TOP
SHOW



 
MERCI DE NOUS AVERTIR DE VOS PRÉSENTATIONS TERMINÉES DANS CE TOPIC.
BIENVENUE Invité !
FORUM RPG BASÉ SUR LA SÉRIE DOCTOR WHO.
REJOINS-NOUS VITE SUR LE TOP SITE DU FORUM !

Partagez | .
 

 Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Lun 14 Juil 2014 - 22:25



Sound of relaxing macaroons

« J'ai fait des macarons. Aux noisettes.
J'peux t'poser quelques questions ?»




→ The Professor ←
Date inconnue ; TARDIS du Professor


- Tu es loin d'être pathétique. Lui avait assuré le Seigneur du Temps quelques jours plus tôt.

Mouais. C'est ça ouais. Se retrouver à faire une crise de panique comme un retour à l'âge de cinq ans, c'est vrai que c'est très adulte comme réaction. Oui, vraiment, très, très mature Marley ! Grognant et pestant une dernière fois sur sa personne et sur sa réaction disproportionnée une bonne semaine auparavant. Depuis lors, ils n'avaient pas bougé. Pas beaucoup. Quand Prof avait disparu dans ce qui devait être sa chambre - ou il ne savait pas vraiment où, au pire, il faisait ce qu'il voulait, cela ne regardait en rien Marley -, l'agent de Torchwood était resté quelques temps dans la salle des commandes, à regarder dans le vide. Son esprit était préoccupé par deux choses : Premièrement, l'incident. Ce n'était pas quelque chose qui allait s'effacer en quelques minutes. Il allait devoir se faire à l'idée mais... Mais ce n'était pas très simple. Enfin, et Marley se demandait si Prof n'avait pas fait exprès de lui lâcher une bombe pareil avant de disparaître : Il venait d'assister à quelques ébats entre son compère et Cléopâtre.
Cléopâtre, LA reine par excellence. D'abord César, ensuite elle... D'un autre côté, tout prenait sens. Le Seigneur du Temps ne s'était pas retrouvé dans une arène, mis à mort, pour un simple méfait, genre vol d'un quignon de pain. Quoique d'un autre côté, il ignorait la cruauté de l'empereur Romain...

Et puis, quand Prof était revenu pour entrer de nouvelles coordonnées pour son vaisseau, Marley avait enfin bougé, se glissant jusqu'à sa chambre attitrée - qui étrangement n'avait pas bougée d'un iota - pour se laisser tomber sur son lit. Il ne s'était certes levé que depuis.. Allez quoi, une heure ? Mais il se sentait comme s'il pouvait dormir durant des semaines. Et pourtant, il n'était pas tombé dans un sommeil profond. Il était seulement resté là, les yeux dans le vague, son esprit et corps éteins. Au bout d'il ne  savait exactement combien de temps, il s'était enfin traîné jusqu'à la douche, se frottant jusqu'à s'en faire rougir la peau. Et pourtant, il avait toujours l'impression du sang séché sur sa peau. Alors il était retourné sur son lit. Encore. Et n'en avait pas bougé avant un long moment.

Enfin, il s'était bien rendu compte que tout cela ne menait à rien et que cela était très puéril. Alors il était allé se perdre dans le vaisseau - ouais, non mais en fait, au départ, il voulait juste trouvé la cuisine. Sauf qu'il s'était perdu. Encore. Pour changer de d'habitude, j'ai envie de dire. - Et quand enfin il s'était retrouvé dans la cuisine, Marley s'était mit au fourneau dans l'instant. Il n'avait pas demandé la permission, mais son besoin passait avant tout. Il se devait d'avoir du sucre, mais aussi et surtout il avait besoin de cuisiner. La première fois qu'il s'était pointé dans la cuisine pour grignoter quelque chose, il n'y avait pas vraiment fait gaffe. Mais wahou, quelle pièce ! C'est ce qu'il manquait chez lui. Une cuisine. Parce qu'il adorait cuisiner, et surtout dans certains moments - comme celui-ci - c'était un besoin plus qu'une simple envie de friandise. Et il s'était mis à cuisiner. Enfin, faire des pâtisserie pour être exact. Il avait fait une tarte aux pommes, une à la framboise, une a un fruit donc il ignorait inexistence jusqu'à ce jour, un gâteau aux noix de pécan, à la banane, des croissant français, et enfin, aujourd'hui, il en arrivait aux macarons.

Il n'avait fait que croisé le Seigneur du Temps durant ces quelques jours. Ce dernier n'avait pas quitté le vaisseau, mais Marley l'avait quelque peu snobé. Enfin... plutôt éviter comme la peste, histoire de ne pas mourir de honte. Alors, même s'il avait bien remarqué que les gâteaux et autre douceurs diminuaient plus qu'il n'en mangeait lui même, il voulait lui préparer quelque chose de spéciale pour lui présenter ses excuses. Et on en revenait aux macarons géant dont il ne restait que quelques minutes de préparation. Il soupira en fixant les coques disposées devant lui. Il ne faisait pas vraiment un bon colocataire, il fallait bien le reconnaître. Il se faisait honte, sérieusement... Secouant la tête, il termina ses friandises avant de les disposer sur un plat et quitter la cuisine - quand même, vu sur le jardin, c'est trop la classe -. Et vous savez quoi ? Bah il tourna un petit moment dans le vaisseau. POUR CHANGER ! Au bout d'un moment, plat toujours dans une main et macaron à moitié grignoter dans l'autre, il se stoppa au milieu d'un couloir qui ressemblait beaucoup trop à celui qu'il venait de quitter pour sa santé mentale, et leva la tête.

- Non mais c'est sérieux cette histoire ? Comment je fais pour m'y retrouver à l'intérieur si ça bouge tout le temps ?!

Sa voix était rauque. Totalement inhabituel. Il n'avait pas parler pendant trop longtemps... Il lâcha un soupire affligeant avant de reprendre sa route.

