TOP
SHOW



 
MERCI DE NOUS AVERTIR DE VOS PRÉSENTATIONS TERMINÉES DANS CE TOPIC.
BIENVENUE Invité !
FORUM RPG BASÉ SUR LA SÉRIE DOCTOR WHO.
REJOINS-NOUS VITE SUR LE TOP SITE DU FORUM !

Partagez | .
 

 Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Jeu 10 Juil 2014 - 22:42

Une terre paradisiaque ?... Mon œil! Bon, d'accord, au premier regard, c'est ce que j'aurais peut-être pu penser. Mais maintenant, c'est vraiment loin d'être si évident. La beauté du décor n'a rien à envier aux paradis terrestres qu'on peut trouver à mon époque... Mais ces créatures qui me poursuivent depuis quelques heures déjà, c'est une autre histoire!

Comment tout cela à commencé? Je ne saurais vraiment le dire. Je commence à être habituée aux expériences étranges depuis que j'ai rencontré le Docteur. Mais sans sa présence, je dois bien avouer que je ne m'attendais pas à ce que quelque chose de bizarre m'arrive.

Bon, d'accord! Si il n'était pas arrivé la première fois, j'aurais probablement été téléchargée dans le WiFi et paf, plus de Clara mais bon... C'est une exception. Depuis, rien de spécial ne m'est arrivé sans sa présence.

Et puis, alors que je me baladais bien gentiment dans le parc près de la maison, comme je le fais au moins une fois par jour pour entretenir mon corps d’athlète (on ne se moque pas!), je me suis retrouvée là. A l'autre bout de l'univers... Enfin, tout du moins sur une autre planète, j'en suis persuadée. Plus rien ne ressemble à ce que je connais. Même si la magnificence de ce qui se présente à mes yeux à de quoi m’époustoufler.

Et puis qu'importe après tout! Pour faire simple, je ne suis plus à Londres et cela est largement assez improbable pour me laisser bouche bée. Pas longtemps, juste assez pour que ces créatures étranges, recouvertes combinaisons bizarres commencent à me poursuivre avec des jets étranges.

Cette planète est un véritable havre de paix, je peux le sentir au fond de moi. Et ces êtres viennent totalement perturber la quiétude de cette beauté de l'univers. J'en arrive à leur en vouloir, bien que ne sachant pas comment et pourquoi je suis arrivée ici. Il me serait presque possible d'apprécier cette téléportation (oui, il doit bien s'agir d'une téléportation non? Quoi d'autre après tout?) rien que pour apprécier cet environnement magnifique et reposant. Mais ces hommes (ils ont tous d'humanoïdes en tout cas) semblent chercher obstinément quelque chose, sans le moins du monde respecter la nature qui les entourent.

Vous allez peut-être me dire que je me fais des idées mais... Quelque chose me dit que ces gens, ce sont moi qu'ils tentent de trouver! Moi, pourquoi ça? Je n'en ai pas la moindre idée. Mais leur équipement, leur acharnement ne me disent définitivement rien de bon.

Alors je me cache... Le mieux que je peux. Et je tente de m'éloigner de ces combinaisons blanches désagréablement angoissantes. J'ai l'impression d'être un virus en train de contaminer le paradis et qu'ils sont là pour désinfecter cet endroit...

J'ai envie de crier : "Je ne suis pas un insecte, je ne suis pas un danger..." Mais je me garde bien de le dire.

Je trouve un petit relief qui en contre-bas a engendré un trou dans la roche et je m'y glisse. Je pense être bien protégée. Même si je me dis, à peine installée, que je ne pourrai pas rester là indéfiniment.

Où est le Docteur quand j'ai besoin de lui? C'est vraiment la question qui s'insinue dans ma tête... Où se trouve ce satané Seigneur du Temps quand j'ai besoin de lui? Bon, d'accord, ce n'est pas comme si il n'était jamais arrivé au bon moment pour me récupérer. Mais là, quand même...

C'est alors que le destin me joue une fois de plus un tour inattendu. Une poignée de gravillons glisse sous mes pieds. Et d'un coup, je me retrouve sur les fesses, une bande d'hommes en blanc au-dessus de moi. Ils me braquent de toutes parts avec leur équipement braqué sur moi.

"Non... S'il vous plait, je ne vous veux pas de mal... Je ne sais même pas ce que je fais ici..." Dis-je en levant les mains vers eux.

Je n'ai pas envie de jouer la malheureuse mais là... La situation me pousse à me présenter ainsi.

"Je ne suis pas une menace, je vous promets!"

Mais quoi que je puisse leur dire, mes mots n'ont aucun effet. J'aurais du m'en douter. Et il se trouve que mon idée de départ était fondée, c'était bien moi qu'ils cherchaient. Pour quelle raison? Ils ne me laissent pas le temps de leur poser la question, m'envoyant en plein visage une dose de leur gaz étrange, orange et malodorant.

"Non, je vous en prie... Vous n'avez pas à faire..."

Je tousse, n'arrive pas à terminer ma phrase. Les yeux me piquent, la gorge me pique... Et ma tête bourdonne désagréablement...

C'est à peine si j'entends une voix qui parle ma langue s'approcher de moi avant que... Et bien avant que je sais pas trop quoi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Sam 12 Juil 2014 - 17:39



Rendez-vous au paradis.

Feat. Clara O. Oswald


Muse, Supermassive black hole, à fond dans le Tardis et si fort que la musique recouvrait les sons désagréables des alertes en tout genre et des moteurs du vaisseau. Le Professeur tournait autour de la console, sautait presque, ne dansant pas mais bougeant en rythme, au rythme de la musique il tournait les manettes, tirait les leviers, faisait n'importe quoi. Pourquoi? Il avait bu, beaucoup. Il avait vidé deux bouteilles, deux cadavres vides qui jonchaient le sol de verre à côté du canapé. Bon, en théorie il pouvait évacuer tout cet alcool de son sang, mais c'était sur commande, et il ne l'avait pas commandé. Titubant et se raccrochant à une barrière, mettant intérieurement cette presque chute sur un sursaut du Tardis, il rebondit et continua sa ronde. Chanter par dessus la musique, enfin essayer, était moyennement une bonne idée... Bourré, sa musicalité était pour le moins diminuée et heureusement qu'il était seul là-dedans, personne n'avait à subir la fausseté de ses notes. Enfin quand il ne manquait pas de tomber. Dans un élan douteux il se laissa glisser sur le sol en verre, se retrouvant sur le dos, mimant le solo de guitare en exagérant. Définitivement, être seul était une bonne chose, fallait conserver le mythe intact. Et la musique s'arrêta, et Prof respira, et ses oreilles meurtries par la musique perçurent l'alerte sonore que la console hurlait probablement déjà depuis longtemps.

Sautant sur ses pieds, ne retrouvant son équilibre qu'au dernier moment, il tira l'écran devant lui et parcouru le rapport d'alerte. Clara Oswald, boite bleu, mort prématurée, Eye of Orion. Son sang ne fit qu'un tour et sa purge ne prit qu'une minute, alors qu'il rejeta l'alcool de ses veines par la bouche dans un gaz verdâtre. Bref, c'était un peu dégouttant mais là encore, sa solitude était bienvenue. En fait, à part l'aspect ivresse qu'il avait manqué, c'était pas plus mal que Marley soit absent. Repoussant un levier d'un geste rapide, un choc secoua le Tardis avant que chaque secousse ne disparaisse. Stabilisateurs enclenchés, pas le temps de s'amuser. Le temps, le Temps, on avait toujours le temps mais le temps filait et il devait se dépêcher. Bro avait inspecté les habitudes du Docteur la dernière fois qu'ils s'étaient vus, et avec son accord il avait noté les noms des personnes sur lesquelles il gardait un œil. S'il ne pouvait agir, Prof pourrait aller les aider au besoin. Il avait déjà eu une alerte du genre pour Donna et des Anges pleureurs mais là c'était différent. C'était Clara et de ce qu'il en savait, elle l'avait sauvé tant de fois... Enfin la différence était dans le fait qu'il ne savait pas comment elle mourrait. Le rapport disait qu'elle disparaissait, sans laisser aucune trace, sa time line se figeait à cet instant là, même pas sur Terre. Elle n'était pas retrouvé, elle n'était rien, elle disparaissait de la Terre, se retrouvait sur cette planète le temps de quelques heures et mourrait.

