se demandant même comment ils avaient fait pour la ramener ici. Peut-être que les anges qui les avaient mené là avaient pris l'objet en même temps ? Ils prenaient bien les vêtements, non ? En même temps... Ils n'avaient pas l'air plus surpris qu'elle d'être là ; sauf peut-être le second larron qui avait présenté sa fonction un peu plus tôt. Un juge ? Elle fronça les sourcils. La prenait-il pour une idiote ? Elle savait évidemment ce qu'était un juge, et se doutait alors qu'il savait se défendre : c'était un poste acquis par de vieux soldats qui s'étaient illustrés au combat et disposaient d'une noblesse conséquente. Un peu jeune, le garçon, pour faire ça... Enfin, ça, c'était ici, mais c'était la seule chose qui venait à l'esprit d'Aedis en entendant ces paroles.


      - Je me nomme Aedis Arkey. Et vous-même n'avez pas l'air surpris d'être ici... Votre compagnon un peu plus. Quant à la cabine rouge... Elle m'apparait parfois, floue, dans mes rêves et souvenirs. Un peu comme ces vêtements, quoique je n'en ai pas vraiment vu de tels...

    Ou l'art de faire des réponses utiles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 18 Déc 2013 - 2:18



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

Elle avait des souvenirs flous de ces cabines ou de ces vêtements mais vivait au Moyen âge? Comment? C'était bien la question qu'il se posait. Comment une fille de cette époque là pouvait seulement imaginer tout ça? Il y avait quelque chose là dessous, c'était sur, quelque chose d'étrange et de fascinant. Peut être était-elle d'une autre époque en fin de compte? Mais l'aurait-elle oublié? Et comment serait-elle arrivé là? Non, tout ça était vraiment trop louche! Mais bon, elle restait muette quand à ce qui lui était arrivé, elle restait distante en général, leur présence quoi que loin d'être dangereuse ne semblait pas la rassurer. Oh il pouvait lire dans les gens comme dans un livre ouvert, ça valait pour elle aussi, alors autant s'en servir.

Resserrant son manteau par ses bras croisés, il contourna la jeune Aedis pour se rapprocher des arbres les plus proches, jeter un coup d’œil aux environs. Ils devaient pas être si loin que ça du village, mais il faudrait marcher. Ça leur ferait pas de mal après tout même s'ils venaient de passer deux heures à courir partout... - Bon. On va faire un tour? - Et donc voilà le Professeur qui entre dans la foret, sombre sous les arbres, humide. Les mains dans les poches de sa veste, faisant rouler son sonique entre ses doigts, il marchait, tranquille, pas du tout pressé. A vrai dire la fraîcheur de l'endroit lui faisait du bien, il préférait ça à là chaleur de tout à l'heure. Se rapprochant de Marley, il commença à lui expliquer... des trucs un peu inutiles. - Le truc jaune qui piégeait le Tardis était bien collé. C'était bien vu le coup du déplacement, mais la dématérialisation spatiale aurait été inefficace. Par contre, le vortex du Temps est vraiment mortel sans protection. Cette bestiole a dû brûler pendant qu'on arrivait ici, et le fait qu'on tente de s'en débarrasser comme ça nous à fait nous écraser ici et maintenant. - Bah quoi, fallait bien lui expliquer à un moment donné, même s'il ne comprendrait peut être pas tout.

Savourant l'ombre et la fraîcheur de la foret en cette fin de journée, il reprit une marche normale entre les arbres.  Le calme, le silence, les pas sur le sol, la plénitude... Ouais enfin jusqu'à un certain point. Un son déchira le silence, un cri. - Chht! - Le Professeur se stoppa net, tendant l'oreille. Changeant de direction, il commença à marcher dans le sens d'où il pensait avoir entendu le cri. Un autre! Il se passait quoi dans cette foret!

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 18 Déc 2013 - 14:44





With The Professor & Aedis de Braholt



Space, time ... and Crash.







Marley avait froncé les sourcils aux dires de la jeune femme, une certaine Aedis .... Arkey...? Sa réponse était on ne peut plus évasives et Marley connaissait bien cette démarche : Ou elle avait un secret inavouable, ou elle avait trop honte. Ou alors, elle n'avait pas confiance en eux. D'un autre côté, c'était une très bonne excuse non ? Les deux venaient d'arrivés, dans une boite étrange, en plein moyen âge... Et ils devaient avoir l'air de deux clowns habillés de la sorte. Marley eu un rire un peu jaune en se frottant l'arrière de la tête. A quoi bon lui affirmer leur bonne foi si elle n'était pas apte a les croire ?

- Bon. On va faire un tour ? Affirma plus que ne demanda le Professeur en se dirigeant vers la foret.

Se retournant un instant vers la jeune femme, il lui fit un sourire.

- Peut-être jugez-vous que nous vous serions d'aucune aide quant a votre problème, mais au moins essayez de vous changer les idées en venant vous promener avec nous.

Et il trottina jusqu'au Professeur. Marley prit une grande inspiration d'air frais, un air bien pur qu'il ne connaissait que peu dans son époque et il réalisa enfin les différences notables. Et ça lui plaisait ! Mettant les mains dans les poches, il sourit en sifflotant et appréciant la fraîcheur de l'orée des arbres.
Prof se rapprocha et lui expliqua comment il était arrivé ici.

- Ouais, c'était bien vu, mais tu aurais pus trouvé ça tout seul. C'est ton vaisseau après tout.

Un cri perça le silence forestier. Un cri aiguë, transpirant la peur et faisant se crisper le policier alors qu'une sueur froide le traversait. Prof lui intima de se taire, attendit un instant pour d'autres bruits et s'enfonça dans la verdure dans la direction d'où provenait les cris. Marley déglutit et se retourna vers là où avait disparu le Professeur. Il regrettait que ce dernier ne lui ai pas laisser ses armes, il se sentait bien nu maintenant ! Alors, suivant les traces de ce dernier, il trouva une grosse branche bien solide dont il pouvait se servir comme... Comme massue ?  Il avait l'air fin pour un policier !