- ... Nobody's gonna mess me arooooound. HEY SATAN ! Payi--

... Wait. What ? C'était vraiment... Il n'était pas fou, il avait bien remarqué durant ces quelques jours que Prof avait cette fâcheuse tendance à mettre de la musique terrienne a fond dans la salle des commandes... Il avait d'ailleurs très bon goût. Mais là n'était pas le problème. D'ailleurs, y avait pas de problèmes ! Parce que, qui dit musique à fond dans la salle des commandes... Dit salle des commandes non loin ! Marley se dirigea donc vers la musique qu'il entendait et très rapidement - quand je dis très rapidement, comprenez ici à peine au détour du couloir dans lequel il était quand même -, il tomba donc dans la salle des commandes - et heureusement pour sa dignité, pas littéralement. -. Comme quoi, il s'en était pas trop mal sortit de lui même pour une fois. Puis il leva le regard vers le centre de la salle et... Ok. Non vraiment, trouver son compagnon de voyage en train de se trémousser sur du AC/DC en chantant à tue-tête avec son petit bâton lumineux qui fait du bruit en guise de micro, c'est exactement ce dont il avait besoin. Ses lèvres se plissèrent en un sourire hésitant avant qu'il ne s'avance à son tour dans la salle, grignotant distraitement son macaron. Prof ne l'avait pas encore aperçut, donc Marley se laissa couler dans son fauteuil attitré - Oui, c'est décidé. C'est son fauteuil. Na. - en appréciant le spectacle devant lui. Parce que oui, Prof se donnait un spectacle. Un peu. Et disons le franchement, Marley n'allait pas se plaindre non plus.

Après un final tout en beauté, Marley se racla un peu la gorge pour signaler sa présence et leva le plat couvert de macarons.

- J'ai fait ça...Hm. Pour... Pour m'excuser de cette semaine un peu creuse... D'ailleurs, j'ai faillit pas venir. Parce que je me suis encore perdu dans ton vaisseau, qui je pense d'ailleurs, doit le faire exprès, parce que j'ai un minimum le sens de l'orientation... Et c'est vraiment pas possible que je me paume autant à chaque fois. Sauf pour ma chambre... Enfin bref.

Il secoua la tête pour cesser de se perdre dans ses pensées. Il jeta un regard à Prof en reprenant un macaron.

- Au fait, c'est quoi ton micro improvisé que t'avais oublié chez la Reine ?




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Mar 15 Juil 2014 - 0:50



Sound of relaxing macaroons.

Feat. Marley A. Jones


Des jours s'étaient enchaînés, une semaine tout au plus, depuis qu'ils avaient quitté Rome et les types en jupette. Ça avait été un bain de sang. Lui il n'aimait pas ça mais il était habitué depuis le temps. Marley en revanche avait versé son premier sang et il savait comme c'était dur. Il avait bien sur décidé de lui laisser un peu d'air pour se remettre, digérer l’événement. Il n'avait pas tenté de venir vers lui, il avait préféré lui laisser de l'espace et il reviendrait vers lui quand il se jugerait prêt. Pour autant, à l'odeur de sucre, Prof n'avait pas manqué de piquer dans les confections de l'humain, voler même, en masse. Un estomac de Seigneur du Temps c'est dur à satisfaire aussi. Et puis la bouffe gratuite, ça se refuse pas, alors voilà. Toujours étant que durant cette semaine Prof n'avait pas fait grand chose. Il était adepte du mouvement mais pour Marley il avait fait l'effort. Le Tardis s'était mit en orbite autour d'une lune bleu, magnifique lune de glace, et était resté là toute cette semaine. Ils avaient vécu là, dans cet immense vaisseau, tous les deux, Marley de son côté naviguant entre cuisine, douche et chambre, Prof quand à lui dormant moins en profitait pour glander sans culpabiliser. Musique à fond la plupart du temps, un bon bouquin, un bon film, entretiens des armes, entrainement aux armes, toutes les armes. Enfin pas toutes, il y en avait quand même des centaines dans la salle d'armes mais en tout cas il en avait essayé bon nombre.

Ça avait été une semaine particulièrement longue pour lui, ils étaient peu les Time lord casanier mais il trouvait toujours de quoi s'occuper. Et puis le voilà, Marley, ses macarons en main, entrant silencieusement dans la salle de contrôle, pensant probablement qu'il ne l'avait pas vu, mais il voyait tout, malgré son occupation pour le moins ridicule. Highway to hell, AC/DC, à fond... couvrant sa voix qui tentait vainement de chanter par dessus, le sonique en guise de micro. C'était épique et pour une fois qu'il s'en sortait bien quelqu'un était là pour observer. Prof tourna la tête vers Marley affalé dans le fauteuil, l'air de dire "et alors t'applaudis pas?" mais bon, il avait des macarons géants, alors il pouvait pas critiquer. Quand il commença à s'excuser Prof le fixa, l'envie de lui taper dessus le triturant, mais il se contenta de prendre un macaron et de mordre dedans avant de tapoter la console en guise de félicitations quand Marley supposa qu'il ne se perdait pas par pur hasard. Bah quoi?

« Au fait, c'est quoi ton micro improvisé que t'avais oublié chez la Reine? » - Ah, bonne question, au moins cette semaine d'évitement aura abouti sur quelque chose de constructif. Baissant le son de la musique qui reprenait, resserrant le sonique dans sa main, Prof approcha et le donna à Marley pour qu'il puisse mieux l'observer. - C'est un engin sonique, interface télépathique. Il y en a de toutes sortes, des tournevis, des stylos... Moi j'ai un pointeur. Alors oui, il fait pointeur laser, en vert, mais il sert aussi à tout et n'importe quoi. Ce serait compliqué de te faire une liste de ses possibilités mais je ne m'en sépare que rarement. - Et puis il revint à la déclamation de stupidité précédente. - Et je te l'ai dit, tu n'as pas à t'excuser. C'est dur à encaisser, je le sais, mais tu m'as sauvé la vie, et la tienne par la même occasion, tu n'as pas à t'en vouloir.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Jeu 17 Juil 2014 - 15:10



Sound of relaxing macaroons

« J'ai fait des macarons. Aux noisettes.
J'peux t'poser quelques questions ?»