La cabine rouge traversait le vortex du temps, elle traversait l'espace. Elle remonta quelques minutes dans le temps avant l'heure de la morte de Clara et apparut, modifiant l'histoire, réécrivant le temps. Le Tardis du professeur se matérialisa autour de Clara à la seconde prêt, juste avant que les hommes en blanc ne lâchent le gaz sur elle. Elle venait d'ailleurs d’apparaître en bas des escaliers et Prof les descendis d'un saute pour la rejoindre. - Clara? - Laissant un silence durant lequel le son électronique du Tardis se fit entendre, il reprit la parole. - Est-ce que ça va? - En tout cas elle était en vie, c'était pas le cas dans deux minutes... Dans cette énième réalité qui n'était plus la leur désormais.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Sam 12 Juil 2014 - 18:48

Le temps n'est décidément pas au beau fixe. On pourrait même dire qu'il est en train de tourner à l'orage. L'un des homme vient d'ouvrir un gaz qui est en train de me faire tourner la tête. Je retiens ma respiration autant que faire se peut. Je ne suis pas une novice en matière d'événements étranges, mais seule, isolée sur une planète inconnue, entourée d'hommes en combinaison non, j'aime vraiment pas beaucoup ça. Et quelque chose me dit que je ne vais pas pouvoir retenir ma respiration encore longtemps.
C'est alors que j'entends une voix... Une voix qui parle ma langue. Les yeux rougis par le gaz, je ne parviens pas à distinguer grand chose. Mais une chose est sure, cette voix n'est pas celle à laquelle je m'attendais. Si vous voyez ce que je veux dire...
J'entre-aperçois une masse rouge et les hommes masqués commencer à paniquer à la vue de cette arrivée. Quelque chose me dit qu'elle n'était pas prévue au programme. Tant mieux pour moi, tant pis pour eux!
Clara?
Oui... C'est bien moi... C'est tout du moins ce que je pense, mais je ne le dis pas, évitant tant que possible d'ouvrir la bouche. Ce gaz orange ne me semble pas le meilleur engrais de l'univers.  L'homme qui vient de parler est jeune, grand, brun et souriant. J'ai comme la sensation qu'il possède des capacités que j'ai déjà vu quelques part... Je ne pense pas avoir besoin d'en ajouter. Mais ce n'est, encore une fois, pas celui que j'attendais.
Le gaz, le peu de gaz déclenché (quelque chose me dit que cet homme est arrivé au bon moment... Une seconde de plus et j'étais submergée par cette air vicié) finit par s’évacuer, comme filtré par ce que je suppose être un Tardis.
Est-ce que ça va?
L'air semble rafraîchit et les hommes en blanc ont fini par détaler.
"Pas trop mal, dis-je avec précaution avant de tousser une paire de fois. Grâce à vous, finis-je par ajouter. A qui dois-je des remerciements, monsieur?"
Je tente de me remettre debout, les graviers continuant à glisser sous mes talons. Je manque de me ratatiner à nouveau mais une main secourable m'aide à me mettre dans une position plus convenable. Ou pour faire simple, debout sur mes deux pieds. Mes collants n'ont pas vraiment aimé cette animation et ont plus souffert que moi de cette glissade entre les rochers. Ma coiffure n'est pas en meilleur état. Mais qu'importe, on peut dire que le pire est passé.
Une fois en position verticale, j'observe la cabine en face de moi. Et tous mes sens me crient encore plus qu'il s'agit d'un Tardis. Mais cet homme n'est pas le Docteur, c'est une évidence. Il n'a rien du Docteur... Bon, il vrai que d'après les quelques informations que j'ai de lui, j'ai cru comprendre qu'il était capable de changer de tête mais... Cette tête là, je suis quasiement persuadée qu'elle ne lui appartient pas. La seule chose qu'il m'est impossible de ne pas reconnaître, c'est que cet homme est arrivé juste à temps...
Tout cela n’empêche en rien le fait que je ne comprenne toujours pas ce qui est en train de m'arriver. Je serais vraiment très heureuse si cet inconnu (non, je ne l’appellerai pas mon Sauveur, seul le Docteur a droit à ce titre, et encore, uniquement quand je suis seule dans mon lit. De toute manière, si il l'apprend, je nierai!) pouvait m’apporter un complément d'information:
"Juste une petite question, auriez-vous la moindre idée de ce que je fais ici? Parce que, pour être parfaitement honnête avec vous, je n'ai pas la moindre idée d'où nous nous trouvons et de pourquoi je suis arrivée ici..."
Parce que, pour être parfaitement honnête avec vous, j'ai toujours détester ne pas comprendre les choses!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Sam 12 Juil 2014 - 19:21



Rendez-vous au paradis.

Feat. Clara O. Oswald


Prof l'aida à se relever, à épousseter la poussière sur ses vêtements pendant qu'elle recouvrait son équilibre. Ceci fait il avait dégainé son pointeur sonique pour inspecter la zone. - Je suis le Professeur. - Il avait dit ça en passant, comme si ça n'avait aucune importance et effectivement dans l’immédiat son identité n'avait vraiment aucun interet. Balayant la grotte naturelle avec le sonique, il releva tout un tas de données pas plus utiles que son nom dans cette situation pendant que Clara posa ses questions. Malgré sa mort évité et l'apparition d'un Tardis dans le coin elle ne semblait pas dérangée plus que ça. En même temps elle voyageait avec le Docteur, c'était une bonne introduction à tout ce bordel ambiant. - Nous nous trouvons sur l'Oeil d'Orion. C'est une petite planète paisible et tranquille et... - Il dirigea son sonique en suivant un signal et poursuivit. - ... par là se trouve un mémorial pour les morts de la Guerre du Temps. - Prof rangea le sonique et approcha de Clara pour l'observer plus en détail. C'était une très belle jeune femme, le regard coquin. Il pouvait voir à sa façon de se tenir que c'était une personne vive, intelligente... Le Docteur adorait ces filles là.

Clara, très chère, je ne sais pas ce que vous faites ici mais nous allons le découvrir. - Avait-il annoncé avant de se diriger d'un pas certain vers le Tardis. Mais un bruit et un tremblement stoppèrent sa marche alors qu'un trou béant se formait dans le sol sous la cabine rouge et l'emportait. - Non! - Prof se précipita mais que pouvait il y faire maintenant. Tombant à genoux par terre, il observa son précieux vaisseau disparaître dans un trou sombre. Bien joué Professeur, bravo, bravo pour avoir oublié d'activer les protocoles de rappel. Mais une chose, un détail, lui laissa un espoir et un but: le trou avait été fait mécaniquement, les traces sur les côtés de la paroi ne trompaient pas. Se relevant, sortant le sonique de sa poche, il se tourna vers Clara. - Et bien c'était inattendu... Mais c'est aussi ce que nous attendions. - Et il appuya sur le bouton du sonique qui capta dés l'instant le signal de son Tardis. Un signal, un simple signal, qu'ils pourraient remonter et suivre pour le retrouver et comprendre ce qui se passait ici. Prof fit un pas de côté pour laisser le passage vers la seule galerie praticable de la grotte, lui faisant signe de passer devant. - Et si nous y allions?

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Lun 14 Juil 2014 - 15:54

Le Professeur... Est-ce que être un Timelord signifie porter un nom en rapport avec les études... Docteur, Professeur... Et bien moi, je suis l'Etudiante, enchantée. Non, je plaisante. C'est un peu comme ça que je parviens à supporter ces aventures, en les enrobant d'un peu d'humour... Parfois une peu désolant, mais qu'importe, surtout quand je le garde pour moi!

