TOP
SHOW



 
MERCI DE NOUS AVERTIR DE VOS PRÉSENTATIONS TERMINÉES DANS CE TOPIC.
BIENVENUE Invité !
FORUM RPG BASÉ SUR LA SÉRIE DOCTOR WHO.
REJOINS-NOUS VITE SUR LE TOP SITE DU FORUM !

Partagez | .
 

 (+) pain is greater when it is a child.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: (+) pain is greater when it is a child.   Ven 24 Mai 2013 - 21:42



pain is greater when it is a child.

Ils se retrouvaient quelques années. Ils avaient reçu un appel de la « Jenny » du futur. Il se demandait, pourquoi elle ne réagissait pas elle-même, cela devait être « personnel » pour faire appel à quelqu'un de l'extérieur. Ils devaient y avoir le « docteur », et également son mari, mais elle avait tout de même fait appel. Il devait sûrement avoir anguille sous roche, mais la seule façon de le découvrir c'était d'y retourner, même si cela pouvait être douloureux pour son « compagnon », car c'était la vie dont il avait toujours voulu. Le mots était pourtant clair « aide-moi papa, il la kidnappait.. » il était évident, qu'elle parlait aux deux, étant donné que l'un d'entre eux, était soit disant humain. Jenny comprenait, qu'elle-même (du futur) n'avait pas réussi à trouver la cachette de ces aliens, et qu'ils avaient kidnappé l'enfant, pour s'en prendre à quelqu'un. Il fallait seulement savoir qui était cette « fameuse » personne, peut-être son son père, ou bien les deux, ou quelqu'un d'autre ? Et si tout simplement, cela touchait uniquement « elle », car après tout c'était bien sa progéniture. Ils voulaient sûrement s'en débarrasser, pour déjà avoir « un seigneur du temps » en moins à s'occuper, et toucher personnellement le responsable. Oh, elle aurait peut-être dû regarder attentivement, avant de se plonger dans « son propre futur » en danger. Arthur avait fait un bel atterrissage, malgré qu'elle n'eut aucun compliment, étant prolonger dans ses « pensées », comme ses deux paternels. Il était évident, qu'elle allait s'écrouler, si elle revoyait son père, en lui annonçant qu'ils ont kidnappé son enfant. La demoiselle (du futur) s'appelait « Emily ». Et elle était un mélange de ses parents, mélanger à celui de son « grand-père ».

♦ « tu n'es pas obligé d'y aller ! » annonce-t-il, en déposant sa main sur son épaule, voyant qu'elle était inquiète pour son enfant, comme si c'était son elle-même du futur, dans son propre corps. « le docteur peut très bien s'en charger ! » rajoute-t-il, en affirmant que son paternel n'hésitera pas à secourir son petit-enfant, ne voulant pas perdre un « enfant » encore une fois.

La belle blonde savait qu'elle serait encore plus « impliquée » dans ce sauvetage, étant donné qu'il était question de son enfant, et que cela impliquerait sûrement les sentiments, même si elle en découvrira beaucoup. Elle espérait que son paternel répondrait à son appel pour sauver son adorable bébé. Il était peut-être possible, qu'il veuille reproduire la même chose que sa belle-mère, en lui mettant à l'idée de « tuer » ses parents, et ses grand-parents. Il ne fallait vraiment pas toucher sa corde sensible. Il se pourrait qu'elle veuille « tuer » uniquement pour sauver les personnes qu'elle aime, en sachant qu'il comptait l'amadouer, pour obtenir quelque chose de ses parents. Ils marchèrent ensemble, au bout d'un quartier avant de remarquer le nom des propriétaires. Il était hors de question, de rencontrer leur « futur » cela aurait des conséquences graves, à moins de se faire passer pour eux, ou de trouver une solution, pour ne pas changer leur ligne du temps. Arthur tapota doucement son épaule, pour lui annoncer la présence de son paternel, aussi inquiet qu'elle sûrement, en observant attentivement, sa façon de marcher. Jenny s'empressa de le retrouver, en courant, avant de se mettre à pleurer discrètement dans ces « bras ». elle était vraiment effondrée de savoir, que son enfant risquait de mourir à tout moment, et tout ça à cause d'une « tribu » alien qui comptait s'en prendre à Jenny.

♦ « papa, ils ont « emily ».. ils ont kidnappé.. » la prévient-il de ce qui se tramait ici, et pourquoi il avait reçu cet appel de son enfant, demandant de « l'aide ». Il ne fallait pas oublier, qu'il n'était peut-être pas aller dans « le futur » pour savoir qui était « emily », cela pourrait lui être difficile à comprendre. « nous.. nous sommes en 2025, en « écosse » plus précisément dans mon « futur » ou mon enfant a disparu.. et cet enfant s'appelle « emily » ! » avoua-t-elle, en se redressant, se frottant légèrement les yeux, pour enlever les dernières goûtes d'eau salée qui perlait son doux visage.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Mar 28 Mai 2013 - 18:43

Il n'avait vraiment tardé, en fait. Tout était aller si vite, le message, les bip et les bop de Tyler. Alors qu'il se dorait la pilule sur une planète du nom de Jasteros, son petit bidule avait détecté un signal. Faible mais pas trop, juste assez pour que le docteur puisse l'amplifier à l'aide de son tournevis. Cela fait, il avait alors compris quelque chose qui l'avait bien plus bouleversé qu'il n'aurait voulu l'admettre. Sa fille, en danger. Du moins, c'est ce que le message entrecoupé laissait apparaître. Qu'elle était maligne pour avoir réussi à sauvegarder sa fréquence de vecteur. Et que dire du fait de la réutiliser pour lui envoyer un message en morse sur l'écran de Tyler ? Les mots génie et Jenny voltigeaient dans sa tête sans jamais s'arrêter.