→ The Professor ←
Date inconnue ; TARDIS du Professor


Intéressé, Marley posa le plat aux friandises sur l'accoudoir de son fauteuil et se redressa afin de pouvoir prendre et observer comme il se le devait ce fameux micro improvisé. Le pointeur dans les mains, il écouta d'une oreille attentive les explications qu'acceptait de lui offrir le Seigneur du Temps. Mais a part un usage télépathique, Prof ne répondait pas vraiment à sa réponse. Mais c'était plus que rien, non ? Et puis, Marley se dit qu'il allait surement avoir l'occasion de voir lui même le panel d'utilisation de ce qui lui semblait être une petite merveille de technologie. Marley hocha la tête, les yeux toujours accroché à ce pointeur sonique. En parlant de technologie, ce n'était surement pas humaine, ou tout du moins, pas de son époque. Et, en tout bon humain qui se respect de son époque : Il trouvait que c'était grave la classe. Un sourire éclaira son visage. Un sourire, enfin.

- Et je te l'ai dit, tu n'as pas à t'excuser. C'est dur à encaisser, je le sais, mais tu m'as sauvé la vie, et la tienne par la même occasion, tu n'as pas à t'en vouloir. Continua Prof en le fixant.

L'agent de Torchwood se figea et son sourire se fana rapidement. Une boule de plomb tomba dans son estomac et un long frisson parcourut sa colonne vertébrale. Il se sentit se mordre l'intérieur de la lèvre avant de s’arrêter sans pour autant cesser de grincer des dents. Pourquoi le Seigneur du Temps remettait ça sur le tapis, déjà ? Ah oui. Il s'était excusé. Ça lui apprendra à chercher à être poli, tient. Sans un mot, il lui tendit son pointeur sonique, ne lui jetant aucun regard. Ses yeux restaient fixés sur les couleurs des boutons de la console face à lui. Au bout de quelques secondes d'absence, il tourna la tête vers Prof et lui offrit un sourire qui n'atteignit pas ses yeux.

- T'inquiète. Je vais bien.

Sauf qu'il mentait. il le savait, et il était quasiment sur que Prof le savait. Alors il baissa les yeux, récupérant un nouveau macarons et mordant violemment dedans.

- Non vraiment, ça va bien. J'ai juste buter un mec, rien de plus normal quoi. Alors ouais, c'était de la légitime défense, mais qui me dit qu'il avait pas un destin extraordinaire et que j'ai changé l'histoire ? Hein ? Moi qui pensais que toutes les fictions relatant un hypothétique voyage dans le temps avec toutes les merdes que ça peut engendrer étaient tirés par les cheveux, s'y retrouver confronté... C'est sur, c'est différent.

Tout en parlant, il avait terminé son macaron. Et dès qu'il s'était mis à parler du meurtre, il s'était inconsciemment mit à se frotter les mains, rougissant sa peau. Il avait cette désagréable impression de sentir de nouveau le sang coller sa peau et il avait besoin de s'en débarrasser.

- Ça va. Ça va. Marmonna-t-il, son mantra de toujours.




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Jeu 17 Juil 2014 - 15:39



Sound of relaxing macaroons.

Feat. Marley A. Jones


Prof avait reprit son sonique sans rien dire. Et après tout ce que Marley débita, après ses regards fuyants, il n'ouvrit pas la bouche, pas une seule fois. Oh il aurait pu lui répondre, lui expliquer, essayer la manière douce et un câlin comme le Docteur le faisait habituellement, mais non. Il n'était pas le Docteur et Marley n'était pas une greluche qu'un simple câlin fugace remet d’aplomb. Ou alors le Docteur fait des câlins magiques et dans ce cas là il voudrait bien en profiter aussi. Marley était un homme, c'était déjà une grande différence, et comme tout homme, il avait sa fierté et la manie de refouler ou d'enfouir ses sentiments. Humain. C'était loin d'être une bonne idée.Fourrant le sonique dans sa poche, Prof bidouilla deux trois trucs sur la console, l'espace de quelques secondes, avant de commencer à s'éloigner. - Suit moi. - Mais il était déjà entrain de partir, quittant la plateforme de la console pour emprunter le couleur à l'arrière. Tournant au coin, ils marchèrent quelques secondes avant de s'arrêter devant une porte coulissante en tissus et en bois, une porte qu'on aurait pu trouver dans un dojo japonnais.

Quand le Prof fit coulisser la porte, ils purent pénétrer dans... Bah un dojo. Mais très grand. C'était une salle lumineuse, faites de tissus et de bois clairs. Ca contrastait vraiment avec l'aspect matériel du vaisseau, le métal, les sons... Ici tout semblait assourdit, on aurait pu être à des millions de kilomètres perdu dans la foret que ça aurait été pareil. Un silence parfait, serain, et pourtant pas pesant. La sérénité. Les murs étaient tapissés d'armes blanches aussi diverses qu'exotiques et un mur au fond était quand à lui recouvert d'armes à feu, ou laser... Enfin des armes technologiquement plus avancées. Ceci était la salle d'arme, la salle de sport, la salle d'entrainement, bref, plus communément le dojo. Prof quitta machinalement ses chaussures sans rien dire à Marley, se retrouvant pieds nu. Le sol était une sorte de tapis encastré, en paille mais plus solide, ses mailles serrés offrant un sol parfait pour l'entrainement mais qui ne faisait pas mal au contact. Il marcha jusqu'au centre de la pièce, doucement, comme suivant un rythme précis mais sans qu'on s'en rende compte. Une fois au centre, il s'arrêta, respira, et se retourna pour faire face à Marley qui l'avait suivit. Il l'observa, un instant seulement, avant de commencer à parler.