Il suivit le Professeur a quelques mètres de distance et les voilà alors arrivés dans une clairière. Un puits de lumière naturel où le soleil nourrissait fleurs et plantes odorantes qui parsemaient le sol. Regardant autour de lui, une masse informe attira l'attention de Marley. Il se rapprocha, c'était un corps.

- Prof, par ici !

Il s'accroupit et entreprit de chercher son pouls.

Spoiler:
 

Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 18 Déc 2013 - 21:16

    Aedis comprit son étonnement, mais resta de marbre. Ils n'étaient pas plus loquaces qu'elle ne l'était, et l'agacement grimpait en elle. Bien, c'était une manière comme une autre de se remettre d'aplomb. Les laissant papotait entre eux, et décider de marcher dans une direction un peu au hasard -étonnamment, pas en direction de la petite ville sans nom où elle habitait- et resta sur place... Avant que le juge ne lui propose de les accompagner. Se mordillant la lèvre, elle hocha la tête et rejoignit d'un pas vif les deux homme qui parlaient, restant toutefois en retrait. Elle ne cherchait pas à les espionner, et leur conversation ne lui était d'aucun intérêt ; elle regardait donc les environs, suivant les deux jeunes hommes en traînant des pieds. Levant les yeux au ciel en entendant les blablas obscurs du Prof, elle continua à marcher, observant les pistes d'animaux qui traversaient les bois. Braves petites créatures... Aedis aimait suivre leurs chemins, et se balader au hasard des bois, suivre leurs pistes et s'amusant à trouver leurs traces. Des occupations bien futiles aux yeux de son père, qui voyait plutôt en elle l'occasion de gagner en prestige ; Aedis savait qu'elle allait être mariée sous peu, et que sans doute était là la raison de son absence. Enfin, elle évitait de présummer trop tôt. Et, sortant de sa rêverie, elle sursauta quand elle entendit un cri. Une voix qu'elle connaissait, et bien même. Lâchant un hoquet de surprise et de peur mêlées, elle se figea, laissant disparaître le Professeur dans les fourrés. Puis, une fois remise, elle suivit le juge en courant. Et en effet... Se précipitant au chevet de la femme qui était au sol, elle tourna son visage et murmura d'un souffle plaintif :

      - Alédine !

    Voyant que l'homme semblait s'y connaître en soin, elle se tourna vers lui :

      - Comment va-t-elle ?

    Alédine était la femme qui l'avait recueilli la première fois qu'elle était arrivée ici. C'était elle qui lui avait offert sa vie, l'avait empêché de couler, voire de se faire tuer par des habitants terrorisés qui l'auraient prise pour une sorcière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 18 Déc 2013 - 23:49



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

Alédine? Elle la connaissait? Peu importe. Le Professeur se laissa tomber à côté d'elle. Ils avaient couru moins d'une minute avant de a trouver, au milieu de cette petite clairière verte dont la lumière ne prévenait qu'un trou dans le feuillage, grâce à un seul endroit où il n'y avait pas d'arbre. Étrange miracle. La vieille femme était étendue là, immobile, inconsciente. Son cou était rouge, sa robe déchirée. Marley s'était dépêché de prendre son pouls... Prof soupira puis sortit de sa poche son pointeur sonique. Le bruit caractéristique de l'objet se fit entendre et la lumière verte au bout se fit voir. Il parcourut tout son corps avec avant de faire pivoter le centre pour laisser apparaître un gros câble qui laissait voir des signaux lumineux incompréhensibles. Enfin bref, y'a que Prof qui savait ce que c'était. -  Elle est en vie mais son pouls est faible. Y'a des radiations étranges sur elle, quelque chose de... - Tournant sa tête de quelques degrés, il dégagea son cou pour laisser apparaître une rougeur, deux en fait. Deux points rouges. C'était bien la peau et non une quelconque peinture ou autre. Deux points... S'il y avait eu du sang, on aurait pu penser à un vampire et cette pensée aurait fait sourire le Professeur mais là non, c'était du coup encore plus étrange.

Intéressant... - Réactivant une nouvelle fois le sonique, il en approcha la pointe des deux points rouges pour constater que les radiations provenaient de là. Calibrant le pointeur sur ces radiations, il scanna le corps une nouvelle fois... -  Rien ne l'a touché... - Non, rien de physique. Rien ne l'avait touché, rien du tout. Quelque chose d'autre l'avait atteint, quelque chose d’intangible, d'invisible. Quelque chose de présent mais d'absent... Ça ne ressemblait pas à un laser, ni à un projectile quelconque. Ça n'était pas le résultat d'une attaque télékinétique, il était bien placé pour le savoir, c'était quoi alors? -  Un sortilège?! - Rationnel? Oui bah là il voyait pas quoi d'autre. Le Professeur se releva, rangeant le sonique dans sa poche, passant ses mains dans ses cheveux. Il n'y avait rien ici, aucun indice a part ces radiations et ces rougeurs qui avaient déjà disparus. Le cœur de la femme était affaiblis, elle fatiguait, elle était inconsciente et potentiellement en danger. Un médecin contemporain ne saurait pas la soigner, le repos ne l'aiderait pas suffisamment. Elle ne pouvait pas marcher et ils ne pouvaient pas la porter, y'avait pas trente six solutions.

Ok, vous deux vous restez ici avec elle. - Et sur ces mots il s’enfonça dans la foret, sens inverse. En courant, slalomant entre les arbres, il revenait sur leurs pas, il revenait vers le Tardis...

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Jeu 19 Déc 2013 - 3:22





With The Professor & Aedis de Braholt



Space, time ... and Crash.







La jeune Aedis les avait suivit et visiblement connaissait la blessée. Marley trouva enfin son pouls. Il était faible, et s'il avait été novice, il ne l'aurait surement pas trouvé. Sa peau était froide, elle était très pâle.

- Comment va-t-elle ? Demanda la jeune Aedis.