Il avait donc calculé les coordonnées, dit au revoir à la populace qui avait échappé de peu à une sorte de monstre bleu à la tête de crevette et décollé avec brio. Enfin, décoller était un bien grand mot. Deux ou trois perturbations étaient survenus mais il s'en était tiré à bon compte. Atterrissant dans une sorte de grand patelin vert, l'Ecosse, des vaches, des gens qui ruminent. Assez triste comme paysage par rapport à Jasteros mais c'était là le moindre de ses soucis. Le tout petit décalage de Tyler l'ayant fait apparaître un peu trop loin, il se mit donc à marcher, ses mains dans les poches et jetant un regard curieux sur les gens qu'il croisait. Habillement pour le moins spécial et cette odeur si particulière de Kneratezote. Tout cela sentait le futur, ou du moins le futur de l'époque où il avait l'habitude de se rendre. Mais que faisait donc Jenny dans cette Terre du futur ? Il se promit de le découvrir et accéléra un tout petit peu. Pas de course, non, ça c'était pour les moments particuliers, mais une petite foulée qui lui permettrait de garder un œil sur cette contrée étrange. Barbus, kilt et mauvais temps. Trop étrange pour ne pas être surveillé au cas où.

Il débarqua donc avec un certain entrain dans la salle où était sa fille et la serra fort dans ses bras. Que de temps passé depuis leur dernière aventure, et elle était toujours aussi ravissante. Avisant le freluquet, il lui fit un grand signe de bras avant de froncer légèrement les sourcils. Quelque chose n'allait pas et les quelques mots de sa fille le plongèrent dans un état second.

"nous.. nous sommes en 2025, en « écosse » plus précisément dans mon « futur » ou mon enfant a disparu.. et cet enfant s'appelle « emily » !"

Wow. Le docteur cria de surprise et un peu de joie aussi. Il passa la main dans ses cheveux tout en gardant une mine stupéfaite. Fille. Petite-fille. La surprise. Inutile de demander qui était le père, la tête de Freluquet expliquait bien assez de choses. Il était également inutile de la questionner sur ce choix plus que douteux mais bon, il fallait croire que les humains avaient la côte auprès du docteur et de ce qu'on pouvait appeler sa famille. Il marcha en rond quelques instants, la main sur le menton alors qu'il réfléchissait. Se grattant la tête et ne pouvant s'empêcher de répéter les mots de sa fille. Incroyable, impossible. La fille de Jenny. Et elle était enlevée. Son esprit se recalibra sur ce que cela voulait dire et il marcha jusqu'à sa fille avant de la tenir aux épaules. Son ton grave de circonstance, ses sourcils froncés. Mais il ne parvenait tout de même pas à éliminer une certaine nervosité quant à cette nouvelle pour le moins extraordinaire.

"Jenny..Jenny..Et dire que je n'étais pas là pour la naissance..Bien évidemment que je vais t'aider. Mi-humain, mi-Jenny. Ha ! Voila une sacrée ascendance, j'ai hâte de la rencontrer. Mais focalisons-nous sur les autres dont tu m'as parlé. Dis-moi ce que tu sais sur l'enlèvement !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Mar 28 Mai 2013 - 20:40


Il la serra fort dans ses bras, avant de saluer le « freluquet ». Il fronça des sourcils, en remarquant qu'elle n'était pas dans son état « normal ». Jenny lui expliqua tant bien que mal, qu'il était dans sa « ligne du temps » ou avait été kidnapper son bébé. Le docteur réagit comme à son habitude, en s'écriant pour montrer ses émotions, tout comme la « surprise ». Il n'aurait peut-être pas du être là, cela gâchait cet effet quand il apprendra plus tard. Il mit sa main dans ses cheveux, tout en gardant cet air familier qu'elle connaissait tant. Il avança auprès d'eux, pour savoir pourquoi le docteur tournait encore en rond. Il ne fallait pas s'inquiéter, il avait toujours certaines « manies » particulières pour « réfléchir ».


♦ « Pourquoi tourne-t-il en rond ? » demanda-t-il, en fronçant les sourcils, ne comprenant pas l'intérêt.
♦ « Il réfléchit ! » répondit-elle, en souriant amusé, au comportement de son ami, qui comme à ses habitudes, était perturbé par les mimiques du docteur.

Il était étrange de voir un homme réagir comme ça. Il faut dire également qu'il venait autrefois d'une race alien. Il n'y avait seulement un Gallifrey, dont deux mélanges, l'une provenant d'une humaine. Il déposa ses mains sur ses épaules, en prenant le ton grave qu'il employait pour des cas « d'urgences » et ses sourcils froncés. Il était tout de même nerveux, en apprenant tout ça dés son arrivée. Il n'était pas habituel également, de se plonger dans une « ligne de temps » inconnu, sans se douter des conséquences. Il n'y en a toujours, comme apprendre des choses essentiels, ou bien le modifier et perturber la « ligne du temps » effectivement. Elle plongea son regard dans celui de son paternel, avant de l'écouter attentivement. Elle devait informer le « docteur » un maximum, et par exemple lui montrer également une photographie.

♦ « Jenny..Jenny..Et dire que je n'étais pas là pour la naissance..Bien évidemment que je vais t'aider. Mi-humain, mi-Jenny. Ha ! Voila une sacrée ascendance, j'ai hâte de la rencontrer. Mais focalisons-nous sur les autres dont tu m'as parlé. Dis-moi ce que tu sais sur l'enlèvement ! »

Il ne pouvait pas le savoir. Il était dans une « ligne du temps » donc il n'avait pas pu voir tous les événements. Il était également possible que son paternel soit présent. Il suffisait d'envoyer un message comme celui-ci, et de lui faire comprendre, qu'il devait impérativement venir, qu'il rappliquerait de suite. Arthur fut heureux de constater, qu'il serait volontaire pour récupérer Emily des griffes des « méchants » aliens. La petite avait habitude de répéter ça souvent. Oh, il y avait également de son paternel, et mon dieux qu'est-ce qu'elle lui ressemblait. Il pouvait déjà la rencontrer, en photographie. Il pourra la voir autant de fois, qu'il voudra maintenant qu'il sait son avenir, et ce qu'il adviendra de son enfant. Il fallait exactement tout lui raconter. Elle venait tout juste d'arriver, mais étant dans « sa ligne du temps » elle avait pu connaître exactement les mêmes informations que son futur. Il faut dire que c'était étrange de se retrouver dans le corps de son « futur » alors que d'habitude, on ne pouvait rien voir.