Tu es pathétique. - Son regard était froid, tellement réel... Pensait-il ce qu'il disait? En tout cas rien ne semblait prouver le contraire. - Tu dis que ça va mais tu mens. Tu me mens. Tu te mens. Et tu me fais perdre mon temps. - Sa tête se penchait, comme une provocation. Le ton pourtant était sec mais la voix n'était pas plus forte. - T'es une loque. Tout ce que tu fais est un mal pour toi, tout ce qui t'arrive et un cadeau que tu te dis ne pas mériter. C'est quoi t on problème? - Prof approcha, bousculant Marley, une simple poussée à l'épaule droite. Une agression, pure et simple. - Alors? C'est quoi le problème? - Et il recommença, une autre poussée. - Répond moi! Ne me fait pas perdre mon temps! Je suis sur que si je te frappais là maintenant tu bougerais pas. T'en es capable seulement? - Et une autre poussée, une troisième, plus forte que les précédentes qui obligea Marley à reculer d'un pas pour ne pas tomber. - Alors! - Prof utilisa ses deux mains pour pousser Marley, plus fort encore, l'obligeant à reculer encore de deux pas.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Ven 18 Juil 2014 - 0:59



Sound of relaxing macaroons

« J'ai fait des macarons. Aux noisettes.
J'peux t'poser quelques questions ?»




→ The Professor ←
Date inconnue ; TARDIS du Professor


- Suit moi.

Marley releva la tête et cessa dans l'instant de se frotter le dos de ses mains. Prof était déjà en train de partir et Marley sauta sur ses pieds, délaissant le plat aux macarons sur son siège. il trottina à la suite du Seigneur du Temps, fronçant les sourcils à sa réaction... Inexistante. Tant mieux, ils n'allaient pas y passer la nuit non plus. C'est donc avec curiosité que l'agent de Torchwood emboîta le pas de son compagnon de voyage. Ils marchèrent quelques instant en silence dans le couloir, Marley un peu en retrait, tentant de deviner ce qui leur attendait pour que Prof ne quitte la pièce aussi vite. Avec son boulot à Torchwood, il s'était habitué à un peu plus de mouvements qu'il n'en avait eu de toute la semaine. Alors il lui semblait normal de ressentir ce petit frisson d'excitation, mais aussi d'appréhension. Mais il devait bien avoué qu'il ne s'attendait pas vraiment à cela. Une fois la porte de bois tendre passée, Marley se stoppa, son regard se perdant dans la pièce. Il savait que ce vaisseau était fabuleux, une pilule un peu dure à avaler pour un esprit étriqué, mais maintenant qu'il s'était fait à l'idée, il avait pensé que plus rien ne pouvait le surprendre dans ce vaisseau. Encore une fois, il avait tout faux. Ce n'était rien moins qu'une salle d'arme, ou d'entrainement. En tout cas, c'était très impressionnant.

Le nez toujours en l'air, il allait continuer de suivre Prof avant que ses pieds ne buttent dans quelque chose. Il baissa les yeux sur les chaussures qui reposaient au bord du sol tressé. Un autre regard en direction de Prof, ne lui offrant toujours que son dos comme seule réponse à sa question silencieuse. Consciencieusement et sans un mot - car il planait sur la pièce un tel silence religieux qu'il se serait sentit faire un affront s'il faisait trop de bruit en ce lieux -, il se pencha à son tour pour se défaire de ses chaussures et trottina de nouveau pour rejoindre Prof au centre de ce qu'il pouvait facilement appeler un Dojo. Le Seigneur du Temps s'était stoppé, c'était enfin tourné vers lui, le visage inexpressif et le regard froid. Cette soudaine hostilité tua dans l’œuf la question qu'allait poser Marley.

- Tu es pathétique.

... Oh. Bah d'accord, c'est si gentiment dit...

- Tu dis que ça va mais tu mens. Tu me mens. Tu te mens. Et tu me fais perdre mon temps.

Chaque mots que lui envoyait Prof, d'une voix parfaitement calme, à un ton tout à fait habituel, semblaient être comme des gifles successives pour Marley. Gelé sur place, les yeux écarquillés, il ne pouvait que fixer le Seigneur du Temps, totalement abasourdis par cette situation. Une sueur froide crispa tous ses muscles. Mais Prof n'en avait pas fini avec lui. Non seulement, il l'insulta, mais comme pour rajouter à la stupeur de Marley, le Seigneur du Temps alla jusqu'à le frapper à l'épaule. Et là, tout lui revint en mémoire. Comme si son esprit n'avait pas été assez malmené comme ça, ce coup qui au fond n'était pas violent, lui rappela toutes ses cours d'écoles où il était marrant de pousser le petit gamin maigrichon qu'il était. C'était bien simple à cette époque, il parlait pas le p'tit Marley. Il était bizarre avec ses yeux dans le vide, le p'tit Marley. Il était marrant à pleurer sans bruit, le p'tit Marley. Il était marrant à pas pouvoir demander d’arrêter, le p'tit Marley. Jusqu'au moment où il répliqua, le p'tit Marley.

- Répond moi !

Répondre ? Pour dire quoi ? Hein ? Ses mains étaient si serrées qu'il sentait ses ongles rentrés dans sa paume, et le gout de la bile dans sa bouche le brûlait.
Un coup. Un pas.

- Alors ?!

Un autre. Deux pas.
Son bras partit de lui même, fauchant les mains de Prof qui semblaient vouloir encore le pousser avant qu'elles n'atteignent leurs but.

- Qu'est-ce que tu veux que je te répondes, bon sang ! J'suis qu'un humain, bordel ! On peut pas tous avoir ton sang froid dans ce genre de situation. Qu'est-ce qui te ferrais plaisir d'entendre, que j'avais encore l'impression de sentir le sang de Mary-Rose sur mon visage y a pas encore si longtemps, et qu'avec c'que j'viens de faire, c'est encore pire ?