Professeur s'était accroupis à ses côté, sortant un stylo de sa poche. Enfin non, pas un stylo. Un... Un laser ? Il appuya sur un petit bouton, provocant un petit bruit électrique et illuminant la certaine Alédine d'une lumière verte. Marley fronça les sourcils et allait lui demandait ce qu'il faisait. Mais Prof n'était pas un méchant. Enfin, surement.

- Elle est en vie mais son pouls est faible. Y'a des radiations étranges sur elle, quelque chose de...

Marley leva les yeux au ciel. Ouais enfin ça, pour le pouls, il l'avait deviner tout seul, pas besoin de se la péter avec sa petite baguette magique ! Le jeune policier se pencha pour observer le cou de la jeune femme. Deux points rouges. Deux points ro-.... Naaaaan. Quand même pas ?!

- Intéressant. Déclara le Professeur.
- Intéressant ? C'est vraiment ce que je pense ou ....

Le Professeur déclara que rien ne l'avait touché. Peut-être, mais et ça ?! Enfin quoi ? Marley se mordit la lèvre, tentant de ne pas ceder a la panique.

- Un sortilège ?!
- Who ! Comment ça un sortilège ?! Genre avec de la magie et tout ? C't'une blague ?

Le Prof se redressa en passant une main dans ses cheveux. Marley le regarda sans comprendre puis décida de reporter son attention sur la blessée. Il bougea délicatement sa tête, poussant ses cheveux pour libérer sa bouche et lui faciliter la respiration.

- Ok, vous deux vous restez ici avec elle.

Marley le regarda disparaître. Ok, d'accord. Bon. Le policier fit un geste vers Aedis pour qu'elle se recule un peu, de telle sorte que la blessée puisse respirer bien plus facilement. Il prit la serviette qu'il avait gardé depuis le temps et la plia pour la mettre doucement sous la tête de la jeune femme.

- Miss Aedis, rendez-moi un service. Retournez rapidement à la rivière et raporter un linge humide pour la rafraîchir un peu. Normalement, mon premier haut est toujours près du lac, vous pouvez vous en servir.

Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Jeu 19 Déc 2013 - 10:39

    Son pouls ? Uh, Aedis n'avait aucune idée de ce que ça pouvait être. Sans doute une espèce de truc qui prouvait que les gens étaient en vie. Elle haussa les épaules, et se reconcentra sur son amie ; son visage était pâle, et les deux points qu'elle pouvait voir sur son cou ne lui disaient rien. Elle grogna, passa sa main sur la tête de la femme et put noter à quel point son front était chaud. Mauvais signe. Elle n'avait que neuf ans quand elle était partie de son monde moderne, et beaucoup de notions lui étaient passées par-dessus la tête, qu'elle les ait oubliées ou jamais apprises. Ce qu'elle savait, en revanche, c'est qu'ici, au Moyen Âge, les gens mourraient plus facilement. Les médicaments donnés ne la choquait même plus, car elle ne se souvenait pas que plus tard, les ingrédients n'étaient pas les mêmes. Les enfants, étrangers au monde de la médecine, sont bien plus influençables...
    Les deux autres blablataient, et quand elle entendit le Professeur s'exclamer "sortilège", elle se signa rapidement et leva deux doigts pour conjurer le mauvais sort. Les mauvais esprits étaient légions, mais si on parvenait à les éviter... C'était toujours mieux, et Aedis ne donnait plus cher de la peau d'Alédine. Acquiesçant quand le deuxième homme lui demanda d'aller humidifier la peau de sa nourrice, elle se retourna et courut en direction du lac. Il était hors de question qu'elle reste sans rien faire ; quoiqu'elle ait un certain recul quant aux sorcières, ayant failli être traitée comme telle, elle croyait dur comme fer que ces êtres existaient, et rien que pour faire le mal. Et les deux hommes venant du futur pouvaient sans doute le savoir aussi et la guérir, non ?
    Alors qu'elle se rendait au petit lac pour suivre les instructions du juge -il faudrait qu'elle lui demande son nom-, Alédine se réveilla temporairement, crachotant quelques mots à peine compréhensibles, à propos d'un père revenu et de grands évènements. Une fois son message passé, la femme, dont les yeux firent tout à coup plus que sa quarantaine passée, retomba dans l'inconscience, peut-être même plus profondément qu'avant.
    Aedis revint quelques minutes plus tard, linge humide en main. Elle n'avait rien rencontré de particulier, fort heureusement. Lèvres pincées et presque blanchies, elle posa le linge sur le front de sa nourrice, et murmura quelques paroles réconfortantes, en espérant que son esprit l'entende. Puis, tout en continuant à prodiguer ce qu'elle pouvait de soins, elle ouvrit la bouche :


      - Dites, Sieur Juge, comment vous nommez-vous ?

    Au moins, le Professeur avait clairement défini sa profession. Elle lui demanderait son nom plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Jeu 19 Déc 2013 - 15:28



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

Il fallut au Professeur plusieurs bonnes minutes pour revenir jusqu'à la rivière. Les vêtements de Marley étaient toujours éparpillés un peu partout mais ça n'était pas important à l'heure actuelle. Poussant la porte, il entra dans la cabine et entra le pointeur sonique dans un espace qui semblait prévu pour ça. Le petit écran s'alluma automatiquement, analysant des données. Plusieurs courbes se dessinèrent, des chiffres en masse défilèrent, et un son se fit entendre, comme une cloche qui tinte. Levant les yeux vers l'écran, le Professeur pu constater qu'il n'était pas si loin de la vérité... Aventure, aventure...

Récupérant son sonique, le Prof desserra le frein à main. En un instant, la cabine s'était dématérialisé dans une brise qui fit bouger les feuillages. S'agitant autour de la console, enfin pas tant que ça, il localisa les autres et entra la destination. Après quelques secondes, le Tardis se matérialisa dans la clairière où se trouvait Marley et les autres, dont leur blessée. Pourtant il ne sortit pas de suite. - Prépare la chambre de soins, accés direct. - Et s'il était resté là pour observer, il aurait pu voir une porte se dessiner dans la paroi métallique du Tardis, juste à droite de la porte d'entrée. A la base, cette chambre se trouvait dans un autre niveau, à côté de l'infirmerie, mais déjà qu'il était obligé de les faire entrer pour ça, il allait pas en plus faire la visite.