♦ « Oh, cela tu ne peux pas le savoir ! Je te rappelle que nous sommes dans ma « ligne du temps » donc il est possible.. que je t'ai envoyé un message comme celui-ci ! » expliquait-elle, en espérant de ne pas être tromper. « Tu vas l'adorer ! » réplique-t-elle, en se doutant qu'il apprécierait autant qu'Emily. « Ils étaient 3.. ou peut-être 4.. Je n'ai pas bien vu qui s'était mais... il avait une apparence humain... les yeux étaient rouges.. et des dents charnu comme des piranha ! Ils ont kidnappés tard.. J'ai pu trouver uniquement un « échantillon » de leur race alien, au moment de l'accrochage.. mais mon détecteur ne trouve pas la race ! » raconte-t-elle sur l'enlèvement, comme si elle avait vraiment vécu.

Elle prit une photographie, qu'elle lui montra, pour qu'il sache comment elle était maintenant. Elle essuya ses larmes, en revoyant cette image qui illustrait cette enfant « joyeuse » qui aimait sa famille. Elle se rappela également, quand elle voulut aider les autres enfants, ou même qu'elle ne voulait pas se battre, en disant que c'était mal.. et que son grand-père n'aurait pas voulu d'armes, parce que c'était pas bien. Le jeune homme se mit à sourire, en voyant la photographie qui était le dernier espoir pour retrouver leur bébé. Elle voulait lui dire quelque chose, qu'il ne pouvait pas savoir sur son enfant, mais qui apprendrait plus tard. Oh, cela n'allait pas changer grand chose, mais comme ça il verrait à quel point il a été influençable pour leur « famille » à tel point que leur enfant était devenue pacifiste.

♦ « Elle a hérité de toi, papa ! Elle répète à ses camarades de ne pas être méchant, et ne pas se servir d'armes, parce que son grand-père dit que « c'est pas bien ! » ! » s'amuse-t-elle à dire pour se rassurer qu'elle reviendra à la maison, et que tout ira parfaitement bien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Jeu 30 Mai 2013 - 12:56

« Oh, cela tu ne peux pas le savoir ! Je te rappelle que nous sommes dans ma « ligne du temps » donc il est possible.. que je t'ai envoyé un message comme celui-ci ! »

Hum. Le docteur ne préféré pas contredire sa chère fille même si l'envie lui démangeait. Elle percevait tant de choses et en ratant tant d'autres, après tout. Un brin d'observation avait mêlé rapidement une photo sur une commode montrant Jenny, le freluquet et l'enfant et les brefs indications du message. Le temps était toujours quelque chose d'un peu dingue et il fallait croire que Jenny avait encore deux ou trois choses à apprendre. Non, elle était décidément trop adorable pour être contredite, mieux valait laisser une ou deux aventures lui apprendre l'art de la déduction et le terrible pouvoir de l'instinct. Alors qu'il s'était assis, croisant les bras et fronçant les sourcils, il eut un choc. Affirmer que Jenny était sa fille, soit. Mais d'un point de vue purement biologique, il y avait quelque part dehors un bébé aux capacités potentiellement proches de celle d'un Seigneur du Temps. Pas joli, joli. Des individus décidés et un peu fous sur les bords pouvaient très bien exploiter cela et en faire..une arme par exemple ? Le docteur réprima difficilement un hoquet de dégoût en y pensant. Son propre code..enfin celui de l'autre docteur, utilisé à des fins mauvaises. Oh non, cela il ne le permettrait pas. Il se concentra sur Jenny, résolu à tout faire pour empêcher une probable catastrophe.

« Ils étaient 3.. ou peut-être 4.. Je n'ai pas bien vu qui s'était mais... il avait une apparence humain... les yeux étaient rouges.. et des dents charnu comme des piranha ! Ils ont kidnappés tard.. J'ai pu trouver uniquement un « échantillon » de leur race alien, au moment de l'accrochage.. mais mon détecteur ne trouve pas la race ! »

Bizarre, bizarre. Cette race ne lui disait rien, ou alors il l'avait oublié au fil des voyages. Non, non, non. Les milliers de créatures qu'il avait rencontré défilaient dans son esprit mais sans succès. Et une variable radioactive d'un Pyrahnium ? Impossible, pas ici. Qu'est -ce que cela pouvait être ? Difficile à dire. Le docteur sortit son tournevis avec détachement et scanna la pièce. Rien de bien intéressant, si ce n'était ce résidu qu'avait déjà trouvé Jenny..Il fallait donc améliorer le système. D'un coup, il se leva et commença à fouiller les placards environnants. Des voyageurs comme Jenny et Freluquet devaient sûrement avoir deux ou trois bidules aliens, le genre qui faisait de jolies couleurs ou envoyaient des lasers. Avec un cri de victoire s'apparentant à un rugissement, le docteur ramena à lui ses trouvailles. Vibro-Méchanite, Fourchette à induction et Radio-réveil vénusien. Molto Bene. Deux ou trois minutes s'écoulèrent durant lesquelles il sortit des câbles et des fils, les branchant à son tournevis. Il se releva alors fièrement, son outil désormais relié à ces machines d'une autre planète. Puissance amplifiée, customisation réussie. Il appuya sur le bouton du tournevis et faillit tomber à la renverse. Beaucoup, beaucoup d'informations. Trop. Il n'était pas habitué et sa tête lui faisait mal, terriblement mal. Des étincelles jaillissaient d'un peu partout, illuminant la pièce dans un vacarme infernal. Et cette tête qu'il devait avoir, l'une de ses grimaces favorites bien sûr. Il serra toutefois les dents et fit un grand sourire à sa fille. Bingo, bingo.

 « Oooh, oui ! Je suis génial ! Grâce à ce petit montage, j'ai pu amplifier l'échantillon, croiser les variables génétiques et même déterminer la route qu'ils ont pris ! Ha ! »

En effet, le tournevis bardé de câbles indiquait désormais l'Est. Belle démonstration de talent qu'il avait fait là, brillant comme toujours. Débranchant les fils des machines et rejetant le tout un peu plus loin, il brandit son tournevis comme un sceptre. La fréquence était enregistrée, prête à les conduire. Ha, quelle belle mécanique. Le docteur était si heureux qu'il en fit sauter son outil dans sa main avant de le rattraper avec adresse. Tellement exalté à l'idée d'aller à l'aventure et de sauver ce qu'il aurait pu appeler sa petite-fille. La fille de Jenny. Sa fille. Enfin bref. Il était temps de continuer sur cette brillante lancée qu'il avait entreprise.