Ses mains tremblaient depuis un moment, mais il ne le réalisa que maintenant. Peut-être était-ce à cause de l'adrénaline qui pulsait en son seins. Peut-être était-ce encore une réaction physiologique tout ce qu'il y a de plus normale à trop serrer les poings de la sorte. Peut-être enfin était-ce un relent d'angoisse. Il respirait trop vite. Il respirait trop fort. Il était faible, il le savait, Prof n'avait pas à le lui rappeler. Toutes ses nuits d'insomnies peuplés de souvenirs trop flous et en même temps trop nets pour passer outres lui suffisaient amplement. Et les points blancs de sa vision n'annonçaient rien de bon. La vanille et ses senteurs n'était plus que la seule chose qu'il pouvait sentir. Ce souvenir, tantôt agréable, tantôt une véritable torture, le fit tressaillir et il ricana de sa propre faiblesse. Puis soudain, un trop plein de fer, hémoglobine trop acide pour un nez humain. Il avait l'impression que du bois suintait ce liquide vitale et une autre nausée le prit. Il eu un autre mouvement de recul.

- Alors ouais, j'suis risible. Mais j't'emmerde ! J'te fait perdre ton temps ? Mais j'te demande rien ! Balance moi à la première étoile que tu croises, ça t'feras des vacances, ça m'en f'ras, ça nous f'ras une belle jambes à tous deux et... et... MER-DEUH !

Une tête de Weevil juste devant ses yeux. Comme si la situation n'était pas assez cocasse comme ça. Il en sursauta, mais déjà l'image avait disparue. Ne restait que Prof, et lui, dans un état plus qu'approximatif, un état second. Il aurait bien aimé faire demi-tour, fuir la situation comme il le faisait toujours dans ce cas, quand on lui parlait de son passé, ou quand lui y pensait, mais c'était comme si ses jambes ne lui obéissait plus. Et ses poings qui le démangeaient toujours. Un rapide regard alentour. Il ne pouvait décemment frapper Prof. Il avait arrêter de frapper pour le plaisir des êtres vivants depuis son cinquième renvois d'une école primaire. Mais putain, qu'est-ce qu'il donnerait pas pour avoir un magasin de porcelaine et une bonne batte de baseball en allu. Son rêve ultime. Mais en attendant, il sentait ce poid revenir sur sa poitrine. Il suffoquait, encore. Fermant les yeux, se massant les tempes, il psalmodiait dans son crâne "Tout vas bien. Tout vas bien." Il ne regarda pas le Seigneur du Temps fasse à lui. Ce dernier avait envie de le frapper ? Qu'il fasse ! Se prendre une raclée était la bassesse qu'il pouvait encore s'offrir et qui le remettrait surement plus vite sur pied qu'une bonne nuit de sommeil.




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Ven 18 Juil 2014 - 1:32



Sound of relaxing macaroons.

Feat. Marley A. Jones


Marley lui criait dessus. Il pouvait voir à la transpiration sur son front, à son regard, à ses poings si serrés qu'il aurait pu s'en faire saigner, à ses mains tremblantes... Son esprit était envahi par les souvenirs, tous les souvenirs. L'humain sortait de ses gongs et de sa zone de confort qui l’empêchait de vivre. Il le voyait, il ne voulait qu'une chose c'était le frapper, extérioriser cette frustration, tout lâcher, mais contrairement à ce but accomplis que Prof avait voulu, il ne souhaitait pas que Marley l'attaque. Rien à voir avec le fait de se faire frapper, non, il voulait que Marley expulse le mal être en lui, il ne voulait qu'il en rajoute en le frappant et en s'en voulant ensuite. Au fil des paroles, le regard de Prof s'était radoucit, non pas parce qu'il le prenait en pitié mais bien parce qu'il avait réussi son coup et que conserver ce regard froid n'était plus utile. En guise de réponse au premier abord, Prof ne fit qu'approcher de Marley, doucement, et déposer un doux baiser sur son front avant de lui dire ceci. - C'est très exactement ce que je veux. - Aveux d'une manipulation flagrante? Volonté de ramener à la surface sa face cachée, sa face sombre? Non. Rien de tout ça. Prof voulait juste qu'il vive sans se brider.

Tu ne dois pas te retenir, tu ne dois pas refouler. Tu dois contrôler. - Oh il ne connaissait pas l'histoire de Marley mais a son comportement de l'instant il pouvait déduire ce dont il ne voulait pas parler, ce qu'il refusait d'afficher. Cette violence dans son cœur, celle qu'il enfouissait au plus profond et avec tant de forces... qu'il n'en avait plus pour le reste. Crise d'angoisse? Pas étonnant en sachant ça. D'un calme parfait, le regard rivé sur Marley, Prof se laissa descendre doucement et s'assit en tailleur sur le sol. Tapotant le tapis entrelacé, il l'invita à s'asseoir. - Raconte moi. - Marley sans le vouloir probablement avait évoqué l'origine de tout. Ce fragment de son histoire qui définissait son être encore aujourd'hui. L'avait-on déjà poussé si loin? S'était-on permis de le brusquer autant, dans une situation si mal venue? Avait-il déjà parlé de ça à quelqu'un? S'il l'avait fait, sa vie aurait-elle pu être différente? Tant de question qui jamais ne trouveront de réponses... Il était fragile à cet instant, c'était peut être le moment rêvé pour que tout ça sorte.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Ven 18 Juil 2014 - 2:46



Sound of relaxing macaroons

« J'ai fait des macarons. Aux noisettes.
J'peux t'poser quelques questions ?»




→ The Professor ←
Date inconnue ; TARDIS du Professor


La vanille était de retour dans ses narines. Mais cette fois, elle n'était agressivement trop sucrée. Non, cette fois-ci, c'était doux, comme quand Mary-Rose était dans ses bons jours et lui prouvait qui elle était pour Marley, une mère douce et aimante. Quand elle venait encore chasser ses cauchemars en pleine nuit d'un baiser sur le front... Marley rouvrit brutalement les yeux. C'était ça. Un baiser sur le front. L'agent de Torchwood leva un regard trouble vers Prof, qui lui souriait, toute trace d'animosité disparue. Il fronça les sourcils, totalement perdue. Venait-il d'imaginer tout ce qu'il venait d'arriver ? Est-ce que--

- Tu ne dois pas te retenir, tu ne dois pas refouler. Tu dois contrôler.