Sortant de la cabine en laissant la porte ouverte, ne portant pas plus d'attention que ça aux autres, il s'approcha d'Alédine et la souleva, difficilement. Elle était pas toute légère non plus. Explications? Pas le temps. Faisant demi tour, il entra avec elle dans le Tardis et tourna directement à droite. La porte qui se dessinait à peine tout à l'heure était parfaitement réelle désormais et elle s'ouvrit quand il arriva. La chambre était grande, claire autant par la lumière qui y entrait par une magnifique fenêtre en bois que par les meubles et la déco qui étaient dans des tons très clair autour du beige ou du marron clair. Cette chambre aurait pu être celle d'une maison de maître, quelque chose de beau, de propre, mais d'a peu prêt contemporain. Je dis bien à peu prêt. A peine avait-il déposé la femme dans le lit q'un dôme opaque s'éleva du lit pour le recouvrir entièrement, son occupante aussi. Le dôme était blanc, transparent, fait d'énergie et donc intangible mais si l'on y passait à travers, on sentirait une sorte de picotement. Un cadre du mur pivota pour laisser voir un écran avec les constantes vitales d'Alédine, des constantes franchement inquiétante. - Ici elle ne risque plus rien. Elle ne mourra pas aujourd'hui mais il travaille à la soigner ou du moins à la ramener parmis nous. - S'il parvenait à la ramener à la conscience, elle n'aurait besoin que de longs jours de repos pour s'en remettre. Le Tardis annulait les radiations et la soignait en même temps, pour... annuler le sortilège. La médecine de cette année n'aurait certainement pas pu le faire.

Se tournant alors vers Aedis, le Professeur lui posa une question simple, dans une naturel parfait... - Y'a des sorcières dans le coin?

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Dim 22 Déc 2013 - 1:35





With The Professor & Aedis de Braholt



Space, time ... and Crash.






Quand il s'était retrouvé seul avec la mal en point, voilà que cette dernière repris conscience le temps de délirer un instant. Marley tenta bien de la calmer, mais a peine avait-il tenter de lui dire que tout allait bien, qu'elle était en sécurité maintenant, la jeune femme était de nouveau dans les vappes. Son état inquiétait le pauvre Marley qui ne put que déposer délicatement sa tête sur ses genoux et de lui caresser les cheveux en espérant que les deux ne soient pas trop long. Si la jeune femme venait a mourir, il ne voulait pas être seul quand cela arrivera. Enfin la jeune femme revint, avec sa chemise en main - bonne pour la poubelle désormais - et la voilà qui tentait déjà de faire tomber la température qui s'était soudainement déclarée. Marley se sentit soudainement bien inutile. Que pouvait-il faire de plus ? Elle n'était pas en arrêt cardiaque ni arrêt respiratoire, lui prodiguer les premiers soins n'étaient donc pas nécessaires. Alors il ne fit que regarder la jeune Aedis s'occuper de la femme avec beaucoup de tendresse.

- Dites, Sieur Juge, comment vous nommez-vous ?

Marley eu un ricanement. Oh, non pas qu'il se moquait d'elle, mais cela lui faisait bizarre d'entendre quelque parler aussi bien et usé du langage soutenu avec beaucoup de facilité, mais surtout parce que s'il y avait bien un métier qu'il avait en horreur, c'était bien juge. Tous plus corrompu les uns que les autres et...

- Oh non non. Je ne suis pas juge. Je suis... Policier. De là d'où je viens, je sers a maintenir l'ordre dans les rues et protéger les innocents. Je ne condamne pas les scélérats, je ne fais que les arrêter.

Un bruit métallique familier se fit entendre dans la clairière et se retournant, il put apercevoir le vaisseau du Professeur apparaître pas loin d'eux. Ce dernier en sortit triomphant - oui, il fallait qualifier sa démarche et c'est ce qui s'en rapprochait le plus, avec soucieusement -. Il s'approchant, et sans un regard, attrapa la blessée, la souleva et repartit dans son vaisseau. Mais il allait où comme ça ? Marley bondit sur ses pieds et le suivit a l'intérieur du vaisseau et... Rha, il ne s'y faisait toujours pas ! Il eu un petit vertige en constatant de nouveau a quel point c'était bien plus grand à l'intérieur. Reprenant pied, il se remit a suivre Prof et-

- Hé, mais elle était pas là tout à l'heure c'te porte !

Et Marley en était sur. Mais comme Prof était déjà à l'intérieur, c'était comme s'il s'adressait au vaisseau. Et on ne peut s'adresser à un... Euh... Non. Quand même pas ! ... Si ?

Entrant dans la pièce totalement blanche, il réalisa a quel point l'alcool dans son sang se dissipait. Non seulement voilà qu'il commençait à prendre conscience de toute l'ampleur du degré de what-the-fuck'esque de cette journée, mais en plus la lumIERE L'AGRESSAIT SA MERE !
Il grogna en plissant les yeux et baissa la tête. Une migraine commençait a pointer le bout d'son nez et il s'adossa a la paroi d'un mur pour être plus confortablement installé sur ses deux jambes. Il entre-aperçut le Professeur déposé la femme sur un lit, puis un dôme lumineux la recouvrir et- Putain trop de lumière.

Il ferma définitivement les yeux. Oh, l'intérieur de mes paupières, c'tout aussi joli aussi, pensa-t-il.

- Ici elle ne risque plus rien. Elle ne mourra pas aujourd'hui mais il travaille à la soigner ou du moins à la ramener parmis nous. Un temps. Y'a des sorcières dans le coin ?

Sous la surprise, Marley rouvrit les yeux - Grossière erreur, mais passons -.

- Euuuh... Objection ! Prof, j'peux te dire deux mots ?