 « Ils sont à l'est ! Jenny ! Est-ce que tu sais s'il n'y a pas une vieux manoir ou quelque chose qui pourrait leur servir de repaire dans cette direction ?! »

Sautillant presque sur place, le tournevis locké sur la piste des ravisseurs. Il était temps d'aller à la rescousse de la petite Emily et de botter les fesses des affreux aliens baveux. Il ne lui manquait plus qu'un lieu, un nom, et ils étaient partis à travers cette contrée pluvieuse que les humains nommaient affectueusement Écosse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Jeu 30 Mai 2013 - 14:31


Il serait présent. Elle avait plus besoin de lui, pendant son ''accouchement''. Il n'allait pas abandonné encore. Il n'était pas comme ça. Il viendrait sûrement. Il n'y avait pas de raison, pour qu'il ne vienne pas voir son petit-enfant. Il ne fallait pas être ''pessimiste'' alors qu'une enfant comptait sur son secours, et ses apparitions. La petite malgré les disparitions, elle le vénérait comme son ''père'' c'était pour elle comme des dieux invincibles. Ils ne pouvaient pas mourir. Ils ne pouvaient pas avoir mal. Ils étaient les plus ''forts''. La dernière fois. La dernière visite. Emily avait les yeux scintillants, et rêvait de partir avec le vieil homme. Elle n'avait pas dit « non » comment pourrait-elle refuser un telle plaisir à son enfant. Il lui montrait les ''étoiles'' et revenait à la maison, qu'est-ce qu'il y avait de mal ? Il rendait le bonheur à une enfant, ayant le même ''destin'' que ses parents, et que lui par la même occasion. Il était vraiment une famille ''exceptionnelle''. Il courut à toute vitesse, cherchant des ustensiles aliens pour amplifier l'adn des monstres, et retrouvait la ''trace'' de son enfant, qui avait disparu pendant plusieurs heures. La police disait que c'était qu'une ''fugue'' qu'elle reviendrait sûrement, ou qu'il fallait attendre longtemps. Il ne fallait pas demander de l'aide aux autorités, mais plutôt au ''docteur'' c'était la seule personne capable d'aider quiconque, et cela quelque soit les minutes ou les heures de la disparition. Il appuya sur un ''bouton'' qui déclencha un bruit infernal, assommant quiconque, le freluquet était abasourdi par autant de bruit, mais elle n'en laissait rien apparaître, que cela ne lui faisait aucun mal. Elle put comprendre à ses ''mimiques'' que ça allait mal, alors elle se précipita pour le rejoindre.

♦ « papaaa ?! » demanda-t-elle, inquiète pour son paternel.

Elle était inquiète, et dans l'incapacité de lui venir en ''aide''. Il lui arrivait d'être dans le désarroi, et de ne pas pouvoir intervenir. Il ne manquait plus qu'elle perde son paternel, en voulant retrouver son enfant. Elle se frottait le visage, en se mettant à réfléchir, pour trouver quelque chose qui pourrait aider à apaiser sa douleur. Débranché ? Cela voudrait dire abandonner son enfant. Lui demander ? Il répondra que tout va parfaitement bien. Et qu'il gère comme d'habitude, comme sur toutes les autres planètes. Elle le trouvait ''courageux'', elle se demandait si elle était capable de souffrir autant mentalement, et tenir le coup sans même s'évanouir pendant quelques secondes. Il se mit à serrer les dents, avant de lui afficher un grand sourire. Cela voulait dire, qu'il allait parfaitement bien, et qu'il avait trouvé quelque chose, ou qu'il voulait simplement la ''rassurer'' pendant qu'elle s'inquiétait pour lui.

♦ « Oooh, oui ! Je suis génial ! Grâce à ce petit montage, j'ai pu amplifier l'échantillon, croiser les variables génétiques et même déterminer la route qu'ils ont pris ! Ha ! » expliqua-t-il clairement, en lui faisant comprendre, qu'il savait ou ''ils'' se trouvaient.

Il avait finalement réussi. Il avait trouvé ou se ''cacher'' les ravisseurs. Ils allaient pouvoir sauver son ''enfant'' de ses montres. Arthur se mit soudainement à sourire, en voyant un espoir, ou il commençait à désespérer. Il allait pouvoir retrouver son enfant, et la serrer contre lui, avant qu'elle aille raconter son ''aventure'' au docteur. Il fallait dire qu'elle était comme une ''fan'' des aventures du vieil homme, qui voyageait dans le temps et l'espace. Il avait toujours une raison, raconter une aventure, une intervention, ou une aide particulière, toujours, mais cela rendait heureux les trois personnes, qui adoraient les ''aventures''.

♦ « S'ils ont touché un seul cheveux de Emily.. Je.. » se stoppa-t-il, en voyant le regard fronçai de sa femme. 

Il savait pourtant qu'on comptait la récupérer, sans ''violence''. Il était sûr que la petite n'aurait pas aimer que son papa se batte contre des méchants, aux risques de tuer quelqu'un, et de perdre surtout son père. Elle comprenait cependant son comportement. Il était aussi inquiet qu'elle au sujet de leur enfant. Il devait sûrement avoir un moyen de négocier pour la retrouver, sans utiliser les ''armes'' et la ''violence''. Il se doutait qu'ils n'étaient pas d'accord, mais si cela devenait ''critiques'' est-ce qu'elle laisserait la négociation ? Oh, sûrement que non ! Il ne fallait surtout pas penser à ça maintenant. Il devait se focaliser sur l'endroit, ou pouvait être kidnapper ''Emily''. Elle voyait que le docteur était heureux, enfin une « bonne nouvelle » qui fit sauter son tournevis, pour le rattraper avec ''brio''. Il vint ensuite lui demander quelque chose qui pourrait être ''essentiel'' pour pouvoir la sauver immédiatement.

 ♦ « Ils sont à l'est ! Jenny ! Est-ce que tu sais s'il n'y a pas une vieux manoir ou quelque chose qui pourrait leur servir de repaire dans cette direction ?! » demanda-t-il en éclairant la piste, pour pouvoir rassurer les parents, et les poursuivre immédiatement.