... Ah...? ... Oh. Oh ! Marley écarquilla les yeux, comprenant en partit ce qu'il venait de se dérouler. Prof l'avait... Piégé ? D'un seul coup, toute la tension qui s'était accumulée en quelques instants en lui disparu. Ne restait plus qu'un gouffre béant de stupéfaction, fébrilité ainsi qu'une pointe de colère envers Prof ainsi qu'un voile de honte et de dégout pour sa réaction. Un long soupire tremblant passa ses lèvres alors que l'angoisse s'ésstgompait peu à peu.

- T'es con... Réussit-il tout de même à marmonner en reniflant, essuyant du dos de sa main quelques larmes de frustration et de fatigue émotionelle qui avaient échapper à sa vigilance. Fermant les yeux en se frottant de nouveau les tempes, il se laissa lourdement tomber au sol aux côtés de Prof.

- Racontes-moi.

Lui raconter.... Raconter quoi ? Il n'en n'avait jamais parler. A personne. Même avec le Capitaine, ils n'avaient jamais évoqué. Avec le psy qu'on lui avait attribué à l'époque... Il ne lui avait rien dit, il n'avait rien dit pendant plus d'un an. Il inspira de nouveau, cherchant le courage pour faire confiance. Il pouvait lui faire confiance, non ? Il s'était bien pointé alors qu'il était en train de tomber d'un immeuble pour lui sauver la vie, il pouvait bien faire ce geste, non ?

- C'était ma mère. - Il se racla la gorge pour se donner une constance - Mary-Rose. C'était ma mère.... Entre mon père alcoolique qui la battait et un sérieux problème d'alcool, elle allait surement pas vivre bien longtemps. Mais... C'était... J'avais 5 ans quand elle est morte. Y a eu un weevil qui s'est pointé dans notre appartement. Je sais pas si tu connais. Sale gueule, haleine de chacal, marche étrange. Qu'importe. Il... Je... - Il secoua la tête en tentant de chasser les images de boucherie qui lui revenaient. - Si tu connais un peu ces bestioles, tu dois savoir qu'ils mangent pas proprement. C'est d'ailleurs la première fois que j'ai rencontré le Capitaine Harkness. - Il se frotta le visage pour se redonner quelques couleurs - Y a pas grand chose d'autre à raconter. Mutisme, familles d’accueils, blablabla....

Qu'est-ce qu'il pouvait raconter de plus ? Il venait déjà d'offrir plus à Prof sur son passé qu'a quiconque d'autre.

- Alors ouais. Les cadavres, c'pas vraiment mon délire. Savoir que la seule vie qu'on a ne tient à... quasiment rien, c'est...

Il frissonna. La fin de la phrase resta en suspend.




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Ven 18 Juil 2014 - 3:20



Sound of relaxing macaroons.

Feat. Marley A. Jones


Des parents alcooliques, un meurtre bestial... Prof commençait à comprendre, commençait seulement. Son enfance n'avait pas dû être évidente, avant comme après la disparition de sa mère. Il pouvait imaginer son état ensuite, il comprendre désormais d'où provenait son animalité refoulée, le mutisme dont il avait pu faire preuve avait probablement refoulé aussi cette image et ce comportement dont le Weevil avait fait preuve à l'époque. Tout était lié. - Merci. - Merci de quoi? C'était pourtant évident. Il le remerciait de s'être ouvert, d'avoir partagé tout ça avec lui. Il se doutait qu'il était bien le seul a avoir eu cette chance. - Je sais que ça n'a pas dû être facile. - Peut être un jour Prof lui rendrait la pareille en lui racontant quelque chose sur son propre passé? Quelque chose d'aussi dur et d'aussi profond. Quelque chose qui l'avait défini. Un jour peut être. Là comme ça à l'écouter, Prof ressemblait à un gosse à l'école, attentif, curieux, c'était assez con comme image.

Enfin bon, s'il faut ça pour que tu refasses des macarons, on peux se faire une séance hebdomadaire. - Avait-il dit tout en se levant pour éviter une potentielle baffe à l'arrière du crâne. Bah quoi, fallait bien désacraliser la situation non? Ils allaient pas rester à parler tragique toute la journée non plus. Tendant sa main, il aida Marley à se relever avant de décider mentalement qu'il resterait pied nu. Il était chez lui après tout, il avait le droit. Mais c'est avant de quitter la pièce qu'il se retourna vers Marley, repensant à sa réflexion précédente... - Et puis tu sais, la mort, c'est surfait. J'en suis bien à ma cinquième vie moi. - Avait-il balancé comme ça avant de sortir et retourner dans le couloir, le contact du sol pas si chaud que ça contre ses pieds le faisant frissonner, le temps de s'habituer. Il retourna jusqu'à la salle de commande sans attendre Marley, il viendrait quand il voudrait, ou pas, peu importe, il faisait sa vie le petit après tout. Et Prof en attendant, il retourna bidouiller on sait pas trop quoi... De toute façon il aurait pas à attendre trop longtemps... Oooouh un reste de macaron de tout à l'heure!

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Ven 18 Juil 2014 - 4:07



Sound of relaxing macaroons

« J'ai fait des macarons. Aux noisettes.
J'peux t'poser quelques questions ?»




→ The Professor ←
Date inconnue ; TARDIS du Professor


- Je sais que ça n'a pas dû être facile.

Ca, c'était plus qu'un euphémisme. Mais étrangement - quoique non, pas tant que cela - il se sentait bien mieux après avoir parler à Prof. Enfin, bien était un peu trop pour la situation. Un peu mieux, c'était sur. Et encore une fois, il se retrouvait totalement vidé. Il fallait vraiment qu'il trouve un moyen de tenir de vrais journées pleines en compagnie du Prof. Parce que sérieusement, depuis qu'il était régulier dans ce vaisseau, il ne faisait pas une journée complète. A chaque fois quelque chose se produisait et l’empêchait d'aller au bout des treize heures d’activités journalière. Il allait devenir une vraie loque si ça continuait... Comme le Seigneur du Temps l'avait dit peu avant. Il chassa cette réflexion d'un coup de tête.