Retournant dans la salle principale pour laisser a Aedis un peu d'intimité avec... Non j'déconne, c'était pour vraiment isoler Prof histoire que la demoiselle n'entende pas. Et puis ici, il y avait moins de lumière.

- Tu es sérieux avec cette question ? Des sorcières ? Genre vieilles femmes pleine de vérues, voire peau vertes, balais, chats noir et chapeaux pointus ? Ou sorcières canons à la Charmed ? Parce que si c'est le cas, dans l'un ou dans l'autre, j'aimerais savoir pourquoi, à notre... à mon époque, on est pas encore au courant. Je veux dire, sérieusement.

Oui, même s'il n'était pas au meilleur de sa forme intellectuelle aujourd'hui, Marley avait bien compris que dans tous les cas, Prof ne venait pas de son époque. Voire peut-être même pas de la même planète - mais il faut se l'avouer, il n'était pas encore près à l'entendre ça. -


Spoiler:
 

Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Lun 23 Déc 2013 - 13:53

    Aedis fronça les sourcils en l'entendant dire qu'il n'était pas juge? Flûte, elle avait pensé que... Bah, elle pouvait faire des erreurs. L'écoutant parler de son métier, elle dû se retenir pour ne pas lui asséner qu'elle savait tout à fait ce qu'était un policier. Ou, en fait, non, elle ne se retint pas et lâcha après un bref gloussement quelques paroles un peu plus méprisante que jusque là :

      - Me prenez-vous pour une imbécile ? Je sais ce qu'est un policier...

    "Tout le monde sait cela" aurait été la phrase de trop, et elle garda celle-ci pour elle. Parce que c'était faux, et que la mauvaise foi de la demoiselle, qui s'était manifestée alors qu'elle savait que l'inconnu ne comptait que l'éclairer en pensant qu'elle était bien de cette époque, avait des limites. D'ailleurs, à propos d'inconnu...

      - Vous ne m'avez toujours pas dit votre nom. Dois-je vous appeler "Policier" comme vous semblez appeler votre ami "Professeur" ?

    Si elle avait pensé de premier abord qu'ils venaient de son époque (la faute à la cabine sans doute), quoique les vêtements étaient un peu différents de ceux dont elle se souvenait, elle n'en avait aucune assurance. Le fait d'avoir fait un saut temporel lui avait ouvert l'esprit, et elle ne trouvait pas ceci inconcevable. De ce fait, la possibilité qu'ils s'appellent par leur fonction venait peut-être des moeurs de leur époque ? C'était une probabilité à ne pas ôter.
    Le Prof' revint d'ailleurs, avec sa cabine téléphonique, et emporta Adéline avec lui. Interloquée, surtout de le voir entrer là-dedans sans sourciller... Et de voir le policier le suivre. D'ordinaire, l'éducation de la demoiselle l'aurait emporté, et elle serait restée sagement dehors, attendant les deux hommes assise par terre. Mais là, Adéline était aux portes de la mort ; et c'était beaucoup trop étrange pour qu'elle passe à côté de ça. Les suivant, elle écarquilla les yeux en arrivant à l'intérieur. Des tas de questions se bousculaient dans son esprit, mais elle se retint de les poser : ils avaient d'autres chats à foutter. Entrant dans la seconde salle à la suite du policier, elle sourit, rassurée. Ses yeux virevoltaient dans tous les sens, et elle mit un certain temps avant de comprendre la question qui lui était posée. Le temps qu'elle esquisse le geste d'ouvrir les lèvres, les deux hommes étaient déjà sortis. Attendant patiemment en veillant Adéline, elle attendit qu'ils reviennent pour répondre.


      - Des sorcières ? Êtes-vous de l'Inquisition ? Elle haussa les épaules sans attendre la réponse : Tout le monde est accusé à un moment ou à un autre. Ayez le malheur de parler seul en travaillant, qu'un rayon du soleil fasse roussir votre chevelure, que vous ayez une tâche de son dans l'aisne ou que vous soyez guérisseuse et utilisiez des brouets... Des sorcières, il y en a toujours, mais chacun à sa propre définition.

    A quoi s'attendait-il ? Une liste de quelques noms, avec leurs activités précises des dernières semaines ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 24 Déc 2013 - 16:48



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

« Euuuh... Objection ! Prof, j'peux te dire deux mots? » - Et il le suivit dans la salle de la console. Qu'est ce qu'il avait encore? Et il le regarda d'un air ahuri pendant qu'il parlait, comme s'il buvait exagérément ses paroles, se foutant un peu de sa tronche. Une fois qu'il eu fini, il répondit directement... - Ne soit pas ridicule, les sorcières de Charmed n'existent pas même si Alyssa est... tout à fait sympathique. - Petite pose pensive. Et en plus elle était plutôt souple Alyssa. Des années entraînements aux arts martiaux durant les tournages de la série avaient bien amélioré ça. Il lança finalement un sourire à Marley avant de retourner dans la salle où Alédine comatait littéralement. Sorcière, verrues, balais, moche... Pas de négation. Retournant face aux écrans du mur, il observa les informations qui y étaient décrites. C'était pas génial, pas encourageant... fallait trouver la sorcière et la mettre hors d'état de nuire. Mais en fait, Aédis lui répondit à sa précédente question... - Les inquisiteurs sont une bande d'illuminés qui voient beaucoup trop de choses... Ils doivent fumer des trucs. Je me fiche de celles qui essayent, qui font semblant, où qu'on croit être. Je parle de Sorcières, genre vieilles femmes pleine de verrues, voire peau vertes, balais, chats noir et chapeaux pointus? - Avait-il précisé en lançant un regard amusé à Marley.