Quelques secondes passent et je découvre que nous sommes sur l'Oeil d'Orion. Une planète sensée être un véritable petit paradis, à ce que je comprends. OK! Les paradis et moi, ça doit donc faire deux. Bon, d'accord, si je dois être honnête, cette jolie planète pourrait avoir tout d'un paradis, si il n'y avait pas eu ces hommes étranges et l'arrivée totalement improbable depuis une rue de Londres, téléportée ici sans qu'on me demande mon avis. Mais bon, je devrais commencer à être habituée à ce genre de choses après tout.

Chose à laquelle je le suis moins, c'est l'arrivée impromptue, mais salvatrice, je dois le reconnaître, ce de jeune homme dans a boite rouge. Il est des choses, encore une fois, auxquelles il est impossible de s'attendre, celle-ci en est une à l'évidence. Mon nouvel ami m'explique un peu comment est agencée cet endroit de quiétude! Je ne cesse de me demander si je peux lui faire confiance. Logique s'il en est, son débarquement de nulle part pourrait être un coup sournois. Mais bon, les choses étant ce qu'elles sont, je me dois un tant soit peu de lui faire confiance. Et j'ai un assez bon sens pour juger les gens, ce Professeur me semble plutôt digne de cette confiance. Mais il se devra de faire tout pour la mériter!

Clara, très chère, je ne sais pas ce que vous faites ici mais nous allons le découvrir.

"Cela me fait très plaisir à entendre, monsieur le Professeur."

My, j'ai l'impression d'être retournée à l'école d'un coup. Après le médecin, l'enseignant... Je ne peux empêcher un petit rire... Étouffé par un grondement sourd, emportant sous mes yeux le Tardis de mon nouvel ami dans les profondeurs de ce petit paradis. Le Professeur se précipite vers le trou en hurlant à plein poumons. Je peux comprendre son angoisse, même si mon cri à moi se bloque au fond de ma gorge. Le spectacle est impressionnant, le trou qui a emporté la boite semble sans fin. C'est très perturbant.

Le propriètaire de la boite se tourne vers moi d'un air étonnement calme tout à coup.

Et bien c'était inattendu... Mais c'est aussi ce que nous attendions.

"Je ne vous le fais pas dire! Cependant, que pensez vous que nous allons devoir faire à présent?"

Il pointa un objet que je reconnu comme étant un tournevis sonique ou un objet très proche tout du moins. Le signal grésilla un instant puis il me fit la place pour me lancer sur le petit chemin, au-dessus de nos têtes:

Et si nous y allions?

"Je ne sais pas si vous me connaissez... Mais si c'est le cas, êtes vous au courant d'une seule fois où j'ai pu dire non?"
Dis-je avec une bonne pointe d'humour.

Il est évident que nous n'allons pas rester là. Mes connaissances basiques en matière de voyages temporels, de signaux soniques et autres choses de ce genre me permet d'aborder cette étrange journée avec un certain calme... Et la présence de cette nouvelle connaissance n'est pas un mal.

Il est toujours bon d'avoir un Seigneur du Temps sous la main...

Je m'élance sur le petit chemin rocailleux, entre les rochers et les quelques ruines qui nous entourent. Au loin, s'étend un champ. A notre droite, un petit bois semble planté là comme par magie. Je trouve l'endroit étonnement implanté bien qu'agréablement reposant. Mais nous ne sommes pas là pour ça et encore moins pour nous amuser. Nous sommes là, si j'en crois mon nouvel ami, pour comprendre ce que je fais là, et retrouver son Tardis si possible! Mais rien n'est impossible non?

"D'où venez-vous, Professeur? Et comment êtes vous arrivé là, pile au bon moment?" Dis-je en époussetant un peu plus ma robe.

Lui, le bras tendu, suis apparemment le signal du son vaisseau. Oui, impensable de le suivre par l'endroit où il nous a laissé en plan. Même avec des cordes, l'idée semble plutôt farfelue!

Nous marchons depuis quelques temps déjà (je n'arrive pas à mesurer le temps sur cette planète, son calme olympien perturbe ce sens), quand un bruit, une sorte de grattement nous fait nous retourner comme un seul homme. Je ne vois rien, mais le grattement continue.

Alors, bien que notre équipe ne soit que fraîchement formée, il y a des choses qui ne changent pas d'un TimeLord à l'autre : quand l'inexplicable s’insinue dans notre univers, il est de notre devoir d'aller l'expliquer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Lun 14 Juil 2014 - 21:56



Rendez-vous au paradis.

Feat. Clara O. Oswald


Clara était amusante, une humaine certes, mais différente. Elle avait voyagé avec le Docteur et contrairement à certaines de ses compagnes qui ne faisaient que crier ou pleurer, elle semblait prendre tout ça avec humour, avec un recul rafraîchissant. C'était agréable. Et puis oui, elle voyageait avec le Docteur, elle était habitué à tout ça d'une façon ou d'une autre, c'est probablement pour ça qu'elle pouvait conserver son calme ou du moins en apparence. - « D'où venez-vous, Professeur? Et comment êtes vous arrivé là, pile au bon moment? » - Ah, bonne question. Jeune femme intelligente. Bah il allait répondre quand ce grattement se fit entendre. Un grattement, un frottement... Un bruit étrange quoi, qui n'avait rien à faire là en fait. Continuons la conversation. - Et bien vous savez, le Docteur est un homme très occupé... Il m'a demandé de surveiller certaines personnes dans le cas où il ne pourrait lui même le faire et d'intervenir s'il vous arrivait quelque chose... Et me voilà. - Oui, la mort prématurée sur une planète étrangère était bien une raison d'intervention. Pourquoi continuer de parler? Pour donner le change mais au rythme de leurs pas il semblait que le danger n'était pas tant important que ça. Prof venait de déconnecter un système de camouflage basique, une plaque de verre réfléchissante, qui camouflait un système de refroidissement, un gros ventilateur souterrain, de la taille d'un hélicoptère dont le son était vraiment étouffé par une quelconque insonorisation. Ils avaient eu de la chance d'entendre le frottement des hélices.

Il semblerait qu'une station souterraine ai été installé... C'est étrange. Cette planète est censé être inhabitée. - Prof scanna le ventilateur du sonique et lança une résonance pour savoir jusqu'où menaient les conduits. - Les conduits semblent aller vers le même endroit d'où provient le signal de mon Tardis... - Et il croisa les bras, les sourcils froncés. - C'est quoi ce bordel. - Ça tuait le langage soutenu qu'il avait utilisé jusque-là. En même temps, il ne parlait pas comme ça habituellement, il savait même pas pourquoi il faisait ça. Peu importe. Une cartographie des conduits couplé à l'origine du signal et il pu déterminer un chemin et une destination plus précise afin de découvrir ce qui se passait ici. - Enfin du coup, vous êtes sauvée, c'est ce qui importe. Le tout maintenant est de pouvoir partir d'ici. - Sans Tardis, ça allait être compliqué, d'autant que es gens qui l'avait prit avait eu l'idée maline de ne pas le téléporter. La téléportation c'est facile, une simple histoire de proton à inverser. Une foreuse mécanique qui creuse et emporte une cabine à travers la montagne, ça, il ne pouvait rien y faire. Enfin si, il pourrait, détruire la foreuse, mais c'était pas pour empêcher de toucher son précieux vaisseau, c'était pour se venger et passer ses nerfs. Pas très professionnel.

Rangeant le sonique dans sa poche, ils se mirent en marche. - Bon bah en route. Nous ne sommes pas loin, la ventilation ne peut pas avoir été installé à plus d'une centaine de mètres.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Jeu 17 Juil 2014 - 20:46

D'accord, le Docteur ne pouvait pas venir me saluer en personne, donc, il m'a envoyé un ami pour me dire bonjour. Très bien. Et moi qui croyais qu'il était le dernier de son espèce, on ne peut jamais être sure de rien. Quoi qu'il en soit, ce Professeur est un substitut de qualité. Plutôt amusant, professionnel et au timing implacable.