- Enfin bon, s'il faut ça pour que tu refasses des macarons, on peux se faire une séance hebdomadaire.

Marley releva brutalement la tête, fronçant les sourcils. Il était sérieux celui-là ?! Il avait bien fait de se redresser très vite, sinon Marley n'aurait pas résister à la tentation de le molester gentiment. Par contre, il succomba sans scrupule à la tentation de lui gifler la jambe avec un ricanement non forcé. Et ça faisait du bien de rire un peu après toutes ses émotions. Trop d'émotions ressentit, vraiment. Il allait pas faire ça tous les jours, ça non ! Acceptant l'aide de Prof avec un petit sourire, il se retrouva très vite sur pied. Le Seigneur du Temps commençait déjà à partir, mais Marley avait un peu envie de rester. Il y avait tellement d'armes de toutes sortes, c'était un délice pour les yeux. Et même si cela pouvait paraître étrange, les armes avaient toujours eu le don de le calmer. Ça avait quelque chose de sécuritaire pour Marley. Comme quand il avait eu sa première arme de service à sa ceinture.

- Et puis tu sais, la mort, c'est surfait. J'en suis bien à ma cinquième vie moi.

Marley tourna la tête si vite qu'il aurait très bien pu se faire un torticolis.

- Attend... Quoi ?!

Mais Prof avait déjà disparu. Tiraillé entre la sérénité du lieu et la curiosité piquée à vif quant aux paroles de Prof, il hésita un long moment avant d'aller récupérer ses chaussures - non sans se prendre les pieds dans celle délaissées du Seigneur du Temps -. Il les enfila sans prendre le temps de les lassées, et prendre ainsi le risque qu'avec sa chance légendaire, elles soient les criminelles d'une malencontreuse chute, avant de se précipité dans le couloir. Se mordant la lèvre, il marmonna à l'attention du vaisseau que ce n'était vraiment pas le moment de s'amuser à perdre le pauvre Marley dans ses couloirs. Et peut-être qu'il l'écouta, allez savoir, parce qu'il retrouva facilement la salle des commandes. Là, il trouva Prof accroupie devant le fauteuil où il s'était assit un peu plus tôt, en train de grignoter un macaron, l'air ravi. Bon, bah au moins y en avait un qui était heureux. Cela arracha un sourire à Marley, avant qu'il ne fronce de nouveau les sourcils, soucieux quant aux paroles précédentes de son compagnon de voyage.

- Dis... Je sais que tu n'es pas humain... Maiiiiis... Qu'est-ce que tu entends par.... Ta cinquième vie ? Y a d'autres détails que je devrais savoir, ou...

Il s'avança et croisa les bras.

- T'as fini les macarons... Va falloir que j'en refasse... C'est malin....



__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Ven 18 Juil 2014 - 15:16



Sound of relaxing macaroons.

Feat. Marley A. Jones


Oui, 'efais en p'ein. - Parler la bouche pleine... Prof avait fini les macarons précisément pour en avoir d'autres. Malin le Time Lord! Se redressant, il sourit, la bouche fermée, avant de retourner à la console tout en avalant. - Je suis un Seigneur du Temps, ça signifie probablement pas grand chose pour toi mais le simple fait d'appartenir à notre race est un bienfait. Nous... avons plus d'un tour dans notre sac. - Allez Prof, crache le morceau! - L'exposition au vortex du temps nous a permis de muter et nous sommes capables de tromper la mort. En gros, je peux changer. Mon corps, mon caractère, tout ça change. Seuls les souvenirs demeurent. - Il s'arrêta un instant pour poser son regard sur Marley. - Tel que tu me vois là, j'en suis à ma cinquième régénération, cinquième Professeur. - Régénération, le mot avait été dit, car c'est bien comme ça que ça se nommait. Ses morts n'avaient jamais été bien glorieuse, a part peut être la première, et encore. Empoisonné par un arbre, asphyxié dans son propre incendie, tuée par un Dalek, suicidé... Quelle serait sa mort suivante? Il ne la souhait pas mais il avait vu son avenir, il s'était vu, il savait qu'elle viendrait et il était curieux, curieux de savoir comment, pourquoi. Curieux de savoir s'il pourrait l'éviter aussi car même s'il ne mourrait pas au sens strict du terme, il mourrait quand même, sa personnalité, son moi mourrait. Il disparaissait et même si ses yeux pouvaient toujours voir, lui, le cinquième, serait mort. - Tu l'as vu, l'énergie temporelle, quand j'ai fais le scan des particules constituant mon corps. - Energie dorée, énergie violette, énergie noire. Son corps était un bordel énergétique, c'était limite radioactif ce truc là.

Il ne savait même pas combien de temps il lui restait. Mais il savait ça, il connaissait cette facette de sa biologie et y était habitué depuis le temps, comme tous les Time lord, il ne s'en inquiétait pas, enfin, pas pour le moment. - C'est un bien comme un mal. - Vivre éternellement mais ne pas être soit tout du long. Enfin être soit, mais un soit différent à chaque vie. Chacun aimant être soit jusqu'à devoir laisser sa place au suivant. C'était compliqué à expliquer, moins à vivre, plus traumatisant aussi, mais temporaire. - T'as d'autres questions détective? Je suis en état d'arrestation? - Mimer le fait d'avoir des menottes étaient con, surtout quand une idée salace lui traversa l'esprit et qu'il s'était mit à sourire... Amplifiant l'effet pervers de ce qu'il faisait, sans même le vouloir.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Sam 26 Juil 2014 - 9:45



Sound of relaxing macaroons

« J'ai fait des macarons. Aux noisettes.
J'peux t'poser quelques questions ?»




