TOP
SHOW



 
MERCI DE NOUS AVERTIR DE VOS PRÉSENTATIONS TERMINÉES DANS CE TOPIC.
BIENVENUE Invité !
FORUM RPG BASÉ SUR LA SÉRIE DOCTOR WHO.
REJOINS-NOUS VITE SUR LE TOP SITE DU FORUM !

Partagez | .
 

 (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Mar 16 Sep 2014 - 20:37



Behind the steel door...

Feat. Marley A. Jones


A peine avait-il eu le temps d'arriver, en courant, jusqu'à la console que le Tardis se mettait à dangereusement trembler. Prof parcourait les rapports d'alertes sur l'écran quand tout partit en vrille. A peine Marley avait-il eu le temps d'entrer que le Tardis s'était dématérialisé, ne laissant pas le temps à la porte de se refermer. Marley, encore trop proche de la porte quand le Tardis passa en vol temporel ne pu s'enfuir et fut happé par l'attraction, attiré par une force puissante vers l’extérieur. Heureusement pour lui les réflexes du Professeur n'étaient pas lents et c'est juste avant que Marley ne soit définitivement éparpillé dans le vortex temporel que Prof le maintint en l'air par télékinésie depuis la console tout en fermant la porte de la même façon, le laissant retomber lourdement au sol. Pas le temps de faire dans la finesse. Prof parcourait les rapports d'alertes qui ne cessaient de s'accumuler sur l'écran tout en se tenant à la console, le Tardis continuant d'être extrêmement turbulent et instable. Tout ça n'avait aucun sens. Il n'y avait aucun relevé d'avaries mécaniques. Tout était... interne. C'était le mot indiqué. Et Prof avait beau se gratter la tête, il ne comprenait pas. Ça voulait dire quoi ça, interne.

Tournant la tête vers Marley, il se trahit l'espace d'une seconde sur le fait que pour une fois il ne comprenait strictement rien à ce qui était entrain de se passer. - Je sais pas ce qui se passe et... - C'est là qu'il s'était retourné face à la console et l'avait frappé d'un coup de pied violent tout en criant... - MAIS PARLE MOI! - Tout ça pour rien, enfin à part un mal de chien au pied. C'est cependant là que les lumières se mirent à vaciller et que l'écran s'éteignit. Ils étaient piégé dans un Tardis visiblement mal en point, en vol constant dans le vortex temporel, sans savoir ni pourquoi, ni comment. C'était parfait! Une main passé dans ses cheveux, pour ne rien changer, et Prof commença à actionner divers levier un peu n'importe comment, comme si ça allait faire quelque chose. Jusqu'à ce que tout se remette à vaciller et que les écrans se rallume... Et que Prof se fige sur place, le regard rivé sur le grand écran dans la paroi dans le dos de Marley. L'écran était noir, à part un mot, écrit en blanc, en plein milieu. Un mot qu'il n'avait pas vu depuis des années.

Farseeing.

__________________________


Dernière édition par The Professor le Lun 3 Nov 2014 - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Mar 23 Sep 2014 - 10:17



Behind the Steel Door...

« Non. Ce n'est pas du tout angoissant non... »




→ The Professor ←
Perdu dans l'espace et le temps


- Prof ?

Le sus-nommé ne sembla pas entendre Marley, fixant d'un air contrit et intrigué, voire même un peu dubitatif, sa cabine téléphonique toujours à quelques mètres d'eux. L'agent suivit son regard, intrigué en ne voyant rien d’extraordinaire. puis, sans crier gare, le seigneur du temps s'y précipita sans un regard ni une réponse pour Marley. Celui-ci fronça les sourcils face à ce comportement pour le moins inattendu - même s'il devait bien avoué qu'avec le temps, il aurait bien du se rendre compte que ce bonhomme était totalement imprévisible -. Il se redressa donc e tse mit a le poursuivre.

- Oy! Attends-moi !

Marley sauta sur ses pieds. Le comportement du Prof l'intriguait, mais l'inquiétait surtout. Il avait bien comprit que quelque chose n'allait pas, mais il n'avait pas imaginé une seconde qu'à peine la porte du Tardis franchies, le vaisseau bougerait immédiatement. Criant de stupeur et, il faut bien le reconnaître, un peu de peur quand même - en se sentant aspirer en arrière. Il battit des mains dans tous les sens dans l'espoir vain de se rattraper à quelque chose mais peine perdue, le sol était bien trop lisse. Bien que tout ne se passe très vite, il eu tout de même temps de se dire que ça c'était une mort bien con, perdu dans l'espace, et alors qu'il n'y croyait plus, il se sentit se faire immobiliser en l'air par un poids invisible, comme un crochait qui se serrait planter non douloureusement dans son torse et qu'il le maintenant en place. La panique coulant dans ses veines, il n'osait même plus respirer, de peur que ce ne soit trop beau, qu'au moindre mouvement, tout se brise pour que, finalement, il ne meurs dans d’atroces souffrances.

La porte derrière lui claqua alors brutalement, le faisant sursauter. Puis cette impression de crochet se stoppa finalement et il fut brutalement lâcher.

- Aaaah !

Oui. Non. Y avait pas à dire, le sol, ça n'avait rie de confortable. Mi - gémissant, mi - grognant, il roula sur son côté droit pour jeter un coup d’œil alentour. La porte était clause, il était sauvé. Du moins ... Pour le moment.

- Prof ? l’appela - t - il d'une voix tremblante, après avoir chercher à retrouvé son souffle.

Croisant le regard du seigneur du temps, il comprit rapidement que pour le coup, c'était pas une fantaisie de la part de ce dernier et que quelque chose était véritablement en train de se passer.