De ce fait, plus les choses avancent, plus je me dis que notre rencontre n'est pas tout à fait fortuite. Ce qui me fait dire ça? La disparition quasi instantanée du Tardis de ce chevalier sans armure. Comme si il était attendu. Aurais-je été un appât de choix? Peut-être le Docteur était-il lui-même attendu, mais un Seigneur du Temps en vaut un autre... N'est-ce pas? Je n'en sais rien, pour tout vous dire.

Mais qu'importe, il est temps de mettre notre recherche en marche et de trouver un moyen d'accéder aux profondeurs de cette planète.

Il semblerait qu'une station souterraine ai été installé... C'est étrange. Cette planète est censé être inhabitée. Les conduits semblent aller vers le même endroit d'où provient le signal de mon Tardis...

Les choses sont de plus en plus inexplicable. Mais quand l'inexplicable pointe le bout de son nez, il est temps d'y plonger tête baissée... Enfin, c'est ce que j'ai appris à faire avec le temps passé près du Docteur.

Je m'avance vers lui et jette aussi un œil.

"C'est vraiment un bien grand trou!"

Phrase totalement inutile s'il en est, mais qu'importe, je ne sais trop quoi dire d'autre devant ce puits d'aération, avec un ventilateur tournant sans un seul son. Invisible au début, mais ça, je peux comprendre. Le ventilateur en cachait la profondeur, mais à chaque passage, l'obscurité imprégnait tout mon être.

C'est quoi ce bordel.

Je ne peux empêcher un rire. Alors ça, c'est inattendu. Jamais je n'imaginerais entendre le Docteur s'exprimer de la même manière. Ce gars me plait, définitivement. Bon, quelque chose me dit aussi que ce n'est pas dans ses habitudes d'utiliser ce genre de langage à tout bout de champ. Et puis, pour être parfaitement honnête, il faut avouer que cette exclamation avait parfaitement lieu d'être.

Ce que nous avions sous les yeux avait de quoi nous laisser sans voix.

"Vous avez dit que la planète est sensée être inhabitée, alors... "

Je lui lance un regard étonné et impatient.

Enfin du coup, vous êtes sauvée, c'est ce qui importe. Le tout maintenant est de pouvoir partir d'ici.

Il avait l'air tout à la fois agacé et embarrassé.

"Oh mon Dieu, ma tête, où est ma tête, rendez-moi ma tête, vous êtes en train de me perdre, Professeur!" Dis-je ne plaisantant!

Il me regarda d'un air amusé avant de lancer :

Bon bah en route. Nous ne sommes pas loin, la ventilation ne peut pas avoir été installé à plus d'une centaine de mètres.

Nous nous lançons d'un pas décidé dans la direction de l'endroit qui pourrait nous diriger vers les entrailles de cette planète.

"Et si tout cet aménagement n'était pas un hasard. Une planète isolée, tranquille, sans âme qui vivent, le lieu parfait pour nous récupérer! Je veux dire, peut-être ne pensait-il pas tomber sur vous, plutôt sur le Docteur, en me traînant ici. Mais vous êtes un Seigneur du Temps, votre présence est tout aussi utile pour eux... Enfin, je le suppose, sinon, ils - peu importe qui soit ce ILS pour le moment - ont emporté votre Tardis! Alors..."

Il me regarde d'un air intrigué. Mais la découverte d'un étrange trou dans un mur en ruine nous interpelle tous les deux. Il semble avoir été creusé de force, et rafistolé pour donner l'impression que cet état n'est pas récent. Mais son aspect vieilli n'a rien à envier au vieillissement d'oeuvres récentes sur mon monde!

"Ne serait-ce pas quelque chose du genre que nous cherchons... Quelque chose qui ressemble à une porte dans un mur... Mais qui n'a rien d'une vrai porte dans un mur!"

Je n'ai pas besoin d'en ajouter davantage, mon nouvel ami a déjà sorti son sonique!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Jeu 17 Juil 2014 - 23:32



Rendez-vous au paradis.

Feat. Clara O. Oswald


La théorie de la jeune humaine se tenait. Après tout pourquoi la kidnapper? A l’échelle de l'univers elle n'était personne. Bon ok, personne n'était vraiment personne, mais la logique demeurait, pourquoi elle sinon pour atteindre le Docteur? Ils devaient espérer que ce serait lui qui viendrait et non Prof, que le Tardis serait une grande boite bleu. Imaginez leur tête en remarquant la couleur bien rouge de la cabine pousserait même Prof a sourire. Le trou dans le mur l'interpella tout autant. Déjà qu'est ce que ce mur foutait là, et ce trou surtout, il était bien trop net, malgré le vieillissement clairement superficiel qu'il avait subit, pour donner l'impression... Sauf que non, raté. En même temps, c'était quoi ce travail de singe. Prof avait déjà sortit son sonique et avançait vers l'ouverture. - Je ne m'inquiètes pas pour mon Tardis. Avec tout le respect que je dois à celui du Docteur... Le miens ne sera pas aussi coopératif. - Il avait quand même enfermé Prof dans le void pour le sauver de sa propre initiative, si c'était pas un bon ptit Tardis ça! Si quelqu'un ne bloquait pas le signal, Prof aurait pu ramener le Tardis d'une simple pulsion sonique. Pour le moment, il fallait marcher, mais peut être que ce ne serait pas nécessaire. Il scanna l'ouverture, en long, en large, en travers... C'était juste un trou. Un trou oui, mais dans quoi? Parce que ça aussi c'était important...

Reculant d'un pas Prof scanna la structure du mur de pierre... qui clignota, comme l'image d'une télé qui saute. Un sourire en coin et Prof actionna à nouveau le sonique, révélant la vérité: la pierre était un camouflage et le mur était en fait en une matière bien plus solide et bien plus moderne. Le trou donnant dans un couloir qui lui même semblait mener à un ascenseur. - Bien vu Clara, voilà notre entrée, ou en tout cas une entrée. - Passer l'ouverture et traverser le couloir fut une simple formalité. Entrer dans l'ascenseur et descendre, avec le sonique, fut d'une simplicité enfantine. C'est seulement une fois en bas, après quelques secondes d'attentes, qu'ils purent pénétrer dans cette base souterraine. - Et maintenant... Qu'est ce qu'on fait? - Prof fit un pas et inspecta la zone. Les murs étaient en métal, le sol aussi. Le couloir dans lequel ils se trouvaient était mal éclairé, presque sombre, mais c'était bon pour eux ça. Il ne voyait aucune caméra mais probablement que des détecteurs étaient planqués autour d'eux. Ils savaient d'ailleurs probablement déjà qu'ils étaient entrés dans la base, il ne faudrait pas longtemps pour qu'ils aient de la compagnie.

Et bien soit. Revenant au niveau de Clara, il se plaça juste à côté d'elle, dans le sens de la marche, et lui tendit son bras. - Et bien allons visiter un peu avant d'être dérangé.
[/color]

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Dim 20 Juil 2014 - 16:41

Ce professeur a définitivement l'air d'un gaillard bien brave au Tardis tout aussi énergique. J'avoue qu'apprendre que son Tardis ne va pas se laisser faire me rassure un peu. Au moins, il ne se laissera pas tripatouiller et sera toujours en mesure de nous faire voyager une fois que nous l'aurons retrouvé. Gageons toutefois que la boite rouge m'apprécie un peu plus que la boite bleue. Je ne parviens pas à cerner les inimitiés qui se glissent entre le Tardis du Docteur et moi. Je l'aime beaucoup moi, ce vaisseau!

Puis, mur, trou, entrée. Oui, tout se dévoile enfin. Nous voilà sur le bon chemin. A coup de sonique, mon partenaire de mauvais fortune dévoile un passage ouvrant sur un couloir qui n'a rien de semblable avec ce que nous pouvons voir autour de nous.

Bien vu Clara, voilà notre entrée, ou en tout cas une entrée.

