TOP
SHOW



 
MERCI DE NOUS AVERTIR DE VOS PRÉSENTATIONS TERMINÉES DANS CE TOPIC.
BIENVENUE Invité !
FORUM RPG BASÉ SUR LA SÉRIE DOCTOR WHO.
REJOINS-NOUS VITE SUR LE TOP SITE DU FORUM !

Partagez | .
 

 Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

A broken heart is better than no heart at all.
A broken heart is better than no heart at all.



Traces de mon passage : 195
Mon arrivée : 17/07/2014

MessageSujet: Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]   Ven 20 Mar 2015 - 1:25

Toujours pas d'Elizabeth
sujet libre


Cela faisait maintenant plusieurs semaines que j'étais arrivée sur Terre, à Londres pour être plus précise. Cela m'a prit du temps, pour comprendre ce que devenait le monde, ce qu'était cette planète et comment ses habitants fonctionnaient. Je dois d'ailleurs avouer que je ne comprend toujours pas tout, car si leurs vêtements sont superbes, leurs moyens de locomotion laissent à désirer. Et je ne vous parle même pas de la pollution qui stagne en des points bien précis de l'atmosphère !

Mais je n'étais pas là pour critiquer cette planète, mais pour retrouver Elizabeth, car elle est la seule à pouvoir m'aider.

Je déambulait alors dans les rues de la ville, en espérant qu'un jour, elle sera là, devant moi, et que je pourrai enfin lui parler, et la convaincre de venir avec moi remettre de l'ordre sur ma planète. Car après tout, c'est elle qui est venue jusqu'à moi, et c'est grâce à elle que je suis ici aujourd'hui. Mais jusqu'ici j'avais fait chou blanc.

J'avais passé ma journée à marcher, à la chercher sans succès, comme chaque jour qui passait sur cette planète. Je décidai alors d'aller "boire un verre" comme disent les terriens, il paraît que ça aide à oublier nos soucis. Après tout, pourquoi pas ? Je poussai la porte du bar, peu rassurée. Je n'avais encore jamais mis les pieds dans ce genre d'endroit, et lorsque j'entrai enfin dans l'établissement, je fus surprise que le décor et l'atmosphère y soient aussi agréable. Je me dirigeai aussitôt vers le comptoir, prenant place sur l'un des tabourets rouge alignés face à ce dernier.

Attendant bien sagement durant quelques minutes, quelqu'un vint enfin me voir, me demandant ce que je souhaitai boire. - De l'alcool, s'il vous plait ! Je n'avais jamais entendu un rire d'une telle intensité sur ma planète, mais de toute évidence, on ne la lui avait jamais sortie celle-là, à cet homme. - J'me doute que tu veux de l'alcool ma p'tite, vu ta tête t'en as besoin. Ce que je te demande, c'est quoi comme alcool ? Fort ou non ? Un cocktail peut-être ? Je devins rouge écarlate, ne sachant que lui répondre. Je ne connassais absolument rien à l'alcool, enfin j'avais déjà expérimenté cela sur ma planète bien sûr, mais je ne connaissais pas les termes terriens. Et sur Kratten, de ce que j'avais compris, l'alcool était un peu comme la drogue sur Terre, c'était tabou et interdit, bien que certains arrivaient à en faire passer en douce.

- Euh... pas trop fort, avec du jus de fruit ? je n'étais pas sûre de moi, je ne savais absolument pas avec quoi ils pouvaient mélanger leurs alcools, et ce fut plus du pif qu'autre chose. - Et UNE téquila sunrise pour mademoiselle ! cria t-il. - Tu vas voir ma p'tite, tu vas adorer. C'est doux, c'est frais, mais avec modération !

Après m'être tapé une honte intergalactique, je le remerciai timidement avant d'attraper le verre et de gouter cette étrange mixture.
       
Code by Silver Lungs

__________________________
it's your destiny.
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Traces de mon passage : 35
Mon arrivée : 22/03/2015

MessageSujet: Re: Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]   Jeu 11 Juin 2015 - 2:27