- MAIS PARLE MOI ! Cria finalement le Professeur en lançant son pied dans la console du Tardis, surprenant Marley.

L'agent se redressa doucement, tout son corps engourdis et parcourut de sueur froide d'être passé aussi près du trépas, les mains tremblantes. Il hésita un instant à s'avancer mais les lumières s'éteignant le dissuada de faire un geste de plus. Marley déglutit et se crispa. Il eu un long moment de silence pesant seulement perturber par les mouvements archaïques du seigneur du temps qui semblait perdre patience contre la console de son vaisseau qui ne voulait plus répondre. Marley fit un pas dans sa direction, mais le vaisseau tout entier vacilla de nouveau et il perdit l'équilibre, se rattrapant in-extrémiste contre un mur qui passait par là - oui, nouveau concept, les murs qui passent -. Les lumières clignotèrent, les écrans se rallumèrent, Prof tourna sur lui même pour surement observer les dégâts avant de se stopper face à lui, le regardant comme on regarde un fantôme. Marley fronça les sourcils. Quoi ? Il avait quelque chose sur le visage ?
Faisant quelques pas dans sa direction, il réalisa qu'il ne le regardait pas vraiment, mais ce qu'il y avait derrière lui. Se tournant à son tour, il observa le grand écran, le mot, puis de nouveau Prof qui semblait... Interdit face à cette nouveauté.

- Prof ? Ça veut dire quoi ? Se risqua enfin Marley, quelque peu inquiet sur le déroulement des prochaines minutes.




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.


Dernière édition par Marley A. Jones le Sam 27 Sep 2014 - 10:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Mar 23 Sep 2014 - 22:25



Behind the steel door...

Feat. Marley A. Jones


Prof n'arrivait pas à décrocher son regard de l'écran. Et tous les écrans montraient la même chose, le même mot, ce mot. Farseeing, clairvoyant en français. Marley lui demandait ce que ça signifiait et la seule chose à laquelle pensait Prof c'était son frère. Il était mort sur Gallifrey et l'avait forcé a fuir avec ce Tardis, son Tardis. Pourquoi maintenant devenait-il fou et montrait son titre partout? Qu'est ce qui avait changé? Ou qu'est ce qui changeait? Il allait répondre quand une nouvelle alarme se mit à retentir, couvrant les autres. Le Tardis chutait, dans l'espace et le temps, à une vitesse vertigineuse. Si la gravité artificielle n'avait pas été encore active ils seraient plaqués et pilonnés au plafond par la force de la chute... Mais ils se sentaient de suite léger, étrangement léger, jusqu'à s'élever doucement du sol comme s'ils flottaient. Prof observait tout autour d'eux, et Marley, et lui, un air inquiet sur le visage. La module de gravité était toujours actif et il l’apesanteur n'avait pas été enclenchée... C'était pire que ça. Le Tardis chutait à une telle vitesse que la gravité artificielle n'était plus suffisante pour les maintenir au sol, si bien que les deux forces lutant, ça leur permettait de flotter.. Enfin permettait, avec une sensation désagréable de tiraillement physique. C'était une conséquence désastreuse et inquiétante et si par malheur le Tardis percutait une planète ou autre chose...

Les écrans recommencèrent à sauter et les lumières se remirent à vaciller. Prof donna une impulsion pour rejoindre la console et le petit écran. Sortant le sonique de sa poche il fit une recherche de localisation de la défaillance. Si c'était interne mais non mécanique, il devait chercher dans une zone précise, mais pas dans les machines et les moteurs. Profitant d'être là, il fit taire toutes les alarmes... Ce silence faisait du bien, même s'il n'était pas complet, parasité par les sons dérangeant de toute la coque et des machines misent à rude épreuve en dessous. - Retour au centre de la bête.. Il va falloir descendre. - La première fois qu'ils s'étaient rencontré, Marley et Prof avaient dû descendre au niveau des machines et autres engins... Mais là c'était clairement différent. Ouvrant le passage, Prof donna une nouvelle impulsion et se poussa vers la rambarde de la plateforme pour se hisser sur le bord et passer en dessous. Comme la dernière fois, un grand trou avait prit place sous la plateforme et il faudrait passer par là. - On est comme en apesanteur, donc ralentit, attend toi à un changement de vitesse pour la descente. - Car si pour l'ensemble du vaisseau tout était pareil, ce conduit précis était inversé et ils allaient chuter, vite, très vite, mais comme la première fois, ils arriveraient en bas, ralentit... Et en bas Prof pu enfin remettre les pieds sur Terre. Soit être plus proche du module les ramenait au sol, soit la vitesse du Tardis avait changé.

C'est bon? - Prof aida Marley à arriver en bas et commença à avancer dans le couloir métallique. Contrairement à d'habitude où il aurait utilisé son sonique pour suivre un chemin précis établit par un plan quelque part, là il se fiait à son esprit et au lien télépathique avec le vaisseau, c'était la seule chose qui pourrait le guider... Et en l'état c'était pas si simple. Marchant vite, suivant son intuition, il tourna encore et encore... Jusqu'à s'arrêter devant une porte en métal gris dans un renfoncement. Il resta un moment immobile à la fixer avant de lâcher... - J'ai jamais vu ça... D'où elle sort cette porte.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Lun 6 Oct 2014 - 16:18



Behind the Steel Door...