Je ne dirais pas que cela est une obligation, mais cela est toujours appréciable de voir son observation reconnue et appréciée! Je ne réponds rien de plus qu'un sourire enjoué. L'excitation de l'aventure, du mystère et de la découverte prend largement le pas sur les risques et les dangers.

Nous suivons le chemin qui s'offre à nous, couloir, ascenseur. Tout cela semble beaucoup trop calme et trop facile. Ne sommes nous pas en train de plonger dans la gueule du grand méchant loup? Bon, advienne que pourra, et vive l'aventure, une nouvelle fois.

Je suis d'ailleurs curieuse de voir comme mon nouvel ami réagit à ce genre de péripétie. Le Docteur est énergique, un peu foufou sur les bord et parfois, effrayant. Prof joue-t-il sur la même gamme?

Nous voilà dans les tréfonds de la planète. L’ascenseur nous y a mené d'un coup, sans qu'on eusse à lui demander. Bonne chose ou pas? Nous verrons bien. Mon esprit d'aventurière est en train de prendre le dessus.

Prof me délaisse une paire de secondes, sonique en main, essayant de découvrir un indice. Ah, la chasse aux indices!

Pendant ce temps, je regarde la porte de l'ascenseur qui nous a mené ici se refermer. Quoi qu'il puisse se passer maintenant, nous sommes piégés ici. Mais, étrangement, le petit sentiment d'effroi à cette idée ne supplante en rien la joie d'entrer dans le feu de l'action!

L'endroit était froid et peu accueillant, pas sympathique du tout. Avec cette étrange sensation d'être observée... Je n'aime pas cette sensation et il parait que j'ai toujours été douée pour la ressentir. Elle s'est toujours avérée juste. Pourtant, personne ne semble présent, pas plus que des œil électroniques ou autres caméras.

Je fais quelques pas dans le sens inverse à celui du Professeur. J'inspecte moi aussi l'endroit, avec mes yeux, je n'ai rien d'autre à disposition. Les murs sont en métal, le sol et le plafond aussi, rien ne semble ressortir, ni aspérité, ni trou. Nous sommes dans un endroit terriblement aseptisé, on se croirait dans un hôpital, c'est désagréable.

Mais lorsque Prof me tend la main, je l'agrippe avec un sourire d'envie.

"Oh oui, allons-y!"

Nous avançons lentement, les yeux ouverts. Le seul bruit est le son de nos pas sur le sol en métal. La luminosité n'est pas vraiment présente, ni totalement absente. Assez pour savoir où poser ses pieds mais impossible de deviner où ceux-ci nous mène. Qu'importe!

Nous continuons. Nous sommes étrangement seuls dans cet endroit. Non, ce n'est pas possible, quelqu'un a bien prit le Tardis. Et cette sensation d'être observés est toujours là. Mais ce silence est désagréablement pensant.

J'ai envie de crier : "Ça serait gentil de nous indiquer le chemin, merci!"

Car nous avons l'impression d'avancer nulle part. Mais je me garde bien d'émettre le moindre cri, me contenant de parler à voix basse au Seigneur du Temps :

"Ne trouvez-vous pas ça étrange, pas de comité d’accueil. Je suis pourtant sure que nous sommes observés! Je peux le sentir! Appelez ça un sixième sens!"


C'est à cet instant précis qu'une lueur rouge semble se glisser à l'intérieur du mur. Elle flotte dans la matière même du métal. Je la montre du doigt à Prof quand un frisson se met à me parcourir le dos et qu'une main me soulève les cheveux, avant de les tirer légèrement et de les relâcher.

Je me retourne brusquement, mais rien. Ce qui m'a tiré les cheveux est soit plus là, soit invisible. Je regarde Prof :

"C'est vous qui m'avez tiré les cheveux?"

Bon, je connais déjà la réponse, mais l'idée qu'une main invisible s'amuse à vouloir faire une perruque avec mes propres cheveux ne m'emballe guère. Et puis, je dois bien prévenir mon ami.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Mar 22 Juil 2014 - 23:11



Rendez-vous au paradis.

Feat. Clara O. Oswald


Tout ça n'était pas bon. L'obscurité était artificielle. Imaginez une lumière qu'on camouflerait derrière un écran opaque, la lumière serait tamisée de telle sorte qu'on y verrait à peine. Ici le principe était le même, mais technologiquement parlant plus avancé, si bien que s'il utilisait le mode lampe torde de son sonique, cette lumière aussi serait bloquée. Quand au métal des parois du couloir, il était bizarre, étrange et spécial. Pourquoi n'y avait-il pas de caméra, pourquoi personne ne venait-il à leur rencontre? Une explication: ce métal. Il n'était pas vivant certes, mais programmable. Prof approcha de la paroi, posant sa main dessus, sentait le froid de cette matière et un genre de vibration si infime qu'il était probablement le seul à la sentir. - Fascinant... - La forme avait dû être prédéfini, une plaque de métal pour un mur, et le métal avait dû être activé par la suite. De cette façon, il pouvait être utilisé à distance sans perdre consistance. Ce qui expliquait la lueur rouge qu'il pu apercevoir l'espace d'un instant juste avant que Clara ne lui demande si c'était lui qui lui avait tiré les cheveux. Au son de sa voix il pu comprendre que même elle ne croyait pas à cette hypothèse et lorsqu'il se retourna vers elle et le couloir il ne pu rien voir d'autre que la pénombre. C'était assez désagréable.

Prof posa à nouveau sa main sur le mur, pour s'appuyer, avant de faire quelques pas en avant. Mais voilà, il ne voyait rien, il ne percevait rien d'autre que cette foutue obscurité et ce vide, comme si ce couloir était infini. De quoi clairement l'énerver. Il avait été piégé dans le Void pendant mille ans, retrouver cette sensation était une chose dont il ne voulait pas. Clara avait dû l'entendre à sa respiration qui venait de s'accélérer, Prof appréciait pas cette situation. C'était comme un poids, quelque chose qui oppressait sa cage thoracique, qui allait l’empêcher de respirer. Oh il ne paniquait pas, loin de là, mais inconsciemment il s'était mis à ressentir ce qu'il avait ressenti au début dans le Void avant de prendre conscience que son corps lui même n'existait peut être même plus. - Je vais vous trouver! - Avait-il crié tout en frappant violemment d'un poing fermé le mur à côté de lui, juste avant de faire un pas en avant et de disparaître. Clara l'avait vu marcher, faire un pas en avant et disparaître dans la pénombre, mais en réalité il avait réellement disparu, dans la noirceur absolue. Ça elle ne l'avait pas vu, comment aurait-elle pu l'imaginer de toute façon. Un pas, sa peau était devenue noire et il avait traversé le voile, passant dans le Void en une simple seconde, trouvant la sortie et réapparaissant dans une pièce adjacente, la lumière l'aveuglant un instant. Pour Clara il s'était juste éloigné hors de son champs de vision, pour autant le son de ses pas aussi s'étaient estompés, d'un coup.

S'habituant à la lumière, il observa ce qui l'entourait. Il se trouvait dans une pièce relativement grande, éclairée tout à fait normalement mais aveuglante un temps pour lui vu qu'il venait de passer plusieurs minutes dans l'obscurité. Devant lui s'étalaient un dizaine de moniteurs vidéo, des caméras.. dans les murs. Il était là le système de surveillance et de là il pouvait voir Clara via une image thermique. Approchant des claviers, il commença à taper sur les touches, cherchant un plan, une façon d'éclairer le couloir ainsi qu'une issue et bien sur l'endroit où se trouvait le Tardis. La pièce était vide, il n'y avait personne et c'était étrange. Cela dit, un Tardis captif était une occupation bien plausible pour tout ce monde absent. Bidouillant un instant, il fut satisfait de réussir sur toute la ligne. Dans un premier temps, il trouva un plan et pu voir où se trouvait tout les gens de cette base souterraine. Enfin il pu désactiver le filtre et le couloir s'éclaira parfaitement de nouveau. C'est dans un sourire qu'il traversa à nouveau le voile, passant par le Void pour finalement réapparaître dans le dos de Clara dans un silence absolu sans qu'elle ne puisse le voir faire. - Et voilà le travail! - Un sursaut était compréhensible, il serait déçu si elle ne sursautait pas, mais bon c'était pas important.