Oui oui, il parlait bien des sorcières, celles qui sont moches, qui jettent des sorts, tues et mangent les enfants. Les nez crochues, les verrues, les chapeaux pointus et décrépis et les grandes robes noires déchirées, les cabanes en ruine dans la foret, les roses noires et les paroles qui s'envolent. Ces sorcières là, celles qui font peur. Celles qui... n'existent que dans les histoires. Oh il pourrait chercher les radiations avec le Tardis, il n'aurait qu'à taper ça sur son clavier, mais ça irait probablement plus vite si Aédis lui disait ce qu'elle savait. Peut être une légende, une histoire, une rumeur, juste ça. Car les mythes prennent origines sur des faits qui ne sont que rumeurs à la base. Quelque chose qu'elle ne pense pas important, crédible, mais qui a son importance. Une sorcière, normal, tout va bien. Alors? Gain de temps? Ou assistanat?

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 25 Déc 2013 - 13:31





With The Professor & Aedis de Braholt



Space, time ... and Crash.






- Ne soit pas ridicule, les sorcières de Charmed n'existent pas même si Alyssa est... tout à fait sympathique.

Que... Hein que quoi ?! Non mais c'est une blague quand même ?! .... Si ? Marley ouvrit la bouche pour répliquer quelque chose et puis.... Non. Enfin, c'est vrai quoi. Des sorcières. GENRE DE VRAIS SORCIÈRES ! Avec pouvoirs magiques, tout ça, tout ça... Et Prof ne se gênait pas pour se moquer de lui et de sa réaction. Ce dernier fit demi tour et retourna dans la salle blanche où Aedis était restée avec la patiente, parlant de l'inquisition avec la jeune femme - celle qui est encore consciente, pas l'autre... -. Marley se retrouva un instant seul dans cette grande salle de contrôle, si colorée et si différente de celle où on soignait la malade.... Quelles merveilles cette grosse boite cachait encore ? D'autres pièces, des trésors de tous temps ? Marley secoua la tête pour chasser ses pensées. Ce n'était pas le moment.

Marley se précipita a la suite du Prof en levant la main comme pour attirer l'attention et puis... Bah non. Des sorcières.

- ... Je parle de Sorcières, genre vieilles femmes pleine de verrues, voire peau vertes, balais, chats noir et chapeaux pointus. Déclara le Professeur en observant Marley avec un vieux sourire moqueur.

Marley grimaça et lui tira la langue - quoi ? Comment ça c'est pas très viril ni très adulte ? On parlait bien de sorcières là, donc bon. Je pense que l'on peut se laisser un peu aller. - Il le regarda faire, écouta les dires d'Aedis et réfléchit un peu. Malheureusement, il n'était pas une pointe en sorcellerie. Il avait bien lut et vu tous les Harry Potter, mais là... Enfin, c'était une drôle démarche.... Et puis, d'après l'état de la blessée, c'était une méchante sorcière. Et qui dit méchants.... Bah dit méchants. Et donc bagarre.

- Est-ce que je peux récupérer mes armes ou... Non ? Parce qu'on va pas partir a la chasse au sorcière avec un bûcher portable, deux crucifix et une torche tout de même, si ?

Il soupira en se grattant la tête.

Spoiler:
 

Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.


Dernière édition par Marley Alexander Jones le Lun 6 Jan 2014 - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mer 25 Déc 2013 - 22:44

    Satisfaite de la réponse du Prof', Aedis se mit à réfléchir. Elle devait remonter loin dans ses souvenirs, parce que la vision qu'elle avait actuellement d'une sorcière, c'était plus le rejeton d'un incube et d'une femme, né un vendredi 13, un soir d'orage ou encore lors d'une éclipse. Enfin, le machin qu'elle avait vu sans pouvoir poser de mot dessus. Et elle savait pertinemment que les sorcières étaient d'abord celles qui étaient très laides -dont l'apparence était à l'image de leur noirceur d'âme- ou très belles -viles tentatrices à la solde du Malin... Mais sorcières étaient nommées les bossues, les boiteuses, les filles-mères, les malades... D'ailleurs, Aedis était plutôt surprise de cette description très spécifique de la sorcière comme d'une vieille femme "pleine de verrues" avec de la peau verte et tout le toutim. Les chats étaient au contraire bien aimés... Les souris étaient pires fléaux pour les récoltes que chats pour les hommes, et personne n'aurait eu l'idée d'associer ces bestioles au mal. Du moins, pas avant la toute fin du Bas Moyen Âge, mais ça, la demoiselle ne le savait pas...
    Se tournant enfin vers le Prof', Aedis sourit :


      - Surveillez votre langage, beaucoup seraient prêts à vendre pères et mères pour l'absolution. Dites ce que vous pensez de l'Inquisition en public, et le manant le plus proche rapportera vos paroles. Se crispant légèrement, elle reprit, plus sérieuse : Je n'ai pas connaissance précise d'une telle sorcière. Mais je sais où le sabbat a réputation de se dérouler. C'est sur une colline non loin d'ici, mais de l'autre côté du bourg. Aussi... Il y a bien notre croque-mitaine, c'est une chose ni homme ni femme, qui se promènerait avec Matagot...

    Mais ça, c'est pour que les minots mangent leur soupe, non ? Tournant en rond fébrilement, la demoiselle tentait de trouver d'autres occurrences, mais rien ne lui revenait à l'esprit. Finalement, elle sortit, dès qu'elle eut l'accord des deux hommes, et les guida à travers la forêt. Ils longèrent le lac où ils s'étaient rencontrés, et firent encore quelques longs pas avant d'apercevoir le bourg sans nom. Avec plus d'un petit milier d'habitants, c'était une bourgade intéressante et active. A l'extrémité trônait le donjon, délabré du nobliau du coin ; un petit quartier bourgeois flambait neuf non loin de là. Aedis se tourna vers Prof' :

      - Je ne suis pas certaine que couper par le bourg soit une bonne idée, mais je comprendrai que vous soyez pressé.