« Non. Ce n'est pas du tout angoissant non... »




→ The Professor ←
Perdu dans l'espace et le temps


Prof ne lui répondit pas, mais Marley n'en prit pas vraiment compte. Non pas qu'il comprenait tout a fait ce qui se passait, mais contrairement a ce que l'on pourrait penser, Marley n'était pas bête. Bon, certes, il ne fallait pas forcement être un génie pour comprendre que quelque chose n'allait pas, mais tout de même, il est bon de le rappeler de temps en temps. Alors il laissa le seigneur du temps se perdre dans ses pensées alors que les alarmes retentissaient a en crever les tympans et... Et... Euuuh... Il était vraiment en train de commencer à flotter la ?! Lâchant un bruit étrange de surprise, il battit un peu des mains comme pour se maintenir en place, bien que ce soit inutile. Prof semblait totalement d'accord avec cette situation, comme s'il faisait ça tous les week-ends. Dans une autre situation, Marley aurait adorer flotter de la sorte, mais la, il savait que ca ne voulait rien dire de bon. Il observa le seigneur du temps s'aggriper a la rambarde et faire taire les alarmes. Le silence qui suivit sembla être pour Marley fort désagréable, comme si l’apesanteur défectueuse concentrait toute sa force dans ce silence pour s'appuyer sur son torse. Oui, on peut appeller ca une mauvaise intuition aussi, mais jamais Marley ne l'avait ressentit aussi puissament. Et pour dire vrai, Prof confirma ses craintes.

- Retour au centre de la bête... Va falloir descendre.

Oh joie.
Non pas que Marley gardait un mauvais souvenir de la première et unique fois où il avait accompagné Prof dans les tréfonds du vaisseau fraichement découvert pour sa part, mais... Ouais nan en fait, il avait un TRES mauvais souvenir de cet instant. Enfin, mauvais... Tout depend du point de vue. En fait, c'était plutôt un souvenir qu'il n'était pas près d'oublier de si tôt. Appréhendant un peu cette situation, il hocha la tête vers Prof en lui indiquant ainsi qu'il le suivait. Avec des gestes approximatif, il suivit le seigneur du temps jusque sous la console, où la chutte libre les attendait. Oh joie². Arf.

Déglutissant, Marley ferma les yeux et s'élança.

Y a pas a dire, les sensations de chutte libre et de mort prochaine et rapide mais non moins douloureuse, ça n'avait vraiment rien d'exaltant. Il arriva néanmoins saans encombre sur ses pieds, ou presque, alors que Prof l'aidait à se receptionner. Un mouvement de tête, et les voilà déjà partit en exploration. Il eu au début un peu de mal à suivre l'allure du seigneur du temps, ce dernier semblant concentrer sur... Quelque chose, et Marleu aurait bien aimé lui poser des questions, mais était-ce vraiment le bon moment ?
Dans un silence quasi religieux et relativement lourd, Prof se stoppa soudainement non loin d'une porte, qu'il fixa d'un air mi surpris, mi perprexe.

- J'ai jamais vu ça... D'où elle sort cette porte ?

Marley haussa un sourcil en passant de la porte au seigneur du temps.
Wait. What ?

- Comment ça tu ne connais pas cette porte ? Certes, ton vaisseau est grand et est du genre  changer un peu sa disposition comme bon lui semble, mais tout de même.... ! Mais... Du coup... C'est pas bon signe ?

L'agent fut soudainement sur ses gardes - si c'était vraiment possible plus qu'il ne l'était déjà depuis qu'il était rentré dans le vaisseau - et se mit à fixer autour d'eux, à l'affut de la moindre chose suspecte. Enfin, plus suspecte que d'habitude.

- Bon. Il n'y a qu'un moyen de le savoir non ? Faut ouvrir.




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Lun 6 Oct 2014 - 23:09



Behind the steel door...

Feat. Marley A. Jones

Non tu comprends pas. Je l'ai jamais vu. Je dis pas qu'elle était pas là, je dis que je l'ai jamais vu. Ça veut dire que le Tardis me cachait sa présence, depuis toutes ces années il l'a camouflé avec un filtre de perception. Je suis passé des dizaines de fois ici sans jamais y prêter attention. - Pourquoi le Tardis aurait-il choisi de lui cacher l'existence de cette porte, de cette salle. Pourquoi depuis le début lui avait dissimulé? Peut être est-ce que ça datait d'avant ça? D'avant qu'il ne prenne le vaisseau? Y aurait-il un lien avec son frère? Après tout avec les écrans qui débloquent ça pourrait être cohérent, mais il était mort...

Marley avait raison, il fallait vérifier ce qui se tramait à l’intérieur. Tout venait de là, c'était sur, il pouvait le sentir. Faisant quelques pas en avant, Prof posa sa main sur la porte sans poignée. Une ligne lumineuse horizontale à l'intérieur de la porte défila de haut en bas, comme un scanner, et finalement le battant coulissa vers la droite, les laissant entrer dans une pièce sombre, presque noire. Ils pouvaient sentir que c'était une petite pièce, peut être de la taille de la salle de contrôle, mais ils ne pouvaient rien voir. Passant l'ouverture, quand son pieds se posa sur le sol, une dalle lumineuse s'alluma juste dessous, tel un clip de Michael Jackson. Sans s'en formaliser, Prof posa son second pied et une autre dalle s'alluma. A tâton il avança, un pied après l'autre, une dalle après l'autre, jusqu'à ce que la lueur éclaire l'ensemble de la pièce et qu'une lumière plus générale ne s'allume d'elle même, révélant l'ensemble de l'endroit et son contenu. C'était une pièce carrée d'environs 30m², le sol était fait de ces dalles lumineuses désormais toutes allumés, les murs quand à eux étaient recouverts de ronds blancs, la décoration par défaut de tout Tardis, celle que son frère utilisait à l'époque. Il n'y avait aucun meuble, aucune installation, à part le mur du fond, celui que Prof mit un moment à réussir à regarder.