Il était à l'est. Il fallait maintenant trouver un vieux bâtiment abandonné à l'est. Il devait sûrement y en avoir un. Ils se mirent à rechercher, qu'est-ce qui était abandonné, depuis longtemps, ou même de depuis un vieil moment. Ils pensèrent à la même chose, à ce moment là. Il y avait une vieille maison abandonné, d'une dame morte y a quelques mois. Il y avait une trappe pour aller au grenier, et au sous-sol, et personne ne l'avait achetée, sachant les rumeurs qu'ils circulent à propos de la maison abandonnée. Il pourrait très bien y cacher une enfant, pour faire n'importe quoi avec, en espérant qu'elle ne soit pas prise par des ''expériences'' ou quelque chose du genre. Il était sûr dans ce cas, qu'elle n'allait pas faire pardonner. Il était hors de question, que quelqu'un touche à son bébé, et encore moins des aliens.

♦ « Il y a une maison abandonnée à l'est de la ville ! Ils devraient sans doute se cacher là-bas, l'endroit est presque désert.. » explique-t-elle, avant de sourire, en comprenant qu'il y avait encore un espoir de retrouver son enfant.

Elle comptait se mettre en route, mais son ''stylo'' se mit à faire des fréquences. Il y avait quelqu'un qui essayait de la joindre. Il n'y avait un ''message vocal''. Elle le tapa plusieurs fois, pour amplifier le signal, et pouvoir comprendre le message. Il était difficile, sachant que ce n'était pas un message aliens ordinaire, cela provenait sûrement d'un brouilleur. Le plus surprenant, c'est quand elle voyait l'écriture d'ou provenait le message, de la vieille maison, sûrement les ''ravisseurs'' qui voulait négocier déjà. Il se rapprocha pour comprendre, en donnant à sa femme, un bidule alien, qu'il avait récupéré d'une autre planète. Elle observa un moment, avant de comprendre, que c'était un émetteur de son puissant, qui pourrait sûrement amplifier le message, et le faire devenir « lisible ». Elle appuya sur le bouton, et entendit le message, dont la voix celle de ''Emily''. Oh, elle était tout aussi brillante, mais c'était sûrement elle, ou son grand-père qui avait du lui apprendre quelques bricoles, en cas de danger sûrement.

♦ « papa.. j'ai peur.. » dit une voix fluette, en tremblant légèrement, avant que l'émetteur se remette à brouiller la séquence. « ne.. doit pas venir.. » rajouta-t-elle, quand l'émetteur marchait encore, avant qu'il ne déconne de nouveau. « papy... » sourit-elle, avant d'entendre un bruit infernal, comme si on avait la chercher, et qu'on comptait lui faire du mal.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Mer 5 Juin 2013 - 22:24

"Il y a une maison abandonnée à l'est de la ville ! Ils devraient sans doute se cacher là-bas, l'endroit est presque désert.. "

En y repensant, cela paraissait évident. Un endroit désert, des monstres sans doute patibulaires et kidnappeurs d'enfant, par-dessus le marché. Quelle meilleure planque ? Le docteur se mordit la lèvre en signe de dépit, c'était presque trop facile. Un piège, peut-être. Il faillit sortir une petite phrase intelligente mais se ravisa, Jenny avait sans doute déjà compris le côté étrange de la chose. Bien entendu, sa détresse de perdre son enfant devait submerger sa raison, ce que le docteur pouvait comprendre. Lui-même avait été parent il y a de cela..trop longtemps. Mieux valait laisser ça au passé, comme beaucoup de choses. Une lointaine époque qui s'acharnait à teinter le cœur du docteur d'un sentiment indicible de tristesse.

Faisant un petit mouvement de tête en direction de Jenny et du freluquet, le docteur s'élança. Courant à travers les rues avec son entrain habituel. Bien sûr, il faillit déraper deux ou trois fois, à cause du sol humide. L'Ecosse, sans doute. Les passants le regardèrent avec étonnement, ses habits et son visage de fou détonnant dans le paysage. Il esquiva de justesse deux chevaux, une vieille grand-mère qui sentait bon l'alcool et quelques enfants avec brio. Le docteur ne prit même pas la peine de tourner la tête, Jenny devait être derrière lui. Sa fille ne pouvait résister à une bonne course vers l'aventure, tout comme lui. L'appel du sang, et tout le bla bla que l'on disait sur la famille. Mais la maison apparaissait déjà. Ha ! Le docteur escalada rapidement une voiture arrêtée en plein milieu de la rue et atterrit d'un magnifique saut. Il avait la pèche, d'autant plus que c'était sa petite fille qui était en danger. Hors de question de perdre quelqu'un, fusse en "Ecosse".

En réalité, la maison était..un grand manoir. Datant d'au moins cent ans, ils arboraient tous les signes du manoir hanté ou plutôt de ce que les humains imaginaient quand ils pensaient au repaire d'un fantôme. Ri-di-cu-le. Le docteur regarda autour de lui, pas de voiture, pas d'âme qui vive. Le repaire parfait. Montant le petit escalier grinçant, le docteur avisa une lourde sonnette de plomb. Une grosse tête de lion qu'il fallait cogner contre le mur. Avec entrain, l'homme au costume bleu frappa et le son se répercuta jusqu'à l'arrière de la maison, faisant presque trembler les murs. Pas de doute quelqu'un avait entendu. Et si ce n'était pas le cas, le docteur entrerait de force.

" Ha ! Aucun obstacle ne me résiste !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Jeu 6 Juin 2013 - 2:21

Ils marchèrent ensemble, en direction de cette « maison abandonnée ». Il avait beaucoup plu les fois dernières, et il manqua à plusieurs reprises de tomber violemment. Elle déposa son regard sur le vieil homme, ne voulant pas perdre quelqu'un. Il n'avait qu'un seul cœur, maintenant. Elle devait donc le protéger, pour ne pas se retrouver de nouveau abandonner. Elle ne le montrait pas souvent, mais son paternel comptait énormément, c'était un ''exemple'', ou même un ''héros'' à ses yeux. Ils devaient être au courant de sa « disparation ». Elle comptait absolument la retrouver, même si elle devait se rendre pour récupérer « son enfant ». Il escalada une automobile, pour observer « le domaine hanté. » Jenny se doutait que c'était un « piège » mais elle s'en fichait complètement. Il n'y avait pas plus important que son enfant. Il aurait s'en doute réagir de la même manière pour la sauver également. Ils montèrent les escaliers, menant devant le domaine. Il frappa à la porte, personne ne répondit. Il comptait mettre en œuvre leur « piège » en les forçant à entrer.