Allons, je sais où aller. - Et il attrapa sa main pour l’entraîner dans les couloirs. Ils quittèrent ce couloir maudit pour en rejoindre un autre plus large, puis tournèrent dans ce qui semblait être la zone avec les quartiers des habitants de cette base. Se repérant à des indications bien claire, ils filèrent sans jamais rencontrer personne. Cette base semblait immense mais il avait vu le plan, et ce n'était pas si grand que ça. Une porte à double battant se déroba devant eux pour les laisser entrer dans une pièce qui elle était immense. - Baissez vous! - Avait-il chuchoté à Clara avant de l'attirer vers le sol, accroupis. C'était un grand hall central et ils se trouvaient sur un balcon en hauteur, dans le dos d'un groupe de types en uniforme, des militaires probablement, tous armés et visant la cabine rouge. Juste à côté, un groupe de personnes en blouse blanche discutaient, une discussion animée sur la façon d'entrer dans son Tardis. Pour eux il ne semblait y avoir que le Docteur et ils pensaient visiblement que c'était son Tardis, la bonne vieille cabine bleu redécorée. Ils seraient surpris... De la rembarde ne dépassait que la tête du Prof, observant la salle, cherchant comment descendre rapidement mais aussi comment agir vis à vis des militaires ou même de tout ce qui les entourait et qui pouvait ou non leur tomber dessus... Ça allait être délicat.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Lun 28 Juil 2014 - 20:49

Quelque chose cherchait à me faire peur, à nous faire peur. Elle n'était pas loin d'y parvenir, mais j'avais apprit à garder la tête sur les épaules quoi qu'il se passe depuis mon plus jeune âge. J'étais définitivement plus surprise et curieuse que terrifiée.

Je voit alors Prof s'approcher de la paroi avec un air étonnement circonspect. Il touche le métal froid. Et je pense comprendre de quoi il s'agit. Je ne suis pas un Seigneur du Temps loin de là, mais je me suis formée à l'étrange depuis quelques temps et certaines choses m’apparaissent plus logiques depuis quelques temps. Ces murs ne sont pas construits dans un métal simple. Cette matière à l'air vivante ou tout du moins contrôlée par un être vivant. Elle comporte une conscience ou une sorte d'intelligence artificielle.

Cette structure tout autour de nous n'a rien à voir avec ce qui se trouve sur cette planète depuis le début, en lien avec l'histoire de cet Œil depuis des siècles, c'est évident. Cette base, c'est ainsi qu'on peut la nommer, n'a rien de commun avec l'univers paisible de cet endroit.

Prof lance soudain un cri qui me fait sursauter et il frappe contre le mur. Je ne sais pas ce que ce lieu est en train de lui faire, mais certainement pas que du bien. J'avoue que l'atmosphère est plutôt pesante, et cette absence de lumière, oppressante. Mais il y a plus que ça, je peux le sentir. Ce Seigneur du Temps n'a rien à voir avec celui avec qui j'ai l'habitude de voyager. Et tout son être semble perturbé par cet espace réduit et sombre.

Et ce "Je vais vous trouver!" est bien plus une plainte qu'une promesse. Il le nierait surement, mais je ne suis pas dupe. On me fera pas démordre que cette espèce est née avec un seul mot à la bouche : Je vais bien! Non, mais, on ne me la fait pas à moi.

Je m'approche lentement de lui, tend la main vers lui, dans une allure rassurante,il me tourne le dos... Puis fait un pas et... Disparaît!

La main toujours tendue vers l'obscurité, je me retrouve figée dans cette position. Prof est devenu totalement invisible. Comme si l'obscurité l'avait soudainement absorbé.

Je reconnais que cet endroit est tellement peu éclairé qu'il n'est peut-être qu'à deux mètres de moi... Mais un sentiment de solitude s'empare soudain de moi. Et j'ai toujours pu avoir confiance en mes sensations. Prof n'est plus là...

Je baisse la main lentement, le regard rond. Que vient-il de se passer, a-t-il disparu, a-t-il été enlevé, téléporté comme moi? Je tourne bêtement sur moi et lance un appel :

"Prof? Où êtes vous passé?"

D'accord, j'ai un peu peur.... Un tout petit peu... D'accord, je n'aime pas me retrouver seule dans un endroit sombre et enterré.

Je continue à tourner sur moi. Puis je m'arrête, cherchant à comprendre ce qui a bien pu se passer avec plus de sang-froid. Je me gratte la tête en me demandant si moi aussi, je dois avancer plus loin dans l'obscurité, au risque de me faire capturer moi aussi si c'est ce qui vient d'arriver au Professeur. Et si c'est ce qui vient de lui arriver, mieux vaut que je reste "libre" (autant puis-je être libre dans un endroit clos où je me sens déjà prisonnière!) si je veux lui apporter mon aide.


"Et voilà le travail!"


Une main vient de se poser sur moi en lançant cela! J'ai poussé un hurlement en me retournant... Me retrouvant face à Prof!

"Eh! Criais-je en lui tapant l'épaule. Où étiez-vous passé? Vous n'avez pas peur de faire des peurs pareilles... Vous êtes un monstre!"

Bon, d'accord, mes dernières paroles sont loin d'être aussi pleines de sens, le ton appliqué étant définitivement amusé... Et rassuré!

"Allons, je sais où aller!"

"En voilà une bonne nouvelle!" Dis-je ne le laissant me prendre la main.

Nous nous mettons à courir comme des fous dans les couloirs. Ils semblent tous se ressembler, je dois bien l'avouer, mais Prof semble savoir exactement où aller.

Et cela ne m'étonne qu'à moitié quand je nous vois nous glisser à travers une grande porte à double battants. Nous voilà à l'intérieur d'une salle immense. Et encore, immense est un mot bien faible.

Au même instant, je sens une poigne m'attirer vers le sol. Mon souffle surprit m’empêche d'entendre quoi que ce soit. Je regarde Prof d'un air étonné, mais comprends rapidement le pourquoi de tout ça.

Je voyais des gens s'affairer autour d'une boite rouge. Ces gens pensent effectivement que le Tardis de Porf est celui du Docteur. Mais la chère boite bleue parfois un peu susceptible n'a aucun moyen de changer d'apparence alors... Ces scientifiques possèdent de bien maigres informations sur mon Seigneur du Temps.

Prof observe la scène avec attention. Son regard veut tout dire : Comment arriver près de mon vaisseau sans me faire prendre.

Mon cerveau fonctionne subitement à cent à l'heure. J'observe ce qui nous entoure. Nous devons faire en sorte d'accéder au niveau inférieur sans nous faire voir.

Et puis, je l'aperçois. Et il est évident que je suis la seule à pouvoir passer par là... Et c'est un moyen de détourner l'attention pour que Prof accèdent à son Tardis.

Si je me glisse entre les deux barres de la rambarde et descend agrippée à la rampe en métal... Je me retrouverai juste derrière les hommes en arme... Et si je leur tape sur l'épaule, cela laissera le temps à Prof de passer par la pente douce de l'autre côté et rejoindre le vaisseau. Je lui laisse le moyen de me récupérer après... Mais je pense qu'il en est capable n'est-ce pas?

Mais il est trop tard pour y penser : En silence, je suis déjà passée de l'autre côté de la rambarde!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Mar 29 Juil 2014 - 16:38



Rendez-vous au paradis.

Feat. Clara O. Oswald


Un son, étouffé, un léger crissement, Prof tourna la tête et observa l'air largué Clara se glisser entre les deux barres de la rembarre pour atteindre le poteau métallique soutenant  le tout. Elle faisait quoi là? Il resta comme ça, immobile, quelques secondes le temps de reprendre ses esprits. Il les rendait suicidaires en fait ses compagnons le Docteur, ça devait être ça l'explication. Mais il n'avait pas eu le temps de se redresser qu'elle atteignait déjà les soldats et se faisait désagréablement attraper. Diversion. Bien vu.