Du mur et de chaque rond sortait un câble dont émanait une lumière bleu vive. Ils étaient des dizaines de câbles à se rejoindre vers le centre du mur, là où le corps d'un homme était maintenu en l'air par je ne sais quel artifice. C'était un corps nu finement musclé à la peau visiblement humide. Il était parfaitement imberbe et chauve, comme malade. Les câbles venaient ou partaient de lui, essentiellement implantés dans sa colonne vertébrales, un dans sa nuque, d'autres le long de ses bras et de ses jambes, et le Professeur ne disait rien, la bouche entrouverte, aucun son n'en sortait, son regard ne reflétait plus aucune perplexité mais la peur et la perdition.

Le Clairvoyant.

L'homme ouvrit instantanément les yeux, une lueur bleu semblable aux câbles en émanant. Il était là, juste devant lui, juste devant eux, son frère, celui d'avant la Guerre du Temps. Il jeta un regard à Marley pour être sur qu'il n'hallucinait pas mais il ne rêvait pas. Non, tout était bien réel. Cette version du Clairvoyant avait existé avant la dernière Guerre du Temps, c'était une version future qui était venu l'obliger à fuir, que faisait-il là? Qu'étaient donc tout ces câbles? Le sol et les parois commençaient à trembler, doucement jusqu'à ce que l'intensité soit constante et inquiétante. Prof voulait avancer vers lui, marcher, mais quelque chose l'en empêchait, il était comme tétanisé par ce qu'il voyait. C'est une voix qui le sortit de sa torpeur, la voix de son frère, grave et comme d'outre tombe, prouvant la difficulté avec laquelle il arrivait à parler, ses yeux de lumières le transperçant du regard. - « Le Professeur. » - Ses yeux s’écarquillèrent. Un à un, dans un son désagréable de succion, les câbles s'extirpèrent du corps de son frère, les spasmes visibles lui intimant que c'était douloureux mais il ne semblait pas être capable de crier. A chaque câble qui se détachait, le vaisseau entier semblait être secoué, et lorsque le dernier tube sortit de la nuque de l'homme, son corps s'écroula au sol, comme laissé tombé par la force invisible qui le maintenait en suspension là-haut. Un son extrêmement puissant, semblable à un cri, déchira tout le vaisseau au même moment.

Prof commença à avancer mais c'est usant de ces quelques forces que Farseeing cria. - « NON! » - Sursautant, il le fixa, et c'est lorsqu'il aperçu les ondulations orangées sur ses mains qu'il recula. - Marley, éloigne toi! - Alliant les mots à la parole, il recula jusqu'à l'humain, se plaçant entre lui et son frère, le prenant entre ses bras pour le protéger de ce qui suivrait. Une vague d'énergie orangée déferla dans toute la pièce, violente, chaude, brutale, comme des flammes qui léchaient chaque chose présente à portée. Elles auraient pu détruire des bâtiments, des vaisseaux. D'abord relâchée sans limites, il était entrain de la faire revenir à lui, une déferlante inversée qui poussa Prof à lâcher Marley. Il absorbait l'énergie relâchée. Ça faisait des centaines d'années qu'il était là, ça paraissait logique que sa régénération soit plus particulière qu'une autre mais Prof ne pouvait le lâcher du regard, quitte à s'en brûler les yeux si besoin. Pendant ce temps, autour d'eux, le vaisseau partait en vrille. La chute avait beau être ralentit, le système d'urgence c'était activé, si bien que même s'ils ne pouvaient en être conscient, le Tardis était entrain de se matérialiser en pleine campagne londonienne... en plein chute. Le crash fut inévitable et la secousse tout autant. Les trois hommes volèrent dans la pièce et ce fut le trou noir...

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Lun 27 Oct 2014 - 23:46



Behind the Steel Door...

« Non. Ce n'est pas du tout angoissant non... »