♦ « Ha ! Aucun obstacle ne me résiste ! » affirma-t-il, prêt à tout pour récupérer son petit-enfant.

Elle se mit à sourire, avant de remarquer un objet. Il s'agissait de pas n'importe lequel. Elle se rappelait déjà avoir vu quelque part. Il était question de la « peluche » de son enfant, qu'elle dormait ce soir là, avant son « kidnapping ». Elle mit sa main devant la bouche, en s'éloignant doucement, pour aller chercher la « peluche ». Elle se faisait des ''scénarios'' comme quoi, elle aurait été prise par des expériences, ou qu'ils avaient déjà tué pour obtenir une « information ». Elle se remit à pleurer, quelques larmes, en serrant la peluche doucement contre elle. Il vint à sa rencontre, la prenant contre lui pour la rassurer. Il regardait également la peluche, avant de revenir auprès de son paternel. Il y avait un moment, ou elle se rappelait que son enfant voulait donner une « peluche » à son grand-père.


flash back:
 


Elle se remit rapidement, avant de décider de pénétrer de ''force''. Il était hors de question d'attendre longtemps. Il était peut-être le seul à remarquer, mais c'était beaucoup trop « calme » et comme il le savait parfaitement cela ne signifiait les « emmerdes ». Il marcha auprès de son équipe, en se méfiant de tous les côtés. Jenny observa les alentours, en essayant de trouver un « indice » quelque chose qui la rapprocherait de son enfant. Il n'y avait absolument rien, à part en dehors cette peluche. Elle devait pourtant être dans les alentours. Il entendit soudainement un bruit, et quand il se retourna. La belle blonde se retrouvait au milieu de nulle part, tombait quelque part. Elle était un peu secouée, mais elle venait à peine de reprendre ses ''esprits'' malgré qu'elle avait mal quelque part. Il alla de suite alarmer son paternel, pour informer qu'elle était finalement tomber quelque part, et qu'elle ne pouvait pas bouger, ou du moins pour le moment.

♦ « Docteur, Jenny est tombé dans une « trappe » ! Elle ne peut plus bougée pour le moment ! Il se peut qu'elle soit tombée dans un piège ! Il faut qu'on se dépêche de la retrouver, avant qu'ils enlèvent également Jenny ! » affirme-t-il, en montrant son inquiétude, pour son enfant, mais également sa femme maintenant.

Il rejoint l'endroit exactement ou est tombé Jenny. Il surveille pour voir que personne ne s'approche d'elle pour le moment. Il n'hésitera pas à tirer le premier qui ose s'en prendre à sa femme, et à son enfant. Il savait que ce n'était pas la meilleur méthode, mais vu l'ampleur de la situation. Il s'en fichait royalement des « indications » de son beau-père, vu qu'il était plus important de les retrouver, que de les perdre de nouveau. Il observa un moment le docteur qui venait le rejoindre pour voir le « problème » en question. Il était même énorme, vu la profondeur qu'il les séparait. Jenny se releva tout de même, pour mieux pouvoir communiquer à son compagnon, et son paternel, dans quel « merdier » elle se trouvait actuellement. Elle se tenait les côtés, étant donné qu'elle était tombé de haut, comme du « troisième étage » c'était quand même énorme.


♦ « Je vais bien ! Je suis sûrement tombé dans un piège ! Il doit bien avoir un passage, pour se retrouver, non ? » questionna-t-elle, en faisant allusion aux murs, et bibelots qui ornait cette maison hantée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Ven 21 Juin 2013 - 22:35

Les problèmes commençaient. Regardant en contrebas, le docteur ne vit pas sa fille mais il ne fallait pas trop s'en faire. Issue d'un Seigneur du Temps, douée et intelligente. Non, ces caractéristiques lui empêchait de mourir bêtement ou même de mourir tout court. Bien sûr, le docteur eut un bref pincement au coeur, le seul, mais il fallait aller de l'avant. Retrouver la fille de Jenny, sauver Jenny et confronter les ravisseurs. Beau programme.

Le docteur s'élança dans un nuage de poussière, avec un "Ah ah" bruyant. Il esquiva des meubles rongés par le temps et d'autres recouverts de toiles blanches. Cela pouvait attendre et il était persuadé qu'il y avait plus intéressant. Rapidement, il visita toutes les pièces avant mettre les mains sur les hanches. Bizarre, bizarre. Il y avait forcément une entrée vers les souterrains mais celle-ci demeurait cachée. Le tournevis sonique. Mettant ses lunettes, le docteur dégaina ensuite son précieux jouet et le fit bourdonner tout en lorgnant un meuble datant d'il y a deux siècles. Un plaisir pour les vendeurs d'antiquité. Beaucoup d'interférences, certaines semblaient presque provoquées. Comme si les voleurs d'enfants s'attendaient à sa venue. Se grattant la tête d'un air interloqué, presque gêné, le docteur marcha d'une pièce à l'autre, observant les incohérences. Soudain, il vit une ampoule clignoter sur une vieille lampe électrique. Rien de bien extraordinaire mais..un message en morse ! Sa fille !


"Ah ah ! Quelle sacrée maligne ! Sacrément brillante, je dirais !"




Le docteur farfouilla un peu et trouva un petit levier qu'il baissa avec empressement. Une porte s'ouvrit derrière lui, la voie pour rejoindre Jenny et sa fille. Avec une mine dynamique et les sourcils en l'air, le docteur sauta par dessus un vieux piano à queue et d'un autre bond, arriva jusqu'à l'entrée sombre qui conduisait plus bas, bien plus bas. Sous terre, comme l'aurait fait l'un de ces repaires de maître du mal grandiloquent. Pas très inhabituel pour le docteur, cela dit. Rangeant le tournevis, le docteur se remit à courir. De couloir en couloir, il descendait toujours plus bas. Il adorait vraiment courir et courir sous terre demeurait quelque chose d'assez plaisant. Il fallait le voir se déhancher tout en criant à tue-tête le nom de sa fille. Il y aurait bien quelques chauves-souris et deux ou trois monstres pour être effrayés mais il s'en fichait. Il était en route, bien décidé, et le docteur arrivait pour botter les fesses des méchants. Sa voix s'étendit dans les tunnels, comme un rugissement terrible.