Dans un tourbillonnement d’éclairs, Toby s’était retrouvé accroché au fuselage d’un avion, terrorisant un pauvre vieil homme qui l’avait aperçu depuis sa fenêtre. Puis en un battement de cils, dans le ciel, à tomber. « Shhhh— ! » se racla-t-il la gorge d’un souffle tout en frappant les commandes de son manipulateur de vortex. Il n’avait ni parachute, ni quoique ce soit pour le sauver de cette horrible chute qui pointait le bout de son nez. Heureusement pour lui, il avait quelque peu l’habitude de ce genre de situation de crises, alors il n’était pas sans espoir et sans self-control. Les doigts serrés contre son manipulateur, il parvint finalement à en tirer quelque chose, et une autre salve d’éclairs vint traverser son corps pour le sauver de cette horrible situation. Dans un sifflement strident et une sorte d’étrange détonation, il s’était retrouvé une nouvelle à tomber, mais cette fois bien moins haut ; accueilli par le confort d’une benne à ordures et de son couvercle fermé. « Son of a bitch ! » grogna-t-il en se redressant, une main sur le ventre. Il était sûr d’avoir entendu un os craquer dans tout ce bazar. Se jetant de la benne, parce qu’elle était plus grande que lui, il s’était plutôt laissé tomber sur ses pieds. Retirant sa main de son ventre pour la poser sur son front et essuyer la sueur qui perlait sur son visage depuis sa chute dans les airs.

S’il n’était pas tout juste sorti de l’Agence, il aurait peut-être eu l’occasion de se changer, parce que pour le moment, il était vêtu comme un véritable petit soldat, lourde veste en cuir, et tout un attirail de vêtements noirs par-dessous. Même une espèce de gilet pare-balles. Mais il ne garda pas celui-ci bien longtemps, puisqu’il se dépêcha de l’enlever et de le jeter dans la benne sur laquelle il était tombé. Tout d’un coup se sentant plus léger, il fit quelques bonds sur place et jeta ensuite un regard sur son manipulateur de vortex, les sourcils froncés. S’accoudant contre la benne, il observa le cadran de celui-ci d’un air mêlé d’inquiétude autant que de frustration. Mais il n’était pas ingénieur, et même s’il l’était, il n’aurait rien pu faire pour le réparer, il ne comprenait rien aux schémas et aux plans de Welland. Et puis ce n’était pas son truc de toute façon. Toby était un type d’action, ou du moins c’était ce qu’il aimait se faire croire. Alors évidemment, quand on lui avait donné une énième mission, il s’était réjoui de pouvoir quitter l’ennui de son foutu bureau, car même s’il était chargé d’effectuer des tâches pleines d’actions et de dangers, il passait la plupart de son temps dans un bureau, à remplir de la paperasse. Et ça l’agaçait plus que tout.

S’étirant l’espace de quelques instants, il resta quelques temps immobile ensuite ; à regarder autour de lui, à prendre en compte ce qui l’entourait. Faire du repérage était devenu une sorte de seconde nature chez lui avec le temps. Il observait ce qui l’entourait, et décidait rapidement ce qui serait plus tard utile si jamais il se retrouvait dans une mauvaise posture ou dans une sorte de danger quelconque. Notant mentalement les diverses choses qui décoraient la ruelle, puis une fois tout cela fait, il redressa sa veste, en ferma les manches pour cacher son manipulateur de vortex et finalement haussa les épaules. Tirant de la poche arrière de son pantalon une paire de lunettes de soleil – oui – il les enfila. Quittant la ruelle, ses yeux se promenèrent sur son environnement et sur les passants. Comme s’il cherchait quelque chose en particulier. Puis s’adossant quelques instants contre la devanture du bar contre lequel il était apparu, il observa son manipulateur avec discrétion. Avant de finalement soupirer, ronchonner dans sa gorge et entrer dans le bâtiment pour, ironiquement, passer le temps. « Yo bub, s’écria-t-il sans une once d’accent britannique, quelque chose de fort p’is quelque chose de moins fort ! »


__________________________


Today, we will deceive our better selves, into assimilating pain from something else. Put on your face and show me why behind the scenes we had to simply comply. Now, the community doesn’t feel any better than it used to be, I want to be a judge in a criminal case — you covered up, did you cultivate ?
‘Cause no one seems to know you now.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]   Jeu 11 Juin 2015 - 3:14



Toujours pas d'Elizabeth.