La délaissant un instant du regard, Prof fit le tour et utilisa l'autre chemin, celui qui était plus à découvert, celui qui était désormais libre d’accès grâce à l'action de Clara. Il allait pouvoir descendre sans être vu, rejoindre le Tardis en passant dans le dos des scientifiques, récupérer Clara d'une façon ou d'une autre, et ils pourraient filer sans encombre. C'était le plein plutôt basique qui s'était mis en place dans sa tête, mais c'était sans compter sur la pression invisible qui se saisit de son corps et qui le plaqua contre le mur juste à côté, peut être cinquante centimètres au dessus du sol. La respiration presque coupée, Prof eu du mal à se remettre du choc contre la paroi métallique, quelques secondes, le temps de poser son regard sur son assaillant. Il tenait à la main un genre de pistolet mais qui ne tirait pas de balle. A la place du canon il y avait une large lueur. Une onde? Peut être un type de radiation? Étrange objet que celui-ci, mais il n'eut pas besoin de poser la question que c'est sur un ton assuré et arrogant que l'homme parla. - « Bonjour Docteur. Merci de nous faire l'honneur de votre visite. Comme vous pouvez le constater nous avons développer un engin relié à votre ADN et nous permettant de vous... et bien de vous tenir tranquille. » - Son ADN? Ils n'avaient pas le même ADN. Peut être cette bande d'imbéciles avaient-ils réussit à cibler le génome de leur race, c'était pas vraiment une bonne nouvelle.

En guise de réponse, un rire s'échappa de la gorge du Professeur. Un rire sonore, qui fit écho dans la salle, attirant l'attention de tous le monde. Pourquoi ce grand Docteur riait-il à gorge déployée alors qu'il était coincé? Oh mais c'était tout simple. - Connerie... - Doucement, la noirceur s'éprit de lui. Sa peau commença à noircir, comme si un tatouage parfaitement plein y prenait place. Le champ de force qui le maintenait contre le mur grésilla un instant mais il était loin d'être aussi simple de le faire céder. En fait, c'était vrai, il en était incapable dans cette position. - Je suis le Professeur. Et dans votre interet, il aurait été préférable que vous ne vous trompiez pas de cible... - Pliant une jambe, Prof donna une impulsion contre le mur et disparu dans les ténèbres. Visuellement, il avait simplement disparu, happé par la réalité, comme s'il n'avait jamais été là. Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour réapparaître, dans le dos des deux armoires à glaces qui retenaient Clara. Même pas impressionnant. Un bond lui suffit pour asséner sur le premier type un coup précis sur le côté de la nuque, touchant un centre nerveux qui le fit s'écrouler au sol, à genoux. L'utilisant comme tremplin, il lui sauta dessus et asséna dans sa chute un violent coup de poing en pleine tempe au second. Retombant au sol, il pivota pour faucher les jambes de celui encore debout et le faire tomber sur le dos. Se redressant, il observa Clara. - Est-ce que ça va? - Mais pas le temps d'attendre une réponse qu'il entendait déjà l'autre arrogant actionner son arme. D'un geste, se saisissant de son sonique, il le désarma. Cette étreinte n'était pas des plus agréable, autant s'en passer. Les soldats semblaient hésiter à attaquer. Après tout il venait de neutraliser les deux plus grands et les plus baraqués de leur équipe. Faisant quelques pas, outrageusement calme, Prof rangea son sonique et ramassa l'objet et l'observa un instant. Comment avaient-il obtenu l'ADN du Docteur? Elle était là la question! - Je garde ça. - Quoi qu'ils avaient pu utiliser l'ADN d'un autre Seigneur du temps et alors le fait que ça fonctionne sur lui aussi n'était pas étrange s'ils avaient pu extrapoler son étendue?

Vous savez, on est pas toujours d'accord entre nous... Mais lorsqu'on s'attaque à un Seigneur du Temps, généralement, vous vous mettez aussi les autres à dos. Ce n'est certainement pas ce que vous souhaitez. - Un pas sur le côté et il disparu à nouveau, réapparaissant entre deux autres soldats dans un silence parfait. Tapotant l'épaule de celui de gauche il se baissa pour éviter le revers qui alla frapper le visage de celui de droite, lui cassant le nez. Rien de plus simple à partir de là. Prof attrapa le couteau à la cheville du gars de droite avant de se relever si violemment que son épaule frappa sa tête et le poussa en arrière pour qu'il tombe. Eviter le second coup du soldat de gauche ne fut pas un soucis, autant que de le dévier pour le contourner finalement se retrouver dans son dos, le couteau sous sa gorge, le regard fixé vers l'homme qui l'avait plaqué contre le mur un peu plus tôt. Retirant le couteau il assomma le soldat en le frappant à l'arrière du crâne avant de tout lacher, disparaître à nouveau et réapparaître à quelques centimètres de... Bah toujours le même type. Il pu enfin découvrir son nom, inscrit son badge. - Qu'en dite vous monsieur Offman? Toujours envie de vous en prendre au Docteur? - Il n'y avait plus qu'un soldat debout, le seul qui n'inquiétait pas le Prof tout simplement parce qu'il était jeune, impressionnable, et tétaniser. Les scientifiques n'étaient pas une menace et Offman tentait de garder une certaine contenance en maintenant son regard, enfin en essayant.

Prof sourit, satisfait. Faisant un pas en arrière, il se retourna finalement pour aller ramasser cette arme. Il l'étudierait. - Clara? Allons-y. Je pense que le message est clair. - Vu la tête d'Offman, il devait l'être en tout cas. Prof traversa la distance jusqu'à son Tardis comme si rien autour de lui n'était anormal. Posant la main sur la porte du vaisseau, il la poussa et l'ouvrit, attendant après la jeune humaine pour enfin filer.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Mer 6 Aoû 2014 - 20:12

Me voilà au sol, derrière trois ou quatre soldats armés jusqu'aux dents. Comment ils ont fait pour ne pas me remarquer, je n'en ai pas la moindre idée mais qu'importe, l'important n'est pas là. Je me retrouve derrière eux et c'est le plus important. Je viens de remarquer que Prof a repéré mon petit manège. Et quelque chose est en train de me faire penser qu'il me voit soudain comme une grande cinglée.

Mais c'est là le seul moyen pour nous de parvenir à nous sortir d'ici, j'en suis consciente, alors je m'en tiens à mon plan et je tapote l'épaule du garde le plus proche.

"Bonjour, excusez-moi, est-ce que c'est nous que vous cherchez?"

Le garde se retourne en formant au courant d'air autour de lui, les autres le suivent dans la seconde.

"Je ne voudrais pas vous déranger!"


Le premier me met en joue, le second m'attrape par le bras tandis que le troisième s’apprête à sortir son appareil de communication pour prévenir de la récupération de l'un des membres si dangereux du Docteur.

Je ne parviens pas bien à voir ce que le quatrième fait, le troisième le cachant, mais cela n'a pas de réelle importance. Le garde qui me tient en joue me regarde d'un air totalement dérouté, et pour cause, je demeure d'un calme olympien, le regardant en souriant, il n'a jamais du voir qui que ce soit agir ainsi.

Je ne dis pas que je n'ai pas peur à cet instant. Peur de ce que ces gars pourraient me faire, peur d'avoir prit la mauvaise initiative, peur de... Plein de choses en fait. Mais cette sensation plutôt grisante en fait.

Et ce Seigneur du Temps qui m'accompagne, ou que j'accompagne, je ne sais plus trop, semble avoir comprit la raison de mon action. Il est parti par l'autre côté, mais je ne vois rien, les deux armoires à glace en face, me cachant la vue.

La seule chose que je peux voir à ma place, c'est le Tardis de Prof, et il n'a pas l'air de vraiment s'en faire celui là.