"Ha ! Jenny ! J'arrive !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Jeu 22 Aoû 2013 - 19:03

Jenny se retrouvait dans un tunnel. Il était sombre, beaucoup trop sombre à son goût. Ceci était sûrement un piège. Cependant quelque chose lui échappait, pourquoi ne pas s'en prendre directement à son paternel. Il était bien également la personne qui voulait arrêter également, non? Alors pourquoi il ne lui était pas destiné directement. Comme s'il était prévu autre chose bien dramatique, à son égard. Elle devait obligatoirement sortir de ce tunnel. Et rejoindre son amant, ainsi que les ravisseurs pour empêcher le massacre de son enfant, et de son parent. Elle écoutait tout le temps son instinct. Et savait quand c'était le bon moment d'agir même si elle n'aimait pas tuer. La notion du choix. Le choix de ne pas tuer son adversaire, mais de communiquer. Il n'y a pas de fuite envisageable. Ce n'était pas son genre. Donc elle envoya un message morse qui son paternel comprendra certainement. Elle ne put l'entendre s'écrier à ce moment :

♦ « Ah ah ! Quelle sacrée maligne ! Sacrément brillante, je dirais ! » s'écria-t-il, en montrant son enthousiasme, concernant son enfant.

Le jeune homme ne comprenait pas. Il fronça les sourcils, en espérant avoir une explication. Cependant il n'était pas idiot. Il aurait su ce que c'est un message, en morse tout simplement. Le décrypter était un autre problème. Que son paternel s'occuperait certainement. Et sans plus attendre, il aida le docteur dans ses recherches, sans même avoir ce qu'il cherchait exactement. Quand soudain, lorsqu'il appuya sur un levier qui était apparemment visible au paternel. Une porte s'ouvra à eux, comme par enchantement. Qui allait certainement les mener aux responsables du kidnapping, et également au parent de l'enfant. Il suivit rapidement le docteur, en observant son enthousiasme. Il ne savait pas d'ou lui venait son goût pour le danger. Lui aimait autant, cependant peut-être moins, sachant qu'il pourrait perdre beaucoup. Le chemin était certainement long. Ils allaient de couloir en couloir. Et le beau chatain, en voyait plus de fin que cela l'énervait royalement. Il était tellement impatient de retrouver son entourage. Que cela le rendait de mauvaise humeur.

♦ « C'est quoi cette plaisanterie ! On tourne depuis bientôt une demi-heure ! Ils se foutent de nous ! » leva-t-il le son moins enthousiasme que son partenaire, vu l'inquiétude qui le rongeait.

Il ne s'arrêta pas malgré qu'il soit essouffler. L'envie de retrouver son entourage le rongeait. Et lui donnait la force de continuer de parcourir. Il s'écriait tout le temps le nom de son enfant. Comme s'il croyait qu'elle lui répondrait. Il y a même quelques monstres, et chauves-souris, de quoi se défouler pour le beau châtain qui commençait à trouver le temps long. Quand à Jenny, elle s'élançait dans chaque couloir. Et espérait retrouver son entourage. Elle esquiva quelques monstres, ou les blesser légèrement quand ils viennent à sa rencontre. Comme pour bien emmerder pendant son éprouvante recherche. En ce qui concernait la fouille, elle essaya d'y voir un objet suspect pour déclencher une porte, une trappe, n'importe quoi.. Le tout était de retrouver son paternel et de le protéger. Il n'était qu'un humain, tout comme son époux, et également son enfant. Cependant elle était également "mi-seigneur du temps". Elle pourra se régénérer non?

♦ « Ha ! Jenny ! J'arrive ! » s'écria-t-il, de nouveau pour montrer qu'ils vont bientôt se retrouver.
♦ « Papa, c'est toi? Je suis dans le deuxième couloir à gauche ! Il doit y avoir un levier quelque part » répond-t-elle, en touchant tous les objets présents.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Sam 24 Aoû 2013 - 0:18

"Papa, c'est toi? Je suis dans le deuxième couloir à gauche ! Il doit y avoir un levier quelque part"

Sa voix ! Il l'entendait ! Il acquiesca lentement, un mécanisme devait se trouver quelque part. Pas forcément quelque chose de très clinquant mais toutefois visible. Un bon gros levier aurait été pratique mais il ne fallait pas trop en demander. Avisant un chandelier, le docteur s'agrippa avec véhémence. Bingo. Un grincement se fit retentir. Un roulement aussi. étrange. Le docteur se retourna, écoutant le son des rouages. Le sol était en train de se dérober, se rabattant sur les côtés. Un piège classique mais qui était toutefois brillant. Le docteur s'élança.

Sa course folle lui faisait oublier l'espace d'un instant le sol qui se dérobait derrière lui, menaçant de l'engloutir. Un grand sourire aux lèvres malgré le danger. C'était un peu ça aussi le plaisir de vivre des aventures. Un autre rouage se fit entendre. Des lames s'abattirent de toutes parts, fendant l'air. Avisant et jouant sur ce que son corps pouvait compter de réflexes, l'homme en bleu sauta et passa au bon moment, la lame effleurant ses cheveux. Heureusement pour lui, il était entier et roula sur le sol pendant quelques minutes. Quelle course ! Il se retena de rire tout seul et préféra plutôt s'épousseter. Plus de course, voila une saine occupation. Jenny devait aimer courir aussi, après tout c'était un peu sa fille, en quelque sorte.


Le docteur avisa des grattements, des clinquements. Une grosse boîte,sûrement remplie de fils. Un véritable cadeau pour lui. Il l'ouvrit et commença à inspecter. Technologie futuriste, 41ieme siècle probablement. Rien de bien sorcier pour un génie tel que lui. Marmonnant entre ses dents combien il aimait ce genre de montage futile, il reconfigura le systême. Les pièges se désactivèrent, remettant en place le sol et immobilisant les lames. Avec un cri de victoire, le docteur s'élança. Il avait 6 secondes pour espérer passer la porte de sécurité avant que le systême ne se réinitialise. Pas le choix, il fallait à nouveau courir. De justesse, il fit une roulade et passa sous la porte qui se referma avec un bruit lourd. Se relevant, il se retrouva nez-à-nez avec sa fille. Blonde, souriante, brillante. Il lui fit un grand sourire et se déhancha comme s'il avait remporté le grand prix d'un marathon.

"Hahaha, et dire que Donna n'aimait pas courir ! En tout cas, bien pensé pour le levier, c'était à deux trois choses près le truc pour s'en sortir. Oh oh, regarde !"