Feat. Ezra K. Adler & Toby R. Weston


Un galet, puis un autre, Prof s’évertuait depuis une bonne demi-heure à faire des ricochets sur la surface d'eau sous la console de son Tardis sans jamais réellement y parvenir. En même temps, il faut dire que la surface de liquide était restreinte et il était impossible d'en faire deux à la suite sans toucher l'autre rive. Il attendait Spencer. Pourquoi? Parce que ce brave petit soldat était aller faire un tour au QG, expliquant leurs disparitions. Oui, nous nous trouvions ce même jour et si une bonne semaine s'était déroulée depuis sa régénération, à l'échelle de la Terre, ça ne faisait que quelques heures. Vêtu d'un vieux t-shirt blanc avec un imprimé Captain America et d'un jeans bleu foncé, le Prof atteignait les limites de sa patience et le galet dans sa main allait bientôt voler bien plus loin que sur l'eau. Oh et puis après tout il était assez grand pour sortir tout seul. Fourrant ses pieds dans une paire de Convers rouges, il enfila un sweat à capuche gris, y fourra ses petites affaires, et sortit. Il se trouvait donc à Londres, dans Londres, et il entama une marche exploratrice. Il connaissait Londres, il avait parcourut cette ville des dizaines de fois, mais ces yeux là la voyait pour la tout première fois et ils étaient émerveillés. Chaque bâtiment attirait son regard et Big Ben plus que les autres, faisant d'ailleurs naitre dans son esprit l'envie de monter voir ça de plus prêt. Les mains calées dans les poches de son sweat gris il marchait à une allure plutôt lente, son attention bien plus occupée à observer qu'à regarder où il mettait les pieds.

C'est au cours de cette petite visible accélérée que Prof posa son regard sur la devanture d'un pub et croyez le ou non, mais c'est seulement en voyant ce pub que la soif le prit, et une envie bien précise. Poussant la porte, il approcha du bar. Un jeune homme dans une veste en cuir venait de passer commande. S'installant sur l'un des tabourets comme un enfant dans un magasin de jouet, il capta le regard du barman qui lui intima de parler. - Je voudrais du jus de goyave! J'ai jamais gouté le jus de goyave. Ça doit être bon la goyave. - Le barman le fixa un instant, pensant à une blague, avant de répondre plutôt calmement. - « On a pas ça en stock monsieur, je peux vous servir autre chose? » - La mine déçue du Prof ne fut manquée par personne avant qu'il n'ouvre la bouche une nouvelle fois. - Vous avez de l'eau ici? - Là encore, le barman tiqua. - «Bien sûr. Un verre d'eau alors. » - Ouais trop cool, de l'eau! - Prof sautillait sur son tabouret, heureux d'avoir commandé son verre d'eau, ne prêtant absolument pas attention aux regards rivés sur lui.

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
avatar

A broken heart is better than no heart at all.
A broken heart is better than no heart at all.



Traces de mon passage : 195
Mon arrivée : 17/07/2014

MessageSujet: Re: Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]   Dim 12 Juil 2015 - 23:21

Toujours pas d'Elizabeth
sujet libre


Je pris la paille à deux mains afin d'aspirer une gorgée de ce cocktails, avant de faire une grimace des plus immondes et de tousser comme un vulgaire pourpre (il s'agit d'un homme sans aucune éducation, en général ils vivent dans la "rue" sur Kratten).

Une fois ma toux passée et le goût infâme de l'alcool dissipé, je fus surprise par le goût sucré et plutôt savoureux de cette étrange boisson. Si bien que je repris le verre et le fini d'une seule traite.

J'allai demander au serveur de m'en remettre un second avant de m'apercevoir qu'il servait deux nouvelles personnes que je n'avais pourtant pas vu entrer. Certainement parce-que j'étais en train de m'étouffer avec ma première gorgée.

Le premier avait l'air d'être un habitué de cet endroit, mais le second était encore plus perdu que moi et se contenta d'un vulgaire verre d'eau. Son sourire béat en voyant son "breuvage" arriver me fit rire. Mais je me repris très vite, me rappelant la raison de ma présence ici. Enfin, sur Terre, parce-qu'en réalité, je n'avais pas tellement de raisons de me trouver dans ce bar.

Me levant de mon tabouret, je remis ma chevelure en place avant de me diriger vers le premier homme que je venais de remarquer. Il était assez jeune, et, je dois l'avouer, assez craquant. Sa veste lui donnait un petit côté assez "bad boy" qui n'était pas pour me déplaire. Arrivée à sa hauteur, je me raclai la gorge afin d'attirer son attention. - Hum. Excusez-moi. Euh... Voilà, je m'appelle Ezra, et je suis à la recherche d'une certaine Elizabeth. De taille moyenne, brune, les cheveux ondulés, assez jolie. Est-ce que cela vous dit quelque chose ? Vous sauriez peut-être où je peux la trouver ?