Et puis, je sens que tout est en train de commencer. Un bruit provenant de l'endroit où doit se trouver mon nouvel ami perturbe mes gardiens. Je marche avec force sur le pied de celui à ma gauche, celui avec l'arme ne me regardant plus, je cours vers la console tentant de manipuler le Tardis. Je contourne la table massive, je m'abaisse et menace d’appuyer sur un gros bouton rouge. Je ne sais pas ce que ce gros bouton rouge va pouvoir faire... mais rien de bon à première vue, tant mieux!
J'ai comprit que le balaise avec l'arme n'a pas l'intention de me tirer dessus, je parie qu'ils ont pour mission de nous prendre vivant. Tant mieux.

"J'appuie, j'appuie pas? Hum?" Je sourie à l'homme en face de moi, il sait que je le nargue.

Mais je n'ai pas remarquer la porte coulissante invisible dans le mur derrière moi... Et voilà deux nouvelles recrues qui pointent le bout de leur nez, passant derrière la boite rouge, me revoilà entre leur mains, les deux nouveaux venus me maintenant fermement.

Pendant ce temps, je n'ai pas eu la possibilité de voir ce qui se passait avec Prof, mais à mon grand étonnement, le voilà qui débarque. Il se retrouve derrière moi, à mettre HS mes deux amis!

Est-ce que ça va?

On ne peut mieux! Dis-je ne me redressant. Je m'étais plus ou moins accroupi au dernier coup de Prof.

Mais le gallifreyen se retrouve prit dans l'étreinte d'une des armoires à glace. Et s'en libère avec une agilité étonnante, utilisant son sonique d'une manière encore plus étonnante. Je n'ai pas l'habitude de voir ce genre de réactions avec le Docteur. En fin de compte, ces habitants de Gallifrey ne sont pas les mêmes.

Le revoilà partit dans une nouvelle phase de bagarre assez impressionnante, je n'ai définitivement pas l'habitude. Je le regarde, plutôt ébahi, l'observant, bras croisés d'un air définitivement surprit!

Après quelques mots bien choisis, s'accordant plutôt efficacement avec ses actions, Prof me regarde :

Clara? Allons-y. Je pense que le message est clair.

"Je le pense aussi!" Dis-je dans un sourire.

Prof se dirige d'un pas décidé vers son vaisseau, l'ouvrant d'un geste. Je me faufile rapidement à l'intérieur, laissant derrière nous ces militaires en totale incompréhension.

La sensation à l'intérieur du Tardis est étonnante. Et je ne parle pas seulement de la décoration totalement différente de celle que je peux connaitre. Non, pas seulement. C'est surtout la sensation d'être la bienvenue ici, réellement la bienvenue. Le Tardis du Docteur m'étonne parfois, aussi protecteur puisse-t-il être, il semble ne pas m'apprécier. Me rejeter, comme si j'étais une anomalie en son sein. Pourtant, je ne parviens pas à lui en vouloir, comme si cette réaction était importante. Je ne cherche pas à comprendre, il doit bien y avoir une raison, quelle qu'elle soit.

Mais se sentir réellement invitée, presque à la maison, c'est une sensation tout à fait différente.

"Hello le Tardis, c'est un plaisir de te rencontrer!"

Je m'approche de la console et m'y adosse.

"Bien, que pensez-vous de tout ce qui vient de se passer? J'ai l'impression que tous ces beaux jeunes gens vous ont un peu confondu avec mon pilote habituel. Je n'ai pas tout comprit, mais je suppose que vous allez vouloir en découvrir un peu plus sur ma façon dont ils ont découvert qui j'étais, qui le Docteur et ce qu'est un Tardis... Si c'est votre décision, sachez que je vais vous aider!... A moins que vous ne fonctionnez totalement différemment du Docteur. Ce qui ne m'étonnerait pas!"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   Dim 10 Aoû 2014 - 15:30



Rendez-vous au paradis.

Feat. Clara O. Oswald


« Hello le Tardis, c'est un plaisir de te rencontrer! » - A cette salutation, le Tardi émit un son, comme une suite de petit bip, mais associé à ce son on pouvait sentir que c'était lui qui répondait. Plaisir partagé je suppose, si ça n'avait pas été le cas il n'aurait pas répondu. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas amené à bord quelqu'un que le Tardis n'approuvait pas, peut être réfléchissait-il inconsciemment à ne pas le faire? Marley c'était différent, Bro avait probablement vu en lui quelque chose de plus important qu'un simple visiteur. Après tout les Tardis existent en dehors et dans le Temps lui même, leur conscience est infiniment plus étendu que la leur, même celle du Prof. Clara s'était appuyé à la console, commençant à parler, pendant que lui même avait fait décoller le Tardis et c'était posé dans le canapé, laissant l'étrange arme sur la table basse devant lui, se passant une main sur le visage, fermant les yeux un instant. Bien sur elle avait raison, il voulait savoir comment ils avaient eu l'ADN d'un seigneur du temps, comment ils avaient pu mettre au point une telle arme. - Notre peuple existe depuis bien plus longtemps que la plupart des autres races donc savoir ce que nous sommes ou ce qu'est un Tardis... Ce n'est pas bien compliqué si vous avez un minimum de lien à travers l'espace... - C'est sur les humains ne savaient pas ce qu'étaient un Tardis mais au 21è siècle ils n'étaient que des enfants, des bébés spatiaux, comment auraient-ils pu savoir? Même avec un Docteur omniprésent là-bas c'était impossible pour eux de comprendre ça.

Levant les yeux vers Clara il poursuivit. - Quand à savoir qui vous êtes... Vous êtes sa compagne, ça vous place en première ligne pour entrer en contact avec lui, d'une façon ou d'une autre. Ils ont supposé qu'en vous enlevant ils l'atteindraient lui et le ferait venir. Une chose étrange cependant, ils n'ont pas reconnu le Tardis. Je veux dire un Seigneur du Temps peut changer, ça oui, mais son Tardis ne change jamais d'apparence extérieure, la boite bleu est célèbre, ils auraient dû comprendre en voyant mon vaisseau... - Prof se leva en attrapant l'arme et rejoint la console. - Ça en revanche... C'est plus important. Il faut découvrir comment ils ont réussit à cibler notre génome et à partir de quel ADN ils ont pu faire ça. Il y a plus que cette simple attaque contre le Docteur. - Prof appuya sur quelques boutons et lança l'arme en l'air par dessus son épaule et... Elle disparut, littéralement, traversant un trou spatial interne invisible qui l'enverrait atterrir dans l'un des laboratoires du Tardis. Ceci fait, et sans se demander si ce qu'il venait de faire pouvait être dérangeant, impressionnant, ou rien du tout, il continua de pianoter sur sa console en silence alors qu'on sentit le vaisseau accélérer. - Mais en attend, Clara Oswald, je vous ramène chez vous et à votre époque. Vous ne serais partit qu'une heure ou deux. - Le trajet allait être assez rapide en fait. La faille que Clara avait traversé pour se retrouvé sur cette planète n'était qu'une faille spatiale, pas temporelle. Rejoindre la Terre ne prendrait que quelques minutes.

Et c'est ce qui arriva. Quelques minutes seulement, même pas, jusqu'à ce qu'on sente le vaisseau ce poser. Prof sauta les marches et arriva à la porte, l'ouvrant. - Londres, parfait. - Se retournant, faisant un pas en arrière pour laisser le passage ouvert, il poursuivit. - Et bien Clara, ce fut un plaisir. Si vous avez besoin de quoi que ce soit vous savez comment me contacter. - Autrement dit foncez dans les problèmes. - Et si je trouve quelque chose de concluant concernant cette histoire, je vous le ferais savoir. - Et une fois qu'elle serait partit? Et bien il ajouterait à sa liste de chose à faire cette arme, savoir d'où elle venait, comment elle avait été conçu, à partir de l'ADN de qui. Il y avait de quoi faire et peut être que tout ça n'était pas aussi simple que ça ne le paraissait...

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)   

Revenir en haut Aller en bas

Rendez vous au paradis! [6003] (avec the Professor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• THE SILENCE HAS FALLEN • :: trash & co' :: archives RPG.-