Il la dépassa et lui montra une passerelle qui conduisait vers un gigantesque espace où trônait un..vaisseau ! Bien moins joli que le TARDIS, apparence presque commune. Certaines races voyageaient souvent dans des véhicules rudimentaires. Mais il n'en demeurait pas moins prêt à décoller. Se retournant vers Jenny, l'homme en bleu lui montrant le vaisseau du doigt et la passerelle qui y menait.

"Jenny ! Il faut empêcher ce..cette bicoque spatiale de décoller ! Ton enfant est sans aucun doute à l'intérieur !"

"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   Mer 28 Aoû 2013 - 0:46


JLe piège s'était enclenché malheureusement. Ils étaient pris plein milieu dans de champ de combat. Il était bombé de piège en tout genre, ce qui excitait l'homme vêtu en bleu. Et qui rendait pensif son compagnon. Il pensait que cela aurait plus beaucoup à sa charmante épouse. Qui adorait autant courir, et se prendre des « pièges ». La ruse lui permettait de s'amuser autant. Il le suivait le plus rapidement possible, en évitant le maximum la « salle de torture » qui offrait un beau spectacle. Il observa bidouiller un moment des centaines de câbles dans un boîtier. Quand il eut réussi à bricoler pour qu'aucun piège ne fonctionne correctement. Les deux se faufilèrent rapidement. Quand ils se retrouvèrent ensemble. Le jeune homme retourna auprès d'elle, demandant comment elle s'en était en sorti, et est-ce qu'elle avait vu leur enfant. Bien sûr que non, il ne laisserait pas une « enfant ». Surtout qu'il en avait besoin pour pouvoir tuer le docteur. Le docteur se mit à sourire quand il s'aperçut qu'on était ensemble déjà. Cependant ce n'était pas tout malheureusement. Et elle avait compris en voyant que les locaux étaient entièrement « vide ». Il n'y avait aucune personne. Rien. « Hahaha, et dire que Donna n'aimait pas courir ! En tout cas, bien pensé pour le levier, c'était à deux trois choses près le truc pour s'en sortir. Oh oh, regarde ! » « Oui, c'est vraiment dommage. Ce n'est pas terminé. Ils sont tous parti ailleurs, aucune trace des kidnappeurs.. » Et au moment ou elle entendit « oh oh regarde ». Elle comprit qu'il s'était sur le point de s'échapper. La mère se mit à serrer les poings, en montrant sa colère de voir qu'il comptait kidnapper son enfant. Et leur jouer un tour sans vraiment les confronter. La passerelle conduisait vers leur embarquement. Qui était sur le point de s'envoler. Elle espérait qu'il aimait voler pour pouvoir pénétrer à l'intérieur de « l'engin » volant. Et empêcher le vol de ce vaisseau. Ce qui ne l'empêchait pas de courir, ou même de faire des « cascades » incroyables.

« Jenny ! Il faut empêcher ce..cette bicoque spatiale de décoller ! Ton enfant est sans aucun doute à l'intérieur ! » « J'ai une idée ! » Elle retira son bracelet émetteur, qui pouvait permettre le temps de quelques « minutes » de prendre l'apparence de n'importe qui. La jeune femme le mit autour du bras de son parent, et l'enclencha sur l'apparence d'une « créature » faisant parti du vol. Le jeune homme en fit de même, et attacha les poignets de Jenny sans serrer pour qu'elle puisse se détacher. Elle se mit à sourire machiavéliquement. Le jeu allait pouvoir commencer. Et pour ça il fallait absolument, bloquait le vol pour pouvoir s'introduire parmi les « kidnappeurs ». Le jeune homme demanda alors : « Il doit avoir un système pour bloquer la passerelle, et également l'ouverture d’où le vaisseau sortira ! Il faudrait savoir ou il se trouve exactement ! » Elle se mit à réfléchir quand elle repense à sa première fois. Le système se trouvait dans un mur, ce peut-il que ça doit de même ? La jeune femme leur fait signe de les suivre. Elle se mit à courir rapidement, et autour elle frappa doucement, essayant d'entendre le bruit creux pour montrer qu'il y avait quelque chose à l'intérieur. Elle frappa deux trois fois, et soudain au bout de dix minutes, elle trouvait le système cependant.. Il était beaucoup complexe, et son tournevis ne voulait même plus fonctionner. Elle fit les yeux doux à son père pour lui demander, sachant déjà la réponse : « Papa, tu peux me prêter ton tournevis, s'il te plaît ! » Et vu qu'il prenait du temps. Elle lui emprunta rapidement, et réussit à le faire fonctionner tout en donnant accès aux verrouillages. Bingo ! Elle avait réussi à tout verrouiller. Il allait être bloquer. Cela n'allait pas être un plaisir de donner son enfant, comme récompense pour rentrer dedans. Cependant, il n'y avait aucun moyen pour les surprendre, sans « se battre » effectivement.

« Vous êtes prêts ! On y va ! » Ils se mirent chacun sur un côté, puis allèrent ensemble à l'intérieur. Elle comprit le langage, comme quoi il avait réussi à l'attraper sans même négocier pour retrouver « son enfant ». La petite se retourna et aperçut sa maman qui avait été kidnapper à son tour. Elle savait déjà qu'il comptait la faire du mal. Et ne voulait pas que sa maman meurt maintenant. Il faut dire qu'elle avait encore besoin de ses parents. Surtout à son âge. Elle n'avait à peine 6 ans. Elle osa s'écrier, en tapant la créature qui osait féliciter les deux autres de l'avoir capturer. « Lachez ma maman ! Je vais le dire à mon papa et mon papie ! » Et au moment ou la créature se retournait pour répondre à l'enfant. Le jeu se retournait contre eux. En dévoilant leur réel identité. La demoiselle ne tenait plus en place, mais vu qu'elle était ligotée, elle ne pouvait pas bouger. Elle assomma le soldat, se rendant compte qu'il n'y avait en avait plus qu'auparavant. « Je crois que c'est le moment de réagir non ? Tu crois que la diplomatie va les retenir ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (+) pain is greater when it is a child.   

Revenir en haut Aller en bas

(+) pain is greater when it is a child.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• THE SILENCE HAS FALLEN • :: trash & co' :: archives RPG.-