    Les deux chemins étaient possibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Jeu 26 Déc 2013 - 20:12



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

Le Croque-mitaine? Non, il n'y est pour rien... - Avait-il dit comme s'il le connaissait. Une vieille connaissance à vrai dire, avec deux cœurs. - Le lieu du Sabbat en revanche ça peut être un bon point de départ. - Le Professeur stabilisa la patiente... et stabilisa le stabilisateur de l'appareil médical, puis rejoint la console dans la salle voisine. A vrai dire, ils n'avaient pas traversé la foret à pied mais grâce au Tardis, Aedis leur avait dit où se rendre et la cabine s'était matérialisée à l'entrée du bourg, dans un son caractéristique. Avantage du meilleur vaisseau de l'univers, personne ne le voyait ou du moins, personne ne voulait le voir. La colline dont Aedis parlait n'était pas si loin du bourg, ils pouvaient y aller à pieds, et si la sorcière attaquait des gens, ils devaient la retrouver vite.

C'est partit? Non, pas encore. Le Professeur avait entendu ce que Marley avait dit, mais lui rendre ses armes n'était pas possible. Leur présence était déjà un changement dans le Temps, s'il utilisait son arme, le changement sera pire. Ils devaient s'armer, oui, mais uniquement d'armes contemporaines ou presque. Empruntant le couloir adjacent à la salle de contrôle, il le suivit quelques instants avant d'atteindre une porte en bois et tissus coulissante dans le style japonais. La tirant, il pénétra dans un immense dojo clair et lumineux comme s'il se trouvait en plein air, un jour de grand soleil. Les murs de cette salle étaient tapissés d'armes en tout genre, de lames, d'armes à feu, d'arme de tir ou de lancé, blanche ou non... Tellement d'armes. L'orgasme pour la petite River Song. Le Professeur se saisit de deux épées et d'un poignard avant de repartir pour la salle de commande.  - Bro, l'éclair s'il te plait. - Avait-il dit en entrant de nouveau dans la salle de la console. A cette demande, un mécanisme s'activa et la table basse se suréleva pour laisser apparaître quelques armes blanches et de tir entreposée sur des étagères en verre dont un sabre noir dans son fourreau que le Prof prit et mit dans son dos après avoir donné l'une des épées à Aedis et l'autre avec le poignard à Marley... Il aurait peut être du mal mais il devait être armé.

Ils sortirent donc du Tardis, débarquant gentiment aux abords du bourg, la cabine avait atterri au pied d'un grand moulin en fonction. Aedis leur expliqua que couper par la ville était une mauvaise idée mais contourner leur ferait perdre du temps. - Très chère, nous allons couper par le bourg, il faut attraper cette sorcière au plus vite. - Cette époque n'était pas sa favorite mais le Temps est vaste, il s’apprécie quelque soit le fil que l'on suit.


Spoiler:
 

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 31 Déc 2013 - 2:39





With The Professor & Aedis de Braholt



Space, time ... and Crash.







Marley observa autour de lui en sortant du TARDIS. Oh, quel jolie petit bourg ! Un sourire éclaira son visage en apercevant un oiseau qui lui était inconnu voler bas. Oh my god, ce n'était pas un pigeon ! Il retourna dans le vaisseau et suivit des yeux Prof qui disparaissait dans un couloir. Il allait le suivre et puis... non. Une pièce nouvelle était apparu quelques minutes plus tôt sans prévenir, alors prendre le risque de s’aventurer dans un vaisseau qui, non seulement change, mais avait tester sa valeur d’une manière peu orthodoxe quelques heures plus tôt. Alors oui, Marley n’allait pas s’aventurer de peur de se perdre ou pire : De perdre la tète de nouveau. Il ricana un peu, ricanement bien jaune en repensant à cette histoire…
DÉTOURNEMENT DE CONVERSATION !

- Au fait miss Aedis, je me nomme Marley. Juste… Marley. Je ne suis pas aussi pompeux que ce cher Prof qui veut qu’on l’appelle par son titre ! …. D’ailleurs oui, c’quoi son nom ?

Marley réfléchit un instant. Oui, d’ailleurs c’vrai tout ça… Et pourquoi il pensait à ça maintenant ?
Prof revint dans la salle de commande armée de deux épées sur une épaule et un poignard dans l’autre. Han, joli tout ça !

- Bro, l'éclair s'il te plait. dit-il en remontant a la console.

Marley sentit le sol vibrer - imperceptiblement bien sur - et la table où trônaient encore les verres qu’ils avaient utilisés se suréleva et apparurent des étagères de verre avec de nouvelles armes. Marley siffla d’admiration.

- Tu es drôlement bien équipé !

Prof lui lança une de ses lames, ainsi que le poignard avant de récupéré une sorte de  sabre qui lui faisait penser a ces sabres japonnais, les… Katanas. Marley reporta son attention sur sa lame. Relativement équilibrée, elle était lourde. Mais comme tout arme, malheureusement. Ce n’était pas l’époque de la facilité niveau armement. Quant au poignard… Un eu un sourire.

- Tient, ça m’rappelle mon enfance. Bon ok, je n’avais qu’un petit canif. Un vieux couteau de suisse de merde… Hm. J’aurais eu la classe avec ça ! Commenta-t-il en faisant tourner le poignard dans sa main droite. On dit que la taille compte pas. Mais ça contre un couteau suisse…

Il cligna des yeux en se rendant compte qu’il pensait à voix haute. Il eu un petit sourire gêné pour Prof et Aedis, puis se racla la gorge et posa la lame sur son épaule.

Ils sortirent du vaisseau et Prof affirma qu’ils allaient passé par le bourg. Ils allaient se mettre en route, mais Marley toucha l’épaule de Prof et désigna sa petite boite rouge.

- Mais qu’est-ce que l’on fait de ton vaisseau ? On va pas le laisser à la vue de tous, si ?

Mais un bruit d’orage détourna son attention de nouveau. Face a eux, à l’autre bout du bourg, sur le haut de la colline, un nuage sombre se formait, présage de bien sombres choses.
Un petit pic d’adrénaline le prit. Ohohoh, ils allaient s’amuser ! Enfin, presque !

- Bien, allons-y !

Avec un rire, glissant le poignard a sa ceinture et calant bien l’arme dans sa main, il se mit a courir.