→ The Professor ←
Perdu dans l'espace et le temps


Marley observa Prof. Alors comme ça, le vaisseau pouvait cacher quelque chose à son propriétaire ? Enfin, propriétaire... Reste a savoir qui possédait qui... Bref, cacher quelque chose au pilote ? Ça c'était quelque chose. Le seigneur du temps ne sembla hésiter qu'une seconde avant de s'avancer d'ouvrir la porte. Au vue du processus, ce n'était seulement parce que le vaisseau le voulait bien que la porte coulissa. Prof entra le premier, Marley le suivit, plus hésitant que lui. Qu'est-ce qui pouvait bien les attendre à l'intérieur ? C'est pas comme si depuis qu'il traînait avec lui, il avait l'impression qui ne lui arrivait que des merdes... Mais un peu quand même. Un peu BEAUCOUP même. Alors si le seigneur du temps - celui même qui, il fallait le reconnaître, était beaucoup plus réactif que lui et bien plus habitué à tout ces tribulations, la force de l'âge et de l'expérience jouant pour beaucoup - ne semblait pas très chaud pour ce qui allait suivre, il ne donnait pas cher de leur peau. Bien sur, Marley tut ses craintes et les enferma quelque part en lui, ce n'était vraiment pas le moment de philosopher sur l'hypothétique danger qu'il risquait à bord de ce vaisseau parce que, soyons sérieux cinq minutes : Il risquait sa peau, et ça lui plaisait.
Il rentra à son tour dans la pièce et il eu l'impression de tomber dans les abysses tant les ténèbres des lieux étaient prenant. Certes, un peu de lumière émanait du sol, là où Prof avançait, mais tout de même. Marley avait cette impression dérangeante que les ombres autour d'eux se mouvaient d'elles-mêmes, comme mues par une force intérieur et cela n'était pas pour le rassurer. L'agent pesta intérieurement, regrettant d'avoir laisser son arme et sa lampe torche dans sa chambre. Il allait falloir faire avec. Enfin, sans plutôt. Prof continua d'avancer, allumant peu à peu la salle, regardant tout autour de lui. L'attention de Marley par contre, fut plus vite attirer par le mur du fond que celui du seigneur du temps. L'agent, surpris, inquiet et quelque peu déconcerté, stoppa tout mouvement, fronça les sourcils en clignant des paupières. Rêvait-il ? Était-ce encore une des hallucinations provoqué par le vaisseau, une de celles au quelle il avait eu affaire la première fois qu'il s'était retrouvé dans cette partie du vaisseau ? Mais dans ce cas, quel était l’intérêt ? Celle de la première fois était... Déconcertante, mais plaisante, il fallait le reconnaître. Là, elle était déconcertante... Et terrifiante. Toujours sans un mot, sans bouger, il attendit que le seigneur du temps jette un regard à ce qu'il voyait, pour définir si cette personne était réellement là, ou si c'était encore qu'un tour.
Sauf que malheureusement pour lui, au vu de la réaction du seigneur du temps, ce n'était pas un leur. Oui, malheureusement, parce que ce qui se tenait devant eux avait tout d'inquiétant. Prof murmura quelque chose, Le clairvoyant semble-t-il. Le nom de cette personne peut-être. Donc un autre seigneur du temps ?
Si Marley était complètement paumé quant à la situation, le regard que lui lança Prof lui apprit une chose : Ce dernier n'avait véritablement aucune idée de ce qui se tramait ici et était complètement choqué par ce qu'ils y avaient trouvés.

Quand le sol se mit à trembler, Marley déglutit. Putain, ça sentait vraiment mauvais. L'homme, le Clairvoyant donc, appela Prof, enfin cela semblait comme une plainte aux oreilles de l'agent, avant qu'il ne se fasse délivrer de sa prison de tuyau avec des bruits pouvant donner facilement la nausée aux plus sensibles.

- Prof, j'aime vraiment pas ça... Déclara Marley en grinçant des dent.

Un bruit assourdissant, tel un cri de douleur, retentit et Marley ne pu que se plaquer les mains sur ses oreilles pour s'en protéger, mais c'était comme si le bruit résonnait en lui, faisant vibrer tout son torse violemment. Alors que le seigneur du temps semblait vouloir rejoindre l'autre, ce dernier cria.

- Marley, éloigne toi !

Puis tout se passa très vite. Trop peut-être pour Marley. Prof l'avait prit contre lui, d'abord en tournant le dos comme pour les protéger tous deux, enfin plutôt Marley d'ailleurs, et c'est exactement ce qui se passa. Un voile orangé traversa la pièce, comme des flammes scintillantes, chaudes et pleine d’énergie. La force de... de... De cette chose, fit lâcher les jambes de Marley, qui tomba a terre quand Prof le lâcha. Tout allait trop vite pour que Marley ne comprenne ce qui se passe, tout était soudainement trop lumineux et cette énergie appuyait sur ses tempes, comme une chaleur trop importante pour être supporter alors que physiquement parlant, ce n'était pas chaud, c'était même un peu plus frais, comme une brise... Violente.

Et puis plus rien. S'était-il cogné la tête ou s'était-il juste évanouie, il ne le saura jamais.

Il fut le premier a ouvrir les yeux. Son dos fourbus lui hurla qu'il le haïssait, ses jambes lui faisait la gueule, il sentait un peu de sang séché sur sa tempe - il devait s'être cogné à un moment - mais le pire était son poignet. Il se serait péter quelque chose que cela ne l’étonnerait même pas... Il eu tous les malheurs du monde à se redresser mais une fois en position assise, il se permit de souffler. Il avait mal, donc au moins, il était en vie. Un bon point non négligeable. Un regarde périphérique lui apprit qu'ils étaient toujours dans la salle. Mais les ronds et les carrés lumineux avaient perdus de leurs brillance et maintenant luisaient doucement d'une lumière rouge. Rouge, pas bon. Pas bon du tout. Parce que déjà, ça puait la merde, l'alerte et tout, mais surtout, le rouge n'est pas vraiment pratique pour voir ce qui nous entoure. Il eu toutes les peines du monde à repérer les deux autres corps encore inanimés sur le sol. Soufflant un peu pour se donner du courage et surtout la force, Marley se dressa sur ses pieds pour se traîner péniblement jusqu'au premier corps. Coup de chance, c'était Prof, évanouie sur son flanc. Marley s’accroupit près de lui, ses genoux craquèrent et il eu une grimace. Après l'avoir fait rouler sur le dos, il vérifia son souffle ainsi que son pouls. Il respirait, c'était déjà bien. Il posa sa main sur son épaule et le secoua.

- Prof, debout, j'ai besoin de toi là.

Si Prof émergea, il ne le remarqua pas, préférant plutôt aller vérifier si celui qu'ils avaient découvert un peu plus tôt allait bien. Sauf qu'il y avait un petit soucis.. Il était pas là. Il y avait bien un troisième corps, mais... Tandis que celui qu'ils avaient découvert était maigre, chauve et maladif, celui qui était évanouie non loin du Professeur avait des cheveux, semblait en bien meilleur forme et … Ouais, toujours aussi nu par contre... Wait. C'était un seigneur du temps. Donc... Il avait pu changé de tête... C'était ça, non ? Marley s'approcha de lui, réitérant les gestes qu'il avait eu pour Prof. Lui aussi était en vie. Sauf que contrairement à Prof qui n'avait pas réagit, quand il voulut prendre le pouls du Clairvoyant, ce dernier ouvrit les yeux et lui attrapa le poignet, celui-même qui le faisait souffrir. Marley lâcha un cri.