Je n'étais pas sûre de moi, je ne savais pas si cela se faisait sur cette planète d'accoster les gens de cette manière, mais c'était mon seul recours si je voulais la retrouver. La Terre est si grande, que si je me contente d'en arpenter chaque rue, je ne vivrai jamais assez longtemps pour ne serait-ce que la rencontrer en chair et en os. Alors je pris mon courage à deux mains, et reprenant de ma contenance, je continuai. - Je suis désolée de venir comme ça, mais j'ai réellement besoin de votre aide, et je dois vous avouer que je ne sais absolument pas comment je pourrai retrouver une personne sur cette planète sans avoir le moindre indice.

Depuis mon arrivée à Londres, j'avais bien eu le temps de visiter la ville, d'en arpenter quasiment chaque rue. J'avais mémorisé la carte, connaissais également le plan du métro, mais tout cela ne me disait en rien où pouvait bien se trouver Elizabeth. Et sans elle, je savais qu'il me serait impossible de mener à bien ma mission. Sans elle, je ne pourrai jamais sauver les enfants des morts, jamais je ne pourrai sauver les Krattens.

       
Code by Silver Lungs

__________________________
it's your destiny.
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup... @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar




Traces de mon passage : 35
Mon arrivée : 22/03/2015

MessageSujet: Re: Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]   Jeu 16 Juil 2015 - 17:14



Ezra & The Professor

Toby, prétentieux et arrogant, s’était adressé sans la moindre once de sympathie au barman, qui l’avait dévisagé en le regardant, en plus d’être un emmerdeur, il était américain, de quoi énerver le britannique derrière son comptoir. Se glissant d’un pas nonchalant et tout aussi prétentieux que le reste, Toby n’avait pas retiré ses lunettes et s’était contenté de s’asseoir dans un coin du bar, loin des tabourets et des autres clients, il avait cependant posé pendant un long moment son regard caché sur la jeune femme aux longs cheveux bruns à côté de laquelle il était passé pour commander ses verres. Dans son siège, il tira sur le côté du bout du pied la chaise qui faisait face à la sienne et y étala ses deux jambes qu’il laissa tomber lourdement sur le cuir du siège. Ses lourdes bottes en cuir, typiques d’un militaire là encore, semblaient avoir vues des tas de choses puisqu’on pouvait en apercevoir l’usure un peu partout sur le cuir qui en faisait les semelles. Décidé à ne pas découvrir ses yeux, il fixait l’horizon, les yeux plantés sur l’extérieur qu’il apercevait par la devanture en verre du bar. Ses manches couvraient son manipulateur de vortex et il réfléchissait. Il n’aimait pas se retrouver jeté dans l’inconnu et encore moins lorsqu’il était seul et paumé dans le passé, avec un outil défectueux. Il savait que ça lui retomberait très vite dessus, mais il ne voulait pas vraiment s’en inquiéter immédiatement, et il eut finalement quelque chose pour occuper son esprit puisque le barman vint finalement lui apporter ses commandes d’un air mécontent, si bien qu’il manqua presque de les lui jeter sur sa table. « Thank you, bub. » disait-il, la voix pleine de défi et de taquinerie malsaine. « Continue d’m’appeler comme ça et j’te fous dehors, gamin. » Roulant des yeux et levant les mains en l’air, comme pour lui signifier qu’il arrêtait, le barman soupira et retourna à son comptoir, secouant la tête d’agacement.

Arraché à sa contemplation de l’horizon par un mouvement d’yeux sur le second type qui venait d’entrer, quelques minutes après lui exactement. Il avait haussé un sourcil, qui était venu passer par-dessus la limite qu’imposaient les lunettes de soleil et l’avait regardé fixement pendant de longs instants, et il aurait continué s’il ne l’avait pas vue se faire remplacer par la silhouette de la jeune femme, qui s’était relevée et l’avait approchée. Perdant de sa concentration sur ce type qui semblait définitivement intéressant, Toby redressa la tête et la regarda silencieusement, le sourcil redressé et le visage immobile. Elle cherchait quelqu’un, et l’agent du temps n’avait pas la moindre idée de quoi elle parlait, mais puisque de toute façon il ne savait pas vraiment où était ce pourquoi on l’avait jeté dans cette période, il fallait bien qu’il se décide à faire quelque chose en attendant que son manipulateur de vortex puisse retrouver l’énergie nécessaire pour l’aider à s’en aller le plus vite possible de cette foutue époque qu’était 2015. Toby n’aimait pas ce moment de l’humanité, parce qu’il avait lu ce qu’il s’y passait, et toutes ces histoires d’OMLA lui glaçaient le sang, il n’avait pas vraiment envie de se retrouver à devoir se battre contre des cinglés lourdement armés, ce n’était pas son truc. Retirant finalement ses lunettes de soleil et les posant sur la table, à côté de ses deux minuscules verres, il observa la jeune femme de haut en bas avant d’ajouter, « C’aurait été aussi utile que si tu m’disais qu’elle a deux bras et deux jambes, y a des tas d’gens qui collent à ta description, je connais pas d’Elizabeth. J’suis pas d’ici moi. » son accent américain aurait dû être suffisant pour qu’elle comprenne, se disait-il, mais visiblement ce n’était pas le cas.

Il aurait pu lui dire d’aller se faire voir, plus subtilement bien sûr, et de chercher son amie avec quelqu’un d’autre, mais il fut arrêté dans sa stupidité par la dernière phrase de la jeune fille, son vocabulaire spécifique le fit se redresser sur sa chaise et incliner sa tête sur le côté, curieux et intrigué.  « Oh… Elle a l’air vachement importante cette Elizabeth. J’ai pas d’trucs à faire, p’t’être que j’peux t’aider. » Il n’en avait pas la moindre envie, ni le moindre désir. Tout ce qu’il voulait savoir c’était ce qu’elle pouvait être. Et Toby n’était pas du genre à lâcher l’affaire lorsqu’il voulait découvrir quelque chose.


__________________________


Today, we will deceive our better selves, into assimilating pain from something else. Put on your face and show me why behind the scenes we had to simply comply. Now, the community doesn’t feel any better than it used to be, I want to be a judge in a criminal case — you covered up, did you cultivate ?
‘Cause no one seems to know you now.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

« I can see you... »
« I can see you... »



Traces de mon passage : 3152
Mon arrivée : 01/03/2012

MessageSujet: Re: Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]   Jeu 16 Juil 2015 - 18:51



Toujours pas d'Elizabeth.

Feat. Ezra K. Adler & Toby R. Weston


Après que le barman ait servit l'autre client, Prof ne l'ayant pas quitté des yeux une seule seconde, il lui apporta son verre d'eau et il sautilla sur son tabouret, se saisissant d'une paille pour la plonger dans le liquide transparent. Il y avait des étoiles dans ses yeux et un sourire excité sur ses lèvres. Il se saisit alors du verre et aspira une bonne gorgée de ce liquide au gout d'eau, à la texture d'eau, avec un petit quelque chose de calcaire en fond... Et il expira de satisfaction avant de reprendre une gorgée. Elizabeth? Il connaissait une Elizabeth. Enfin techniquement il en connaissait plusieurs mais il en avait rencontré une quelques jours plus tôt. Mais pourquoi est-ce qu'il pensait à ça de toutes façons? Et il reprit une gorgée, encore, sentant le liquide frais couler dans sa gorge. - Han! - Son regard venait de se poser sur un petit pot en verre, posé sur le comptoir, contenant des petits amuse-gueule. Ni une ni d'eux il délaissa son sacro-saint verre d'eau pour sauter sur le tabouret en face du pot et piocher allègrement dedans. Niveau discrétion on faisait mieux et son comportement détonnait clairement avec l'ambiance du pub mais il n'en avait même pas conscience.

Prenant le pot avec lui comme si on allait le lui voler, il retourna devant son verre d'eau à la surface humide à cause de la condensation, et il en prit deux nouvelles gorgées. Prit d'une nouvelle lubie en voyant les deux dernières gorgées restante au fond du verre, il sortit son pointeur sonique et visa le liquide transparent. C'est bien connu que l'utilisation du sonique n'interpelle jamais personne, ces humains alors, et Prof l'actionna, dirigeant son effet sur l'eau. En quelques secondes des bulles apparurent et bien vite l'eau plate devint eau gazeuse. Délaissant sa paille, Prof bu directement au verre, d'un trait, avant de frissonner, les bulles activant bizarrement ses papilles lui donnant l'impression de boire de l'eau salée. Urk, pas bon. S'essuyant la bouche du revers de la main il posa le sonique et leva le regard vers le barman. - Un autre? - Passé le temps de la perplexité, le barman sourit. - « Vous voulez du sirop de fraise avec? » - Han ouaaais!

__________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://creativetear.tumblr.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]   

Revenir en haut Aller en bas

Toujours pas d'Elizabeth [libre - Londres, 2015]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• THE SILENCE HAS FALLEN • :: royaume-uni.-