Spoiler:
 


Thème par Maguitte2008


__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Mar 31 Déc 2013 - 12:20

Aedis sourit. Enfin un nom à mettre sur ce visage ! Étonnant néanmoins qu'il ne se soit pas posé plus tôt la question du nom du Professeur ; sans doute avait-il eu d'autres choses à penser, ça semblait bien le genre du type pompeux d'embarquer les gens dans des aventures rocambolesques et sans queues ni têtes. Depuis qu'il était là, elle avait même réussi à oublier... Oh. Son cœur se serra un instant, surtout à l'idée de devoir affronter le dehors à nouveau. Ce n'était pas comme si elle avait le choix mais... Soupir de sa part, elle attendit patiemment que les choses évoluent. Le Professeur revint, armes en main, et les lança à Marley et elle. Faisant quelques passes avec la lame, qu'elle soupesa longuement et dont elle pu admirer à la fois l'équilibre et le tranchant, elle défit la boucle de la ceinture qui contenait sa propre arme et la laissa tomber au sol. Celle-ci était de bien meilleure qualité, et même si elle devrait rendre ce bijou à son propriétaire, elle comptait bien en profiter pour l'heure. Regardant néanmoins le sus-dit propriétaire avec suspicion, elle faillit faire un commentaire sur son arme. Elle ne connaissait pas cette espèce d'étrange épée, qui devait être bien plus lourde que les épées à une main ou à une main et demi qu'elle utilisait d'habitude. Même à deux mains, elle ignorait si elle pouvait se faire mouvoir cette... Chose.
Pouffant aux mots de Marley, elle haussa les épaules quand il lui adressa son sourire d'excuse. Ce n'était pas si grave qu'il se mette à parler seul. Ca arrivait à tout le monde, il suffisait de ne pas le faire devant les oreilles d'un Inquisiteur trop zélé, qui aurait tendance à croire que l'on tient une conversation avec un démon invisible aux yeux des croyants. Certaines folles avaient déjà été noyées pour moins que ça !
Sortant finalement de la cabine téléphonique -dont elle fit le tour avec ses mains pour être sûre de bien y croire- elle fut surprise de voir qu'ils avaient bougés ; bon, c'était déjà arrivé un peu plus tôt... Mais c'était plus impressionnant du dedans. Peut-être était-ce un pendant spatial à la statue temporelle qu'elle avait touché il y avait moins d'une dizaine d'année ? Reprenant pied avec les évènements, elle les regarda discuter de ce qu'ils feraient de la boîte, et surtout du chemin à prendre. Vu ce qui se déroulait en face... Ils avaient intérêt à se dépêcher, ça c'était vrai. Mais passer en plein milieu du bourg, dans cette tenue, et aussi "mal" accompagnée ? Mauvaise idée ; très mauvaise idée. Se voutant légèrement, elle rabattit sa capuche sur son visage. Espérant que personne ne la reconnaîtrait -personne ne savait qu'elle s'habillait comme ça pour ferrailler, après tout- et que les gens seraient plus attirés par les deux inconnus en habits bizarres, elle se dirigea vers les rues, en trottinant.
Mais bon, avec l'orage, ils n'avaient quasiment plus besoin d'elle en tant que guide...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   Ven 3 Jan 2014 - 17:59



Space, Time... and crash.

Feat. Marley Alexander Jones & Aedis de Braholt

Le Professeur s’apprêtait à répondre à Marley au sujet de sa belle cabine toute rouge et parfaitement pas du temps en son temps, il s’apprêtait à lui expliquer que le filtre de perception permettait d'éviter ce genre de soucis, mais son regard fut attiré par un nuage d'orage un peu trop ciblé à son gout. Il recouvrait le sommet de la colline, chose bien peu banale pour un orage. C'était un nuage épais et sombre, presque noir. Il n'y avait pas d'éclairs, juste un tonnerre sonore, mais on pouvait distinguer la pluie fine qui en tombait. Ce nuage n'était certainement pas naturel et il grossissait à vu d’œil comme s'il prenait sa source au sein de lui même. Ah tiens, un Marley qui court. Affichant un sourire amusé quand à la prise d'initiative presque héroïque du policier, il le suivit. Effectivement, ils n'avaient pas le temps de s'attarder et ce nuage ne lui disait rien de bon.

Traverser le bourg était un problème vis à vis des gens. Mais les gens ne l'avait jamais dérangé, ils étaient ses cobayes. C'était loin d'être un problème. Et les gens d'ailleurs, ceux qui n'étaient pas entrain de fixer le nuage avec une expression de terreur sur le visage, ceux qui prenaient la peine stupide de les regarder passer, et bien eux ils avaient un air perplexe, inquiet, de toute façon trop occupé à avoir peur de la masse sombre qui approchait. S'il y avait des inquisiteurs dans le coin, ils étaient surement eux aussi trop occupé à regarder la colline et Aedis sous sa capuche n'avait rien à craindre. D'un autre côté, vu l'époque et les considérations du moment, il valait mieux qu'elle se cache, même s'il ne cautionnait certainement pas ce genre de pratique ou de comportement.

Il leur avait fallu quelques minutes pour traverser le village afin d'atteindre l'un des chemins qui leur permettrait d'atteindre le sommet de la colline. Ils avaient quelques minutes d'avance sur les soldats qui s'organisaient en bas et alors qu'ils avaient commencé à monter, ils pouvaient observer les plantes noircir, bouger, des branches de ronces sortir du sol et se développer. La terre devenait sèche, grisâtre, l'air devenait froid à tel point qu'une fumée blanche laissait deviner leurs souffles. - Faites attention à ces ronces! - Bah oui, ils allaient marcher dessus quoi. Ou pas! Ces branches bougeaient, elles semblaient dotés d'une conscience et allait bientôt agir, s'employer à les empêcher d'avancer. A vos armes...

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]   

Revenir en haut Aller en bas

Space, Time... and crash. - Feat. Marley [Leicester 945]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• THE SILENCE HAS FALLEN • :: trash & co' :: archives RPG.-