→ The Professor ←
Date inconnue ; TARDIS du Professor


Marley le fixa en clignant quelques instants des yeux. Et bien... Là, tout de suite, Prof, le grand Seigneur du Temps, voyageur temporel, ressemblait.... à un hamster. Voilà. Prof ressemblait à un hamster, avec tous ces macarons dans la bouche. Marley tenta de cacher le sourire que cette vision lui arrachait, avant de se rapprocher de la console pour l'écouter. Seigneur du Temps. Ça, il avait comprit, même s'il ignorait les enjeux que pouvait engendrer ce titre... Ou cette race. Bref, dans tous les cas, c'était pompeux tout de même ! Bon, alien, bla bla bla, il comprenait. Vortex du Temps... Heeeeeeeee, pas vraiment. Mais Marley se doutait bien que c'était pas pour faire de la confiote. Il hocha la tête. Régéné-- Ah. Oh ? Nye ?! Marley ouvrit de grands yeux. Wait, what ? Régénération ? Vraiment ? Cinquième Professeur ? Alors ça, ce n'était pas banal, vraiment. Plissant des yeux, il scruta le Seigneur du Temps sous toutes ses coutures.

- Donc... Tu es... Quoi ? Immortel ? Putain... Va falloir que je m'y fasse tout de même.

Il espérait ne pas être trop irrespectueux. C'est vrai, parler de la mort de quelqu'un, c'était... Nouveau pour lui. Tout un programme en sommes. Mais toutes ses informations avaient attisées sa curiosité. Est-ce qu'il avait eu mal à chaque fois ? - Oui, question un peu con-con, mais c'était intéressant à savoir, non ? - Et puis, est-ce qu'il lui restait des marques de ses anciennes vies ? Comme, des cicatrices, des choses comme ça. Est-ce qu'il pouvait mourir de vieillesse ? Est-ce que...

- Tu l'as vu, l'énergie temporelle, quand j'ai fais le scan des particules constituant mon corps.

Fouillant quelques instants sa mémoire, il hocha la tête par la suite, voyant de quoi il parlait. Mais bon, il n'allait pas mentir : Sur l'instant, il l'avait vu, oui, avait écouté le Professeur - qui à cet instant, portait très bien son pseudonyme - lui expliquer la situation, mais n'avait tout comprit pour autant. Il avait assimiler les grandes lignes, avait passé outre les détails, cela avait été suffisant pour suivre un minimum.

- T'as d'autres questions détective? Je suis en état d'arrestation ?

Prof lui offrit un sourire en mimant les mains liées par menottes. Marley haussa un sourcil en le fixant, amusé.

- Dois-je te rappeler comment ont terminé mes menottes le jour où on s'est rencontré ? Ça coûte cher ces machins là, plus jamais je t'accrocherais quelque part. Et puis d'abord, sachez jeune ho--

Soudainement, ça lui sauta aux yeux et il fixa Prof plusieurs instants silencieusement en clignant des yeux, comme s'il le voyait pour la première fois.

- Hey mais.. Mais du coup... T'as quel âge ?!




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   Mar 29 Juil 2014 - 17:07



Sound of relaxing macaroons.

Feat. Marley A. Jones


Bah.. Non. Jack est immortel. Enfin plus simplement oui, dans une certainement mesure, je suis immortel. - Et puis finalement Prof avait explosé de rire quand Marley lui avait demandé son âge. C'était pas la question, c'était la tronche du policier quand il avait prit conscience de ce détail. C'était hilarant. Un mélange de curiosité, de honte, et de surprise. C'était légitime comme question après tout, qui vit cinq existence en quelques années? Bon ok, ça arrive, mais pas lui. Lui il avait eu une vit longue, très longue. - J'ai 1586 ans. - Il fixa Marley un instant, le temps de voir sa tête, avant de compléter sa réponse. - Mais si ça peut te rassurer j'ai passé plus ou moins un millénaire dans le void donc en terme d'existence dans cet univers... Je dois approcher des 600 ans. - Et puis il se rappela qu'un humain moyen ne vit que 90 ans environ, ce qui lui tira un sourire amusé. C'était pas important de toute façon le temps que l'un ou l'autre vivait. L'important c'était ce qu'on en faisait. Actionnant quelques leviers, Prof indique la destination suivante: la Terre. Il ramenait Marley sur Terre, à son époque. Ils allaient pas rester là pendant dix ans et quoi de mieux qu'un retour par la maison pour repartir sur le bon pieds? Marley avait bien sur vu ce qu'il avait fait mais son silence à ce sujet lui indiqua qu'il avait bien fait.

Ah bah tiens, regarde. - Prof tapa quelques secondes sur le clavier et envoya les images sur le grand écran. Là se suivirent différentes photos. Quatre hommes et une femme en tout.  - C'est moi. Enfin, c'était moi. - Le Professeur. Le sage, l'aigrie, la garce et le fuyard. Le premier à passer était le sage, un grand brun au visage carré et au regard bienveillant, un livre à la main comme d'habitude. Le second était l'aigrie, un homme plus massif, au regard un peu perdu, l'air bourru et pas que l'air d'ailleurs, un alcoolique violent mais ça, sur la photo, ça ne se voyait pas trop. Le troisième, la troisième à vrai dire, était une femme au regard envoûtant. A la voir on pouvait sentir qu'elle était forte et qu'il ne fallait pas la chercher. Enfin le quatrième, un grand garçon, un sourire con sur le visage, le fuyard. Celui qui avait quitté Gallifrey sur demande de son frère qui était d'ailleurs sur la photo aussi, un grand type, mince mais solide, les yeux bleus, le regard fixe et certain, le crâne à nu. Prof détourna le regard à la vu de cette photo. Il l'avait forcé à partir mais il aurait dû rester, les aider. Maintenant il était mort et il s'en voudrait pour toujours.

Enfin trêve de dépression, un ding sonore retenti. - Ah, on arrive!

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]   

Revenir en haut Aller en bas

Sound of relaxing macaroons - Feat. The Professor [ Unknown, Tardis du Professeur ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• THE SILENCE HAS FALLEN • :: trash & co' :: archives RPG.-