TOP
SHOW



 
MERCI DE NOUS AVERTIR DE VOS PRÉSENTATIONS TERMINÉES DANS CE TOPIC.
BIENVENUE Invité !
FORUM RPG BASÉ SUR LA SÉRIE DOCTOR WHO.
REJOINS-NOUS VITE SUR LE TOP SITE DU FORUM !

Partagez | .
 

 • Goodbye Daddy, goodbye Mommy •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar




Traces de mon passage : 46
Mon arrivée : 18/04/2015
Localisation : France

MessageSujet: • Goodbye Daddy, goodbye Mommy •   Jeu 11 Juin 2015 - 23:14


Happy birthday myself...
This should have been the best day of my life.


23 juin 2003, 8 heures du matin, Londres.  

Spencer regarde son plafond depuis une heure. Il n'arrive pas à se décider. Enfin, non, ce n'est pas ça. Il n'arrive pas à prendre son courage à deux mains. La décision, il l'a prise il y a trois ans, et il le clame au et fort depuis. Il sera soldat. Cependant, ça ne l'empêche pas de redouter cette journée particulière. Parce que oui, aujourd'hui, Spencer O'Donney, fils de Cynthia O'Donney et de John O'Donney, a 18 ans. Et maintenant qu'il est majeur, il peut décider de son avenir. Et son avenir, il est à l'armée.

Pourtant, il sait que ses parents sont contre. Soldat ? Et puis quoi encore ? Saltimbanque ? Voleur ? Mendiant ? rétorque toujours sa mère. Ce qui a le don de l'énerver outre mesure. Comment peut-elle comparer le métier noble d'un homme qui se dévoue et sert sa nation à celui d'un moins que rien qui n'a même pas de métier ? C'est tellement... insultant et dégradant pour un métier si prestigieux ! L'armée, c'est plus que ce que les gens peuvent croire. C'est une façon de vivre, un état d'esprit. Intégrer l'armée pour en faire un métier, pour en faire sa vocation, c'est la quête d'une vie, un idéal. Son idéal.

Il souffle longuement, tourne la tête et regarde son réveil. 8h15. Il va devoir y aller. Après un soupir résigné, il repousse ses couvertures et se lève avec lenteur, comme pour repousser au maximum ce moment fatidique. Il s'étire, puis se dirige vers la salle de bain, se regarde un instant dans le miroir - non, atteindre la majorité ne l'a pas changé physiquement - avant de retirer son pyjamas pour entrer dans la douche et se détendre sous l'eau chaude. La chaleur détend ses muscles crispés par l'appréhension et l'angoisse. Il n'en ressort que vingt minutes plus tard et se sèche avec une lenteur appliquée avant de s'habiller à la même vitesse. Il a même été tenté de faire un simulacre de choix pour ses vêtements, cherchant le t-shirt et le jean parfaits alors que rien ne changera la conversation qui est à venir.

Une fois propre, habillé et présentable, il sort de sa chambre et se dirige doucement vers la cuisine d'où il entend sa mère et son père discuter à voix basses. Quand il entre dans la pièce, ils se taisent subitement, ne laissant aucun doute quand au sujet de leur conversation.

-Salut m'man, salut p'pa fait-il avec un pauvre sourire en s'installant à la table.

Ses parents se regardent un instant avant de darder leurs regards sévères sur lui.

-Ecoute, Spencer... commence son père.

-Aujourd'hui, c'est ton anniversaire. Je ne veux rien entendre au sujet de ta lubie. C'est un jour de fête, ne vient pas le gâcher, termine sèchement sa mère.

Spencer serre les mâchoires à s'en faire mal.

-Ce n'est pas une lubie. Et je vais me présenter au recruteur aujourd'hui.

Le jeune homme prend sur lui pour ne pas frapper du poing sur la table, ou pour ne pas hurler de frustration. Il a envie de se mettre en colère, de se défouler, pour enfin laisser entendre sa voix, puisqu'apparemment, il ne parle pas assez fort pour qu'on l'écoute.

-Tant que tu vivras sous notre toit, il n'est pas question de ça ! s'exclame sa mère en reposant vivement sa tasse de thé.

-Ta mère a raison, Spencer, ce n'est pas une carrière... tente son père.

Spencer a presque envie de rire, un rire amer. Evidemment, ses parents veulent qu'il devienne riche et célèbre, reconnu. Et militaire ne paye pas. La reconnaissance, il n'y en a pas tant qu'on est pas mort à la guerre. Du moins, c'est ce qu'ils croient dur comme fer, et il a envie de les traiter d'imbéciles bornés. Mais il ne le fait pas. A la place, muni du sang-froid extraordinaire qui le caractérise, il se lève et parle d'une voix calme.

-Dans ce cas, Cynthia, John, je ne vis plus sous votre toit. Et je ne suis plus votre fils. Comme ça, tout le monde sera content...

Puis il quitte dignement la cuisine, alors qu'au fond de lui, son coeur est malmené par la rage et la douleur. Ravagé par l'incompréhension et l'abandon. Ses parents l'ont abandonné. Ses parents ne le comprennent plus.

En silence, lentement, il fait son sac, emballe ses affaires, espérant secrètement que son père ou sa mère viennent l'en empêcher, viennent s'excuser. Mais aucune de ses choses ne se produit. Il n'a que peut d'affaire à emmener, l'armée ne s'encombre pas de souvenirs inutiles. Il ne prend que le dessin que Lily, sa petite soeur disparue, lui a fait des années auparavant.

Il descend travers le couloir avec lenteur, passe devant la cuisine, et sort de la maison. Ses parents ne l'ont pas regardé, ne lui ont pas dit au revoir, et il ne leur a rien dit. Il quitte sa maison, sans rien, avec juste l'espoir que l'armée comblera le trou béant qu'ont creusé ses parents.

Ça aurait du être le meilleur jour de sa vie. Au final, c'est l'un des pires.

__________________________

Test me.


The best that I could find.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

• Goodbye Daddy, goodbye Mommy •

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• THE SILENCE HAS FALLEN • :: 'cause everyone is important :: gestion du personnage. :: Journal de Spency-chou-