- Aoutch ! Lâchez-moi, ça va, tout va bien. Enfin, je crois.




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Mar 28 Oct 2014 - 1:33



Behind the steel door...

Feat. Marley A. Jones

Un enfant, marchant sur une herbe rouge et humide. Il avançait, doucement, hésitant, jusqu'à ce grand cercle de pierre. Il pouvait voir en son sein la spirale infinie et bleutée du Temps et son absolue grandeur. De là où il se trouvait, il pouvait déjà en sentir les effets. Ce frisson, cette chaleur... Mais son regard se décrochait de cette vue tiraillante pour aller se poser sur un homme vêtu d'une tenue rouge et or, la tenue cérémonielle. Parmi la dizaine d'homme présents autour de lui et qui portaient cette même tenue, il ne regardait que celui-là. Son regard croisait le sien et un sourire rassurant étirait les lèvres de l'homme aux cheveux grisonnants et aux yeux d'un bleu si profond... Voyant ça, l'enfant relevait la tête, retrouvant le courage d'avancer. Encore quelques pas vers l'infini... - « Prof, debout, j'ai besoin de toi là. »

Arraché à ce souvenir, Prof entrouvrit les yeux, quelques secondes après que Marley l'ai laissé. Son corps entier était tout endoloris, et s'il ne le sentait pas encore, ça ne saurait tarder. Plus choqué que blessé, ne faisant attention qu'une brève seconde à la lueur rouge qui éclairait la salle, il se redressa doucement, retrouvant son équilibre et ses esprits, sentant enfin son dos le tirer un peu. Il aurait quelques bleus. Mais c'est l'exclamation de Marley qui le tira définitivement de cet état. Tournant la tête il pu voir la main du Clarivoyant serré autour du poignet de l'humain. Pouvait-il y avoir d'autres moments plus perturbant que celui-ci pour son frère? Prof sauta sur ses pieds et se laissa finalement tomber à genou à côté d'eux, saisissant la main de son frère pour qu'il lâche Marley. - Non! - Voyant du coin de l’œil la couleur pas très normale qu'avait prit la peau autour du poignet de Marley, Prof posa un regard insistant sur Farseeing, cherchant à capter le sien, comme il avait apprit à le faire tant d'années auparavant. Un regard, juste le croiser... Et c'est ce qui arriva. Leurs regards se croisèrent et à cet instant précis l'homme nu cessa de se débattre. - Mon frère. - Un sourire avait étiré ses lèvres, entre tristesse, douleur et joie immense. C'était assez indescriptible. Prof passa sa main derrière la nuque du revenant et le ramena à lui sans lui laisser vraiment le choix, même si le Clairvoyant ne s'était clairement pas opposé à cette étreinte. Non. Même s'il était encore dans le brouillard, il ressentait lui aussi la même chose. Cet amour. - Tout va bien, tu es de retour parmi nous.

Lâchant son frère, il le laissa respirer un peu, lui aussi devait reprendre ses esprits et le traumatisme qu'il venait de subir était puissant. Il s'était régénéré et était devenu cet homme aux cheveux chatains et aux yeux bleus, ces mêmes yeux bleus qu'il avait eu autrefois, des fossettes avaient même prit place sur ses joues. Si sa nudité ne gênait en aucun cas Prof, ils étaient frères après tout, elle lui permettait de voir que toutes les blessures perpétrées par les tuyaux avaient disparus avec l'arrivée de ce nouveau corps. Rien d'étonnant en soit. Prof balaya la pièce du regard et se leva pour aller ramasser une pile de vêtements, ceux que son frère avait dû retiré quand il.. En fait tout ça était encore obscur pour lui. Comment s'était-il retrouvé là? Comme ça? Ramenant les vêtements, il laissa à Farseeing le temps de s'habiller avant de dire quoi que ce soit. C'était une tenue on ne peut plus simple et basique: un pantalon en jersey gris et un t-shirt blanc uni. Un truc jurait: le tout était bien trop grand pour lui, mais après tout sa version précédente était... Démesurée. Nageant dans ses vêtements, il serra en un nœud l’élastique du pantalon avant de regarder Prof et de hausser les épaules. Pendant qu'il s'habillait, Prof n'avait pas cessé d'observer le mur du fond, tout ces câbles qui pendaient... La lumière rouge vacillait doucement mais il ne s'en inquiétait pas. - Tu m'expliques? - Avait-il dit à son frère, sur le ton du défi. Si Farseeing observa un instant lui aussi le mur, il finit par ouvrir la bouche.

« J'ai lié ma conscience à celle du Tardis, littéralement. » - Prof tourna alors la tête vers lui, abasourdi. - « Certains câbles maintenait mon corps en vie alors que d'autres, essentiellement celui fiché dans mon cerveau, jouait le rôle du lien télépathique. J'était... J'étais lui, j'étais le Tardis. » - Mais... - « Oui. J'ai été avec toi tout ce temps. Tu l'as toujours ressentit car c'était la réalité. » - Mais pourquoi ne m'as-tu pas fait signe? Pourquoi es-tu resté là? - « C'était le but que je m'étais fixé. Comprendre les Tardis, et j'ai réussi. Mais cette liberté, cette harmonie parfaite... Tu ne peux pas comprendre à quel point c'est transcendant. » - Prof resta silencieux. C'était bien la première fois qu'il fermait sa bouche. Son regard encore une fois était indescriptible, mêlé de fureur et de curiosité. Mais il ne dit rien, voyant son frère croiser les bras. Il pouvait le voir, que c'était une façon de s'étreindre lui même. Il avait réintégré son corps physique et si cette sensation lui était inconnue, il comprenait le mal être qu'il pouvait ressentir. Prof tourna son regard vers Marley, le pauvre devait se sentir largué dans tout ce bordel. Mais c'est alors qu'il ouvrait la bouche pour poser une nouvelle question, une parmi les dizaines autres, que... - « Oh non. » - Prof arqua un sourcil. C'est seulement quelques secondes après que les lumières se mirent à vaciller plus rapidement, une perte de puissance générale, jusqu'à ce que d'un coup, dans un bruit sourd, toutes les lumières ne s'éteignent. Un silence absolu se répandit alors dans le vaisseau.

Les mains du Professeur tremblaient alors que la bouche du Clairvoyant demeurait entrouverte. Si son frère n'osait pas dire un mot, Prof pouvait le ressentir, l'absence, le vide, et c'est quand il croisa le regard inquiet et insistant de Marley qu'il dû se résoudre à parler. C'est d'une voix hésitante qu'il le fit, tremblante. - Il est... Mort.

__________________________


Dernière édition par The Professor le Lun 3 Nov 2014 - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar




Traces de mon passage : 441
Mon arrivée : 12/11/2013
Localisation : Quelque part sur... Oh, ma chaise !

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Lun 3 Nov 2014 - 16:36



Behind the Steel Door...

« Non. Ce n'est pas du tout angoissant non... »




→ The Professor ←
Perdu dans l'espace et le temps


Ramenant son poignet contre son torse, Marley recula de quelques pas des deux seigneurs du temps un peu précipitamment. Non, il n'avait pas vraiment peur, mais putain, il ne s'attendait pas à cette réaction. Alors oui, il avait été surpris. Et son poignet lui faisait un mal de chien maintenant... Le tâtant pour savoir s'il n'avait rien de cassé, il détourna le regard des deux frères en pleines retrouvailles. Il se sentait de trop - il était de trop d'ailleurs - et il leur devait un peu de pudeur familiale. Après avoir scruter la salle vide, un frisson de dégoût le parcourut quand son regard tomba sur l'installation étrange à laquelle avait été relié le seigneur du temps qui lui était inconnus pendant il n'osait deviner combien de temps. Et c'est Prof qui demanda des explications. Marley pensait qu'on lui en devait, et il écouta donc consciencieusement les explications. Et même si tout cela lui semblait surréaliste... Grand dieu, il voyageait dans le temps et l'espace, il n'était même plus surpris. Et s'il comprenait toute la conversation et les enjeux exposés, c'était ce seigneur du temps qui s'était amusé avec lui les premiers temps ! Ou, le petit saloupiot ! - Oui, ceci était sa manière personnelle de désamorcer la gravité de la situation. -. Il n'osait rien dire, même si quelques questions et demandes d'explications se bousculaient dans sa tête. De toutes façon, il n'aurait pas su par quoi commencer et de plus, il n'eu pas le temps.

- Oh non.

Alors que Prof avait tourné la tête vers lui, comme pour vérifier s'il était toujours présent, son frère avait lâcher cette phrase qui ne prévoyait rien de bon dans un souffle.
Marley sursauta quand soudainement, après quelques vacillements de lumières, un bruit sourd, le noir totale et un silence abyssale. Marley déglutit, ses pupilles s'adaptant après quelques instants à la pénombre et il fixa Prof, attendant des explications. Sérieusement, est-ce qu'ils pouvaient vraiment se retrouver dans une situation plus étrange et surtout, plus capilotractée ?
Mais, apparemment, tout était possible avec le Professeur. Haussant les sourcils, Marley se rapprocha des deux seigneurs du temps, l'un perdu et l'autre totalement immobile.

- Il est... Mort. Lâcha son ami d'une voix tremblante, dans un souffle.
- ...Q-Quoi ? fut la seule chose que Marley pu répondre.

Il jeta un regard le frère immobile, la bouche entrouverte et le regard éteins. Sauf que ce dernier respirait toujours. Marley fronça les sourcils. De qui parlait Pr--
L'agent sembla être prit par un éclair de lucidité et leva le regard vers le plafond. C'était le vaisseau qui était mort ? Marley regarda les deux seigneurs du temps.

- Comment c'est possible ? Demanda-t-il d'une voix inquiète.

Aucun des deux ne lui répondit. Tous les deux semblaient être dans un état seconds. Marley ne pouvait leur en vouloir, il ignorait depuis combien de temps Prof pouvait bien voyager avec pour seule compagnie son Tardis ; et son frère s'était lié à ce vaisseau depuis aussi longtemps... La détresse qui se dégageait d'eux était plus que compréhensible. Mais ils ne pouvaient rester ainsi.

- Prof.... Murmura Marley en posant sa main valide sur son épaule.

Il ne savait pas quoi dire. En tant que flic, il avait eu quelques fois à présenter ses condoléances à des familles. Mais lui aussi avait été de l'autre côté, quand il était môme, et il savait mieux que quiconque que ces jolies phrases toutes belles et scintillantes, récitées par les forces de l'ordre, n'aidaient jamais, n'apaisaient aucun doute ni douleur et faisaient même quelques fois tout l'inverse : laissait un sentiment de frustration à la famille. Alors non, il ne dit rien, mais serra l'épaule de Prof, pour lui faire comprendre qu'il était là, même si ça lui semblait étrange de présenter des condoléances pour un vaisseau... Mais il comprenait. Un peu.

- Prof... Répéta-t-il. On peut pas rester là, on devrait aller voir ce qu'il en est, et c'est pas dans cette pièce qu'on y arrivera.

Il jeta un coup d’œil au second seigneur du temps, attendant un peu d'aide de sa part, mais il n'était pas franchement dans le meilleur état.

- Sérieusement, on devrait bouger. Marmonna-t-il en regardant la pièce sombre.

Il n'était pas claustrophobe, mais là en cet instant, il était mal à l'aise.




__________________________
H E Y , G U E S S  W H A T ?


I don't need to be rescured anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makethatdreamatruth.tumblr.com/
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   Lun 3 Nov 2014 - 23:19



Behind the steel door...

Feat. Marley A. Jones



Prof était loin, très loin. Le tremblement nerveux de ses mains contrastait avec son regard perdu dans le vide et sa la chaleur de la main de Marley sur son épaule qui le ramena un peu à la réalité, cette réalité qui lui faisait si mal. - Non... - Prof avait entendu ce qu'avait dit Marley, bien sur que oui... Mais son regard c'était porté sur son frère. - Inutile... En se déconnectant il a déchiré l'esprit du Tardis, et il en est mort... - S'il pouvait voir au regard du Clarivoyant la culpabilité, ses poings qui se serraient ne montraient qu'une colère grandissante. Pourtant il se détourna, quittant la pièce. Suivit ou pas, il s'en fichait. Le pas rapide, fort, Prof rejoignait le tunnel vertical, éteint. Il se prit la tête entre les mains, à la limite de s'arracher les cheveux, le besoin de hurler tenaillant son ventre et son cœur. Il voulait crier, à s'en arracher les poumons. Il voulait souffrir. Pleurer. Sa peau devint noire et il traversa le tissus de la réalité, gravissant l'espace vide de la noirceur du Void pour réapparaître dans la salle de contrôle, juste à côté du tunnel toujours inactif. La salle, comme le reste du vaisseau, était plongée dans la pénombre. Une lueur presque impossible permettait de voir, comme si à travers les murs la lumière du soleil filtrait. Ici tout était vide, silencieux, comme après une bataille, et ça le tuait.

Alors qu'un frisson parcourait son dos, il gravit les quelques marches pour atteindre la plateforme et la console et tira l'écran à lui. Son frère et Marley devait être encore en bas à attendre au niveau du tunnel mais Prof s'en fichait, il s'en fichait tellement. Il avait besoin d'être seul, qu'on le laisse survivre à ce vide... S'agitant autour de la console il la ralluma. Les lumières furent rétablies et bientôt tout le vaisseau retrouva de l'énergie, si bien que le tunnel de gravité fut réactivé, permettant aux deux autres de remonter. Prof avait beau scruter l'écran, il demeurait inlassablement vide. Le Tardis était mort. Son esprit était déchiré et il n'avait fait que relancer la partie mécanique du vaisseau. Un corps sans vie, un état végétatif, c'était tout ce qu'était le Tardis désormais. Chaque lumière clignotante, chaque son attirait l'attention de Prof, cet espoir qu'un miracle se produirait, mais à chaque fois la déception. Il resta de longues minutes immobile, debout face à la console. Il ne savait pas si Marley ou son frère était là, s'il lui parlait, s'il disait ou faisait quoi que ce soit, il les occultait, totalement. Il était perdu dans le vide de son esprit, ce vide dans ses cœurs qu'autrefois la perte de son frère avait causé. - Knock knock knock

Prof tourna la tête. Pardon?! Il fixa la porte, attendant, comme pour être sur de ne pas avoir rêvé. Son corps entier pivota quand à nouveau on toqua. Se saisissant machinalement de son trench coat noir toujours jeté sur le fauteuil, il palpa les poches pour s'assurer que son sonique et autres petites choses étaient bien là et il se dirigea vers la porte. C'était pas le moment. Prof ouvrit la porte à la volée, posant son regard, un regard fixe et perçant, sur une femme blonde d'une cinquantaine d'années, la lèvre pincée, le ton hésitant. - « ... Docteur? » - Balayant la scène du regard il revint à cette femme. - Je suis le Professeur. Et ça? - Levant une main, on pu voir les armes de toute la quinzaine de soldat s'envoler en l'air et se désassembler d'elles même. - Ce n'est pas nécessaire. - Le regard noir qu'il lança à la blonde la poussa à la faire reculer d'un pas pendant que les soldats regardaient leurs armes, morceaux d'armes, tomber par terre. - « Je suis... » - Je sais qui vous êtes, Kate Stewart. - Prof sortit du Tardis, son regard balayant à nouveau la scène. Ils se trouvaient en plein milieu du Victoria tower gardens, un cratère plus qu'impressionnant entourant la cabine rouge. Quelques vitres de l'habillage extérieur étaient brisées d'ailleurs, la chute avait dû être rude. Mais quel interet désormais? Il était mort de toute façon. - Je ne suis pas votre ennemie... - Un des gardes bougea pour saisir son arme de poing. - ... Et vous auriez interet à ce que je ne le devienne pas. - Silence. Immobilité totale de tout ou presque, comme une tension dans l'air, comme si quelque chose se jouait ici bas...

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]   

Revenir en haut Aller en bas

(Closed) Behind the steel door... - Ft. Marley [Tardis du Professeur]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• THE SILENCE HAS FALLEN • :: trash & co' :: archives